Ouvrir le menu principal

Michel Mollat du Jourdin

historien français
Michel Mollat du Jourdin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Président
Académie de marine
-
Président
Société de l'histoire de France
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père
Emmanuel Mollat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Guy Mollat du Jourdin
Yves Mollat (d)
Donatien Mollat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Michel Mollat du Jourdin (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Guillaume Mollat (cousin germain)
Guy Labouérie (d) (gendre)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Michel Mollat du Jourdin, né le à Ancenis et mort le à Reims, est un historien et universitaire français du XXe siècle.

BiographieModifier

FamilleModifier

Il appartenait à une famille ancienne du patriciat nantais qui avait joué de premier plan dans l'essor économique de Nantes depuis le XVIIIe siècle. Le père de Michel Mollat, Emmanuel Mollat (né le à Nantes), est, au moment de la naissance de son fils, capitaine au 64e régiment d'infanterie, avant d'être promu chef de bataillon et de présider la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique entre 1931 et 1934. Sa mère, Jeanne Bonamy, est la fille du bâtonnier de Nantes Édouard Bonamy (1828-1877). Michel Mollat se marie en 1933 avec une Deshais du Portail. C'est par un jugement rendu le par le tribunal de Laon que le nom de famille de Michel Mollat est officiellement modifié en Mollat du Jourdin[1].

Carrière universitaireModifier

Il a été professeur à l'université de Paris IV, directeur d'études à l’École pratique des Hautes Études (IVe section)

Médiéviste, Michel Mollat du Jourdin a consacré quatorze années de son enseignement à l'étude de la pauvreté : travaux de séminaires, mémoires, thèses, missions en France, en Amérique et au Proche-Orient lui ont fourni l'occasion d'étudier les problèmes économiques et sociaux, moraux et religieux que posent la pauvreté.

Il fut reçu membre de Académie des inscriptions et belles-lettres, en 1978, et siégea au sein de cette institution jusqu'à sa mort. Il a été président d’honneur de la Commission internationale d’histoire maritime.

OuvragesModifier

  • Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, 1952.
  • (Dir.), Le rôle du sel dans l'histoire, Paris, PUF, 1968
  • Michel Mollat du Jourdin et Philippe Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi, les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Calmann-Lévy, coll. « Les Grandes vagues révolutionnaires », , 333 p. (présentation en ligne). Réédition : Michel Mollat du Jourdin et Philippe Wolff, Les révolutions populaires en Europe aux XIVe et XVe siècles, Paris, Flammarion, coll. « Champs » (no 279), , 332 p. (ISBN 2-08-081279-3).
  • (dir.), Etudes sur l'histoire de la pauvreté (Moyen Âge - XVIe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 1974.
  • Etudes d'histoire maritime, Turin, 1977.
  • (dir.), Histoire de Rouen, Privat, Toulouse, 1979.
  • Avec Jacques Habert : Giovanni et Girolamo Verrazano, navigateurs de François Ier, Paris, Imprimerie nationale, 1982, 242 p.
  • Michel Mollat du Jourdin, Jacques Cœur ou l'esprit d'entreprise au XVe siècle, Paris, Aubier, coll. « Collection historique », , 494 p. (ISBN 2-7007-2213-2, présentation en ligne).
  • L'Europe et la mer, Paris, Le Seuil, "Faire l'Europe", 1993, 352 p.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier