Ouvrir le menu principal

Michel Levallois

haut fonctionnaire et historien français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Levallois.
Michel Levallois
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Président
Société des océanistes
Michel Panoff (d)
Jean-Christophe Galipaud (d)
Préfet de La Réunion
-
Jacques Seval (d)
Préfet
Haute-Marne
-
Jean Busnel (d)
Jean-Louis Chaussende (d)
Sous-préfet
Arrondissement de Provins
-
Sous-préfet
Arrondissement de Villeneuve-sur-Lot
-
Sous-préfet
Arrondissement de La Châtre
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Michel Francis Léon LevalloisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Parentèle
Autres informations
Directeur de thèse
Distinctions

Michel Levallois, né le dans le 14e arrondissement[1] de Paris et mort le [2] dans cette même ville, est un haut fonctionnaire et historien français, ayant consacré une grande partie de sa carrière et de ses études historiques à la France d’outre-mer.

Famille et formationModifier

Il est issu d'une famille créole guyanaise[2] et est l’arrière-petit-neveu de Thomas Urbain (1812-1884), journaliste et interprète, converti à l'islam en Algérie sous le nom de Ismaÿl Urbain. Il est le père d'Agnès Levallois[3], spécialiste du Moyen-Orient.

Michel Levallois passe une partie de son enfance et adolescence à Madagascar où son père Maurice[1], rédacteur au ministère des DOM-TOM, est affecté[2]. Il assistera à la répression de l'insurrection malgache de 1947[2] dont il dira plus tard « avoir été profondément choqué »[2]. Il est élève au collège Saint-Michel de Tananarive puis poursuit sa scolarité à Paris, aux lycées Buffon et Louis-le-Grand puis à la faculté de droit[1] et enfin il intègre l'École nationale de la France d'outre-mer (ENFOM) dont il sort en 1959[2].

CarrièreModifier

Il a exercé (1959-1962) différentes fonctions dans l'administration française en Algérie durant la guerre d’Algérie : officier de section administrative spécialisée (SAS), puis faisant fonction de chef de cabinet du préfet d’Orléansville Louis Verger, puis membre du cabinet du délégué général à Alger Jean Morin[4]. Il rentre en métropole[2], dans le corps préfectoral : il sera successivement sous-préfet de La Châtre (Indre), de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) et de Provins (Seine-et-Marne)[2]. En 1969, il part pour la Nouvelle Calédonie, appelé par le nouveau Haut-commissaire Louis Verger qu'il a secondé lorsque celui-ci était préfet en Algérie, pour être son secrétaire général[2]. Rentré en métropole, il sera ensuite directeur de cabinet du secrétaire général du gouvernement, Marceau Long (1974-1978) puis préfet de la Haute-Marne[2] et, en 1981, préfet (préfet de région) de la Réunion[2]. De 1984 à 1986, il est directeur des affaires politiques au ministère de l'Outre-Mer[2]. Mis en position hors cadre en 1986[Note 1], il est affecté l'année suivante au cabinet du ministre des Affaires sociales, Philippe Seguin[4] et est nommé chef de la Mission pour l'emploi des jeunes et les travaux d'utilité collective[4]. Avec le changement de gouvernement, il conseille ensuite Michel Rocard, devenu Premier ministre, dans les négociations qui aboutiront aux accords de Matignon de 1988 sur la Nouvelle-Calédonie[2]. Il est président de l'Office de la recherche scientifique et technique outre-mer (ORTSOM, aujourd'hui Institut de recherche pour le développement ou IRD)[4]. Il prend sa retraite en 1995[4].

Il est élu membre de la 5e section de l'Académie des sciences d'outre-mer le 2 décembre 1994[4]. Il exerce également plusieurs mandats de président et d'administrateur d'institutions publiques et privées en relation avec l'Afrique subsaharienne : l'Université Senghor d'Alexandrie[4], l'ONG Enda Tiers-Monde[4] et Enda Europe et le Comité international de la fondation de France[4].

Sa thèse de doctorat en histoire à l'INALCO (soutenue en 1999) porte sur la vie de l'interprète et journaliste Ismaÿl Urbain, son arrière grand-oncle (1812-1884), en Algérie française.

Michel Levallois meurt le 29 avril 2018, à l'âge de 84 ans, des suites d'une longue maladie dans un hôpital parisien[2],[Note 2].

Affaire « Lafleur - Levallois »Modifier

Dans son autobiographie L’Assiégé : vingt-cinq ans de vie politique. Une histoire partagée avec la Nouvelle-Calédonie parue en aux éditions Plon, Jacques Lafleur (1932-2010), homme politique néo-calédonien et chef du camp anti-indépendantiste, accuse nommément Michel Levallois, d’avoir une part de responsabilité importante dans la mort du dirigeant indépendantiste Éloi Machoro en 1985. Pour ces déclarations, Michel Levallois obtient du tribunal correctionnel de Paris la condamnation en diffamation du député néo-calédonien et de son éditeur, confirmé en appel le . Jacques Lafleur et Plon doivent alors payer solidairement 15 245  de dommages et intérêts à Michel Levallois, tandis que les passages incriminés du livre doivent être retirées dans ses publications ultérieures. Cependant, le chef anti-indépendantiste s’insurge contre cette décision de justice en déclarant : « Je maintiens que ce que j’ai écrit est vrai »[5].

HonneursModifier

ŒuvresModifier

OuvragesModifier

  • Michel Levallois, Ismaÿl Urbain (1812-1884) : une autre conquête de l’Algérie, éd. Maisonneuve & Larose, 2001, (ISBN 2706815337), aperçu disponible sur le site du Google Livres
  • Michel Levallois, Ismaÿl Urbain : Royaume arabe ou Algérie franco-musulmane ? 1848-1870, éd. Riveneuve, 2012, (ISBN 978-2-3601-3101-3)
  • Michel Levallois, De la Nouvelle Calédonie à Kanaky: Au cœur d'une décolonisation inachevée, éd Vents d'ailleurs, 2018,

ArticlesModifier

NotesModifier

  1. Selon Alain Rollat dans la nécrologie qu'il a publié dans Le Monde (voir références) « la victoire de Jacques Chirac aux législatives de 1986 vaut à Michel Levallois une mise au placard. Sa « faute » ? Avoir prédit le pire au vu de la « politique du mépris » opposée aux Kanaks par la nouvelle majorité ».
  2. Toujours selon Alain Rollat, Michel Levallois aurait achevé d'écrire ses mémoires quelques jours avant sa mort.

RéférencesModifier

  • Who’s Who in France :
    1. Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France, dans les territoires d’Outre-Mer ou à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 36e édition 2004-2005 éditée en 2004, 2291 pages, 31 cm (ISBN 2-85784-043-8), notice « Levallois (Michel) », page 1272. Dernière édition à comporter une notice à ce nom.
    2. Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France, dans les territoires d’Outre-Mer ou à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 37e édition 2005-2006 éditée en 2005, 2351 pages, 31 cm (ISBN 2-85784-045-4). Première édition dépourvue d’une notice à ce nom.
  1. a b c d e f et g Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France, dans les territoires d’Outre-Mer ou à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 36e édition 2004-2005 éditée en 2004, 2291 pages, 31 cm (ISBN 2-85784-043-8), notice « Levallois (Michel) », page 1272.
  2. a b c d e f g h i j k l m et n L'ancien préfet Michel Levallois est mort par Alain Rollat, Le Monde, le 7 mai 2018.
  3. Mort de Michel Levallois sur le site lakoom-info.com]
  4. a b c d e f g h et i Michel Levallois sur le site de l'Académie des sciences d'outre-mer.
  5. « Affaire Lafleur /Levallois : "L’Assiégé" condamné en appel », Les Nouvelles calédoniennes, 4 avril 2003.]

Liens externesModifier