Ouvrir le menu principal

Michel Janvier

photographe et illustrateur français
Michel Janvier
Naissance (65 ans)
Meaux Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Autres activités

Michel Janvier, né le [1] à Meaux[2], est un illustrateur, dessinateur, coloriste, lettreur de bande dessinée et photographe français.

BiographieModifier

Débuts d'illustrateur (années 1970)Modifier

Michel Janvier débute comme illustrateur en 1977 (Les Guides Verts, Michelin, Larousse, Sélection du Reader's Digest, Nathan, Hachette et Hatier…). Il aborde ensuite l’illustration pour enfants avec les Éditions des Deux Coqs d’Or (reprises de Maya l'abeille, Tom et Jerry et diverses séries issues des Studios Disney, Warner Bros. ou MGM).

Débuts dans la bande dessinée (années 1980-1990)Modifier

En 1982, sur les conseils de Jean-Michel Charlier et Claude Moliterni, il se lance dans la bande dessinée en assistant Morris sur une histoire courte de Lucky Luke, intitulée Le Ranch maudit (publiée en album en 1986). Morris accepte de lui confier le dessin de la série dérivée Rantanplan, sur des scénarios de Xavier Fauche et Jean Léturgie. Ils réalisent neuf des onze premiers tomes, publiés entre 1987 et 1997. Cette année là, le trio quitte la série suite à des conflits avec Morris et l'éditeur. Ce sont le dessinateur Vittorio Leonardo et le scénariste Bob de Groot qui réalisent les nouveaux albums de la série.

À partir de 1989, il officie comme lettreur sur un certain nombre d'albums d’Astérix réalisés par Albert Uderzo. Il tient ce poste jusqu'au dernier album d'Uderzo, en 2005.

Janvier collabore parallèlement à d'autres projets : en 1995, il réalise avec Jean Léturgie des mini-bandes dessinées publicitaires mettant en scène le « Prince de Lu » et, pour Xavier Fauche, il dessine La certification ? Oui, mais…. En 1998, il réalise L’histoire de la porcelaine en BD. Dans la même période, il collabore à divers collectifs chez Soleil et Pictoris Studio ( Uderzo croqué par ses amis, La Bande à Julien Clerc, Bikers, Chirac dans tous ses états, Le Père Noël dans tous ses états).

Il crée et auto-édite en 1999 sa propre série Rob, Wed & C° (trois albums), qui devient Les Musicos (quatre tomes depuis 2004) chez Bamboo Édition. Ces gags mettant en scène des enfants hard-rockers sont aujourd’hui[Quand ?] publiés en Chine, Égypte, Grèce et Turquie. Le tome 3 , À la bonne vautre !, avec Erroc et Henri Jenfèvre au scénario, et Frédérique Avril, aux couleurs, publié en septembre 2002, est nommé pour l'Alph-Art jeunesse 9-12 ans au festival d'Angoulême 2003[réf. nécessaire]. Les personnages des Musicos deviennent simultanément héros de plaquettes bimestrielles conjointement éditées par la SNCF et la région Limousin pour la promotion des TER.

En 2001, il participe au collectif Paroles de taule chez Delcourt. Avec Frédérique Avril, Jean-Claude Morchoisne et Michel Rodrigue, il partage la réalisation du collectif Horoscomics en 2002.

Années 2000Modifier

En 2006 paraît son premier album de bande dessinée réaliste historique chez Glénat, avec la reprise de Docteur Monge, sur un scénario de Daniel Bardet, en succédant à Éric Chabbert au dessin.

Il adapte en bande dessinée, toujours avec ce même scénariste, le roman Madame Bovary (2008) chez Adonis. La même année, il participe aux albums collectifs L’Homme-miroir chez Module Étrange (avril 2008) et Belmondo s’affiche (fin 2008) au Lombard.

En juin 2008 sort la quatrième tome de sa série Les Musicos pour lequel ses scénaristes habituels reçoivent le concours de Christophe Cazenove, Jean-Luc Garréra et Hervé Richez. Les couleurs sont de Magali Poli-Rivière.

En 2008, il réalise les couvertures des tomes 17 à 20 de Rantanplan, bêtisiers publiés par Lucky Comics jusqu'en 2011, regroupant des gags inédits en albums.

Parallèlement, sur des scénarios de Stéphane Bein, Michel Janvier dessine 930 gags de la série Les Trentenaires… pour le quotidien le Populaire du Centre. Deux recueils issus de cette série sont publiés en 2009 et 2010.

Le 1er juin 2011 sort l'album Rock'N'Vrac chez Bamboo avec des scénarios d'Erroc, Cazenove, Bloz, Garréra, Philippe Chanoinat, Jenfèvre.

Retour aux illustrations (années 2010)Modifier

En novembre 2011, il illustre l'ouvrage Contrechamps sur des textes de Rémy Beurion chez CPE. Chez ce même éditeur il publie en avril 2012 Le Patois Berrichon expliqué aux enfants, dessins accompagnant les textes de Daniel Bernard.

En juin 2012, il réalise les planches en BD de l'album collectif Légendes du Cyclisme avec Roger Brunel et Jean-Marc Borot chez Vents d'Ouest.

En novembre 2013, il collabore à nouveau avec Roger Brunel et Jean-Marc Borot sur l'album Légendes du Sport Automobile avec la complicité de Jean-Paul Renvoizé.

Par ailleurs photographe professionnel, il expose ses clichés depuis 1989 en France. Il se consacre dans un premier temps à la photographie de charme. Michel Janvier s'oriente par la suite vers la photographie de scène rock et du spectacle vivant. Ses clichés sont publiés chez l'éditeur Camion Blanc en 2010 (ouvrages sur le Heavy metal et le paganisme de Nicolas Walzer puis sur Slash sur des textes de Paul Stenning en 2011). Chez ce même éditeur, Janvier participe à l'illustration de l'ouvrage de Nicolas Bénard Metalorama en juin 2011.

En 2014, il réalise pour le groupe pétrolier Picoty Avia trois planches de bandes dessinées sur l'histoire des 24 Heures du Mans. En 2015, il réalise plusieurs affiches de festivals de bande dessinée : Saint-Rémy (Saône et Loire), Fabrègues (Hérault) Labourse (Pas de Calais). Il participe à l'album Puget sur Argens, une épopée provençale avec Michel Rodrigue. Il réalise également une illustration dans l'album collectif consacré à la Cité de l'automobile de Mulhouse chez l'éditeur suisse Paquet.

Une planche mettant en scène ses personnages des Musicos dans l'album collectif Les amis de Nab paraît chez Galaktus Studios, scénarisée par Alexine Jeandel.

En automne 2015, il met en scène, sous la direction de Michel Rodrigue, ses personnages des Musicos et Rantanplan sous formes de marionnettes.

En 2016, il réalise l'affiche du Salon du livre d'Ile-de-France de Mennecy (Essonne).

Il participe en octobre 2016 à l'album Chambéry, Mémoires d'éléphants avec Michel Rodrigue et Roger Brunel. Puis en novembre 2016 Faure, 168 ans de transport toujours avec Michel Rodrigue, assisté de son fils Aurélien Janvier aux décors et d'Alexine Jeandel à la couleur.

Il réside dans le Limousin[3]. Il anime en Creuse des ateliers d'initiation et de perfectionnement dans le domaine de la bande dessinée.

En novembre 2017, il participe à une résidence artistique et culturelle en tant que médiateur culturel rattaché à la bande dessinée, sous contrat avec la MJC de La Souterraine, la Région Nouvelle-Aquitaine, les rectorats Limousin Poitou Charentes, et la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l'Image d'Angoulême.

En février 2018, il publie chez Vents d'Ouest avec Brremaud et Michel Rodrigue le tome 2 de P'tit Chabal, C'est pour moi !.

En mai 2018 sort aux Éditions Paquet Jo Siffert, scénarisé par Olivier Marin.

PublicationsModifier

En tant que dessinateurModifier

Les séries :

  • Cadmos (sauvegarde et diffusion du patrimoine littéraire mondial) ;
  • La certification ? Oui, mais… (One shot) ;
  • L'histoire de la porcelaine (One shot) ;
  • Docteur Monge ;
  • Lucky Luke (Le Ranch maudit, en 1986) ;
  • Les Musicos ;
  • Rantanplan ;
  • Rob, Wed & Co ;
  • Les aventures de Prince de Lu ;
  • Rock'N'Vrac ;
  • Légendes du Cyclisme ;
  • Légendes du Sport Automobile
  • Les Trentenaires.
  • Jo Siffert

En tant que coloristeModifier

La série :

  • Rantanplan, couvertures du Bêtisier 8 Chien d'arrêt ;
  • Rock'N'Vrac ;
  • Légendes du Cyclisme ;
  • Légendes du Sport Automobile.

En tant que lettreurModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier