Michael Steinberg

Michael Steinberg (BreslauEdina) est un critique musical, musicologue et écrivain américain.

Michael Steinberg
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
EdinaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Selon le critique musical du San Francisco Chronicle, Joshua Kosman, Steinberg est connu pour « l'éclairage plein d'esprit et ses notes souvent profondément personnelles qu'il a écrit pour les brochures des programmes de l'Orchestre symphonique de San Francisco, dès 1979 »[1]. Il a contribué à plusieurs entrées du New Grove Dictionary of Music and musicians, écrit des articles pour des journaux et magazines musicaux, des notes pour les livrets de disques et publié un certain nombre de livres sur la musique, collectant à la fois des textes publiés et de nouvelles pages.

CarrièreModifier

Né à Breslau, en Allemagne (aujourd'hui Wrocław, en Pologne), Steinberg quitte l'Allemagne en 1939, comme l'un des enfants réfugiés du Kindertransport et passe quatre ans en Angleterre, avant d'émigrer aux États-Unis en 1943, avec son frère et sa mère. Il obtient un diplôme en musicologie de l'Université de Princeton (1949)[2] – l'érudit, musicien et pianiste Charles Rosen, était son colocataire. Il étudie la musicologie avec Oliver Strunk, la théorie et l'analyse avec Edward T. Cone et Babbitt. Après Princeton, il vit deux ans en Italie grâce à une bourse Fulbright, suivie d'un séjour de deux ans en Allemagne de l'armée américaine. Ensuite, il est membre du corps professoral de l'École de musique de Manhattan, où il a enseigné l'histoire de la musique (1954–1955, 1957–1964)[2].

Steinberg enseigne dans plusieurs collèges de New York et du Massachusetts, avant de devenir critique musical en 1964, pour le Boston Globe. Son temps avec le Globe n'a pas été sans controverse. Alors que Steinberg est salué pour son écriture, les normes élevées par lequel il a mesuré les interprétations qu'il examine, sont cause de frictions avec l'Orchestre symphonique de Boston. À un moment, les membres l'orchestre ont voté l'interdiction pour Steinberg d'assister aux concerts. Cependant, après près de douze ans de collaboration au Globe, il devient le rédacteur des programmes de l'orchestre. En 1979, il travaille comme directeur des publications et conseiller artistique pour le San Francisco Symphony, poste qu'il assure jusqu'en 1989. Il est le rédacteur des programmes pour d'autres orchestres au long de sa carrière, notamment le New York Philharmonic (dès 1995)[2] et le Minnesota Orchestra. Pour ce dernier, il en est également le conseiller artistique pendant les années 1990.

Dans un entretien pour le San Francisco Chronicle en 1995, Steinberg exprime qu'il voit son rôle de critique et de rédacteur de programmes, comme quelqu'un à même de « construire des ponts et une aide pour créer un contact entre les auditeurs — des auditeurs non professionnels pour la plupart — et la musique »

Steinberg est mort le à Edina au Minnesota, à l'âge de 80 ans[3],[4],[5],[6].

ÉcritsModifier

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Michael Steinberg (music critic) » (voir la liste des auteurs).
  1. Kosman, Joshua, "Michael Steinberg - music critic, educator."
  2. a b et c (en) Patrick J. Smith et Maureen Buja, « Steinberg, (Carl) Michael (Alfred) », dans Stanley Sadie (éd.), The New Grove Dictionary of Music and Musicians, Londres, Macmillan, seconde édition, 29 vols. 2001, 25 000 p. (ISBN 9780195170672, lire en ligne)
  3. (en) Euan Kerr, Music writer Michael Steinberg dies, sur Minnesota Public Radio, 26 juillet 2009.
  4. (en) « Obituaries: Conductor Edward Downes dies at eighty-five; singers Lois Hunt and William Diard; critics Michael Steinberg and Robert Hilferty; arts advocate George Weissman. », Opera News, sur Opera News, .
  5. (en) Janos Gereben, In Memoriam: Michael Steinberg, San Francisco Classical Voice, 27 juillet 2009.
  6. (en) Michael Steinberg remembered, sur Los Angeles Times, 26 juillet 2009.

Liens externesModifier