Meygal

Zone naturelle française et massif montagneux du Massif Central

Meygal
Carte de localisation du Meygal.
Carte de localisation du Meygal.
Géographie
Altitude 1 436 m, Testavoyre
Massif Massif central
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire

Le Meygal est un petit massif montagneux d'origine volcanique, située dans le Massif central et dans le département de la Haute-Loire, constituant une région naturelle française. Il forme le cœur du Velay et son point culminant est le Testavoyre à 1 436 m.

ToponymieModifier

Le nom du massif en occitan est Maigal.

GéographieModifier

SituationModifier

Le massif du Meygal est situé à une vingtaine de kilomètres au nord-est du Puy-en-Velay[1]. Il est bordé au nord par les monts du Forez, au sud et à l'est par le massif du Mézenc et les monts du Vivarais, à l'ouest par le massif du Devès et au nord-est par le massif du Pilat.

Les communes du massif sont Saint-Julien-Chapteuil, Saint-Hostien, Saint-Jeures, Queyrières, Yssingeaux, Araules et Champclause.

TopographieModifier

Entre la Peyre de Bard et le mont Rouge se trouve la combe Noire, un vallon de la Sumène où se situe le moulin de Guérin.

Le point culminant est le Testavoyre qui culmine à 1 436 m. Les autres sommets du massif sont : le Mounier (1 408 m), le pic du Lizieux (1 386 m), le Montivernoux (1 374 m), la Tortue (1 329 m), le Ranc (1 255 m), le suc de Montaigu (1 241 m), le suc de l'Église (1 241 m), le mont Chanis (1 232 m), le mont Chabrier (1 230 m), le suc du Mounier (1 208 m), la Mézère (1 203 m), la Peyre de Bard (1 200 m), le Montcharret (1 199 m), le suc de Jorance (1 186 m), le suc des Ollières (1 186 m), le suc de Bellecombe (1 174 m), le mont Gros (1 170 m), le suc l'Alauze (1 161 m), le Clarel (1 160 m), le mont Rouge (1 159 m), le suc de Saussac (1 149 m), le suc d'Achon (1 148 m), le mont Loségal (1 135 m), le suc de Beyssac (1 125 m) et le suc de Piou (1 124 m).

GéologieModifier

ClimatModifier

Faune et floreModifier

La forêt domaniale qui couvre le massif a été plantée vers 1860, en application d'une politique qui visait à limiter les grandes crues en boisant des zones de montagne.

HistoireModifier

Sur le suc de Chapteuil, on peut encore voir des vestiges de la forteresse qui a appartenu à la famille de Pons de Chapteuil.

ActivitésModifier

TourismeModifier

Le massif comporte un domaine de ski de fond dénommé « domaine nordique du Meygal » avec environ 40 kilomètres de pistes, entre 1 200 et 1 436 m d'altitude, dont le départ se situe sur la commune de Queyrières[2], au chalet de Raffy.

Protection environnementaleModifier

Les sommets de Testavoyre, du pic du Lizieux, de Montivernoux, du Mounier et de la Tortue sont inclus dans le site Natura 2000 « Sucs du Velay / Meygal » d'une superficie de 217 ha[3].

CultureModifier

Le Meygal est la région natale de Jules Romains. Entre le mont Chabrier et le Testavoyre, sur la commune de Queyrières, le long d'une petite route, se trouve la maison des Copains, ancienne maison forestière parfaitement conservée[4], où se situe le joyeux banquet final du roman de Jules Romains Les Copains (1913). Jules Romains aimait à s'y rendre avec ses amis. Ceux qui veulent honorer la mémoire de cet auteur s'y retrouvent volontiers, depuis 1968, un dimanche proche du 26 août, anniversaire de sa naissance[5],[6].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • François Bret, Le Mézenc-Meygal en tant que paysage forestier : Éléments d’analyse d’un espace géographique : in Cahiers de la Haute-Loire 1976, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. D'après la mesure de distance à vol d'oiseau sur geoportail.gouv.fr
  2. « Domaine Nordique du Meygal », sur Chalet du Meygal (consulté le )
  3. « INPN - FSD Natura 2000 - FR8301086 - Sucs du Velay / Meygal », sur inpn.mnhn.fr (consulté le )
  4. Cette maisonnette de 6 m2 est ouverte aux visiteurs. L'Éveil de la Haute-Loire, 16 janvier 2021.
  5. Jean-Paul Clébert, Les Hauts-lieux de la littérature en France, Paris, Bordas, 1990, p. 121.
  6. Gaëtan Barralon, « Les Capitoliens célèbrent le centenaire des Copains de Jules Romains. Saint-Julien-Chapteuil. Dimanche, l’œuvre de l’auteur capitolien reçoit un hommage de la commune », Le Progrès, 22 août 2013 (en ligne).