Ouvrir le menu principal

Metin Arditi

écrivain suisse francophone d’origine turque séfarade
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arditi.
Metin Arditi
Metin Arditi-Nancy 2011 (1).jpg
Metin Arditi présentant son ouvrage Le Turquetto dans le cadre du « Livre sur la Place » à Nancy en septembre 2011.
Fonctions
Ambassadeur de bonne volonté
depuis
Président
Orchestre de la Suisse romande
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (74 ans)
AnkaraVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
La Croix (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Œuvres principales

Metin Arditi, né le à Ankara, est un écrivain suisse francophone d’origine turque séfarade.

Sommaire

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  Cette section est trop longue. Elle pourrait gagner à être raccourcie ou répartie en plusieurs sous-sections.
Il est également possible que sa longueur crée un déséquilibre dans l'article, au point d'en compromettre la neutralité en accordant à un aspect du sujet une importance disproportionnée.

Metin Arditi a quitté la Turquie à l’âge de sept ans.

Après onze années passées dans un internat suisse à Lausanne, il étudie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne, où il obtient un diplôme en physique et un diplôme de troisième cycle en génie atomique. Il poursuit ses études à l’université Stanford.

Il habite Genève, où il est très engagé dans la vie culturelle et artistique. De 2000 à 2013, il a été Président de l'Orchestre de la Suisse romande. Il est membre du Conseil stratégique de l’École polytechnique de Lausanne où au fil des ans, il a enseigné la physique (assistant du Prof. Mercier), l'économie et la gestion (comme chargé de cours) et l'écriture romanesque (en tant que Professeur invité).

En 1988, il crée la fondation Arditi qui attribue une quinzaine de prix annuels aux diplômés de l'Université de Genève et de l'École polytechnique fédérale de Lausanne. La Fondation Arditi a racheté et offert à l'Université de Genève le Cinéma Manhattan, une salle avant-gardiste classée Monument historique et désormais appelée Auditorium Fondation Arditi. Il est le fondateur en 2009 et le coprésident (avec Elias Sanbar) de la Fondation « Les Instruments de la Paix-Genève », qui favorise l’éducation musicale des enfants de Palestine et d'Israël. Il est membre du Conseil de la Fondation du Conservatoire de musique de Genève. Il a présidé la commission de construction du musée Martin Bodmer, à Cologny.

En décembre 2012, Metin Arditi a été nommé par l'UNESCO Ambassadeur de bonne volonté. En juin 2014, l'UNESCO l'a nommé Envoyé spécial.

Depuis août 2016, il tient une chronique hebdomadaire dans La Croix[1].

ÉcritureModifier

Auteur d’essais, de récits et de romans, Metin Arditi est un écrivain de l’intime, dont tous les livres traitent des mêmes thèmes : la difficulté de la filiation, la solitude et l’exil.

ŒuvresModifier

RomansModifier

  • 2004 : Victoria-Hall, (Pauvert, Paris)
  • 2005 : Dernière lettre à Théo, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2006 : La Pension Marguerite, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2006 : L’Imprévisible, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2007 : La Fille des Louganis, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2009 : Loin des bras, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2011 : Le Turquetto, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2012 : Prince d’orchestre, (éditions Actes Sud, Arles)
  • 2013 : La Confrérie des moines volants, (éditions Grasset, Paris)
  • 2015 : Juliette dans son bain, (éditions Grasset, Paris)
  • 2016 : L'Enfant qui mesurait le monde, (éditions Grasset, Paris) – Prix Méditerranée 2017[2]
  • 2017 : Mon père sur mes épaules, (éditions Grasset, Paris)
  • 2018 : Carnaval noir, (éditions Grasset, Paris)

RécitsModifier

  • 2001 : Jonction, (K.G. Saur Verlag, Munich)
  • 2002 : La Chambre de Vincent, (éditions Zoé, Genève)

EssaisModifier

  • 1997 : Mon Cher Jean… de la cigale à la fracture sociale, (éditions Zoé, Genève)
  • 1998 : La Fontaine, fabuliste infréquentable, (éditions Le Fablier, Château-Thierry)
  • 1999 : Le Mystère Machiavel, (éditions Zoé, Genève)
  • 2000 : Nietzsche ou l'insaisissable consolation, (éditions Zoé, Genève)
  • 2017 : Dictionnaire amoureux de la Suisse (éditions Plon, Paris)
  • 2019 : Dictionnaire amoureux de l'Esprit français (éditions Plon, Paris)

Prix littérairesModifier

  • 2004 : Prix du Premier roman de Sablet
  • 2006 : Prix Lipp Suisse
  • 2006 : Prix des Auditeurs de la Radio Suisse Romande
  • 2007 : Prix Version Femina- Virgin Megastore. Prix de l’Office Central des Bibliothèques, Prix Ronsard des Lycéens
  • 2011 : Prix Jean-Giono, Prix de l'Académie de Bretagne, Prix de l'Académie romande, Prix des Libraires de Nancy-Le Point, Prix Paroles et Plumes, Prix Millepages, Prix Page des Libraires, Prix Culture et Bibliothèques pour tous, Prix Casanova, Prix Alberto-Benveniste, Prix Océanes, Prix du Lycée Français de New York [3]
  • 2012: Prix du public de l'Algue d'or (Saint-Briac-sur-Mer, France)
  • 2016 : Prix Albert Bichot
  • 2017 : Liste Goncourt, le choix de l'Italie
  • 2017 : Prix Méditerranée, Prix du Cercle Interallié, Prix Littéraire Richelieu de la Francophonie, Prix des lecteurs de Points-Seuil, Festival des Littératures européennes de Cognac : prix des lecteurs
  • 2018 : Prix La racine des mots est-elle carrée ? décerné par des lycéens à une oeuvre alliant mathématiques et littérature pour L'enfant qui mesurait le monde

SélectionsModifier

Prix Goncourt - Prix Médicis - Prix Renaudot - Goncourt des Lycéens - Grand Prix du Roman de l'Académie Française - Prix Jean Freustié -

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :