Messines (Belgique)

ville de la Flandre occidentale, Belgique

Messines
(nl) Mesen
Blason de Messines
Héraldique
Drapeau de Messines
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau de la province de Flandre-Occidentale Province de Flandre-Occidentale
Arrondissement Ypres
Bourgmestre Sandy Evrard (MLM) (2007-24)
Majorité Mesense Liberalen/Libéraux Messinois (MLM) (2007-24)
Sièges
RESPECT !
MLM
9 (2019-24)
2
7
Section Code postal
Messines 8957
Code INS 33016
Zone téléphonique 057
Démographie
Gentilé Messinois(e)[1]
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
1 040 ()
50,58 %
49,42 %
291 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
20,76 %
60,28 %
18,96 %
Étrangers 12,24 % ()
Taux de chômage 9,04 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 10 542 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 50° 45′ nord, 2° 54′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
3,58 km2 (2005)
88,58 %
0,38 %
10,32 %
0,72 %
Localisation
Localisation de Messines
Situation de la commune dans l'arrondissement d'Ypres et la province de Flandre-Occidentale
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Messines
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Messines
Liens
Site officiel www.messines.be

Messines (en néerlandais Mesen et en picard Messène) est une ville néerlandophone à facilités de Belgique située dans la Région flamande en Province de Flandre-Occidentale (région du Westhoek).

La ville connut son apogée aux XIIe et XIIIe siècles grâce à l'industrie drapière, tout comme Lille, Ypres ou encore Bruges.

HéraldiqueModifier

 
La commune possède des armoiries qui lui ont été octroyées le 1er mars 1993. Les armoiries originelles lui avaient été octroyées le 10 novembre 1819 et confirmées le 19 avril 1847.

Les armoiries sont blasonnées avec une couronne dorée à cinq fleurs, mais depuis 1847, elles sont toujours enregistrées avec une couronne plus petite. Ce n'est qu'entre 1819 et 1847 que la couronne décrite a été utilisée. La ville utilise la couronne comme enregistrée, voir ci-dessus.

Les sceaux médiévaux de Messines de 1295 et 1328 montraient une dame assise avec un livre ainsi qu'un dôme ou une église. En 1328, le contre-seing de la ville présentait une fleur de lys. Cependant, au XVe siècle, les armoiries sont représentées par un chevron rouge en or avec trois croissants rouges. Celles-ci figuraient également comme armoiries de la ville sur une carte de 1615. Deux rouleaux d'armes du XVIIe siècle présentent le même dessin, mais avec des couleurs différentes. En même temps, les armes sont représentées sur une carte de 1538 comme une crosse. Deux autres cartes du XVIe siècle montrent également la crosse, avec ou sans lettre M. Les deux armoiries différentes auraient pu être les armoiries de la ville et celle du comté de Messines, qui auraient alors pu différer. Au XVIIe siècle, les petits sceaux et contre-seings de la ville montraient à nouveau la fleur de lys.

Pour finir, à la fin du XVIIe siècle, les armoiries de la ville et du comté de Messines sont représentées en bleu avec une fleur de lys en argent. Ces armoiries n'ont plus changé depuis lors. La fleur de lys et la crosse étaient également utilisées par l'abbaye locale, fondée par Adèle de Messines, princesse de France au XIe siècle. La ville était gouvernée par l'abbaye et l'abbaye était sous la juridiction du Roi de France, la ville n'était donc pas sous la juridiction de la Flandre. Une fleur de lys en argent est le symbole de Sainte Marie, patronne de l'abbaye. Les rois français utilisaient une fleur de lys dorée, ce qui rendait le symbole encore plus approprié pour la ville.
Blasonnement : D'azur à la fleur de lys d'or. L'écu sommé d'une couronne à cinq fleurons d'or.
Source du blasonnement : Heraldy of the World[2].



GéographieModifier

 
La commune de Messines et les villages voisins.

Tout comme Baerle-Duc et Ixelles, Messines est une ville morcelée : deux territoires géographiquement non adjacents composent la ville de Messines.

Localités limitrophes :






Évolution démographiqueModifier

Elle comptait, au , 1 047 habitants (520 hommes et 527 femmes), soit une densité de 292,46 habitants/km²[3] pour une superficie de 3,58 km².

Le graphique suivant reprend sa population résidente au 1er janvier de chaque année[4]


 

HistoireModifier

En janvier 1223, Matthieu de Messines et Hugues le Blond de Zeggerscappel sont deux personnes réfugiées dans l'abbaye de Saint-Bertin de Saint-Omer (motif de ce refuge inconnu; ces personnes ont sans doute des liens avec l'abbaye). Adam évêque de Thérouanne, considérant les privilèges de l'abbaye (et notamment le droit de justice sur les personnes situées sur des terres dépendant d'elle), leur permet d'en sortir librement. La consigne donnée par l'évêque n'est pas respectée car quelques jours plus tard, il notifie aux curés de son diocèse que les deux ayant été enlevés par violence de la cuisine de l'abbaye, on doit les mettre en liberté, sous peine d'encourir les censures ecclésiastiques (comme par exemple l'excommunication que pouvaient prononcer les évêques à l'époque)[5].

 
Instantané d'avril 1918
 
commande de l'attaque de Meesen (7 avril 1918)

Messines fut le théâtre de 3 batailles de la Première Guerre mondiale et fut complètement détruite :

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Adèle de France (1009-1079), fille du roi de France Robert II, épouse du comte de Flandre Baudouin V, morte à l'abbaye de Messines et sanctifiée sous le nom de sainte Adèle de Messines.

Notes et référencesModifier

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : Les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, (lire en ligne), p. 95.
  2. https://www.heraldry-wiki.com/heraldrywiki/index.php?title=Mesen
  3. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
  4. 3_Population_de_droit_au_1_janvier,_par_commune,_par_sexe_2011_2014_G_tcm326-194205 sur le site du Service Public Fédéral Intérieur
  5. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome VII, 2ème partie, Année 1223.
  6. Anselme de Sainte Marie, , Paris, 1726 (lire en ligne), page 72
  7. Joseph Delmelle, Abbayes et béguinages de Belgique, Rossel édition, Bruxelles, p. 32.

Lien externeModifier