Ouvrir le menu principal

Mermoz (film)

film de Louis Cuny, sorti en 1943
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mermoz.
Mermoz
Titre original Mermoz
Réalisation Louis Cuny
Scénario Louis Cuny
Henry Dupuy-Mazuel
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Productions françaises cinématographiques
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Film biographique
Durée 100 minutes
Sortie 1943

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mermoz est un film français réalisé par Louis Cuny, sorti en 1943.

SynopsisModifier

Biographie de l'aviateur Jean Mermoz.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

  • Mermoz est souvent qualifié de film vichyste : « Mermoz est l'un des rares films de la période où soit réuni un ensemble de signes fascisants : le pilote de l’aéronautique, en particulier, est un héros solitaire, engagé dans une œuvre d’utilité collective au prix d’une lutte contre la bureaucratie et les forces d’argent qui lèsent les intérêts de l’individu comme de la nation entière »[1].
  • C'est le seul film de l'acteur Robert-Hugues Lambert, choisi pour sa ressemblance avec Jean Mermoz : le 3 mars 1943, quelque temps avant la fin du tournage, il est arrêté par les Allemands, déporté dans le camp de concentration de Gross-Rosen, maintenant Rogoźnica (Pologne), où il meurt le 7 mars 1945 à l'âge de 37 ans. Son arrestation est due à sa relation homosexuelle, avec un officier allemand, sur laquelle enquêtait le SD[2]. L'acteur Henri Vidal (24 ans) remplaça, au pied levé, Robert-Hugues Lambert pour terminer le tournage, mais la voix de ce dernier put être enregistrée grâce à une perche microphone tendue au-dessus du mur de l'enceinte du camp de Compiègne où il était incarcéré en transit, si bien que Vidal ne lui prêta que sa silhouette dans la fin du film.
  • Le tournage de Mermoz constitue la trame du scénario dans Le Plus Beau Pays du monde, film réalisé en 1999 par Marcel Bluwal et dans lequel l'acteur belge Jean-Claude Adelin incarne le personnage de Robert-Hugues Lambert.

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Pierre Bertin-Maghit, Le Cinéma français sous l’occupation, PUF
  2. Patrick Buisson, 1940-1945 Années érotiques, tome 2 De la grande prostituée à la revanche des mâles, éditions Albin Michel, 2009, p. 235-237.

Liens externesModifier