Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dewey.
Melvil Dewey
Description de cette image, également commentée ci-après
Melvil Dewey, portrait et signature.
Naissance
Adams Center (en), État de New York
Décès (à 80 ans)
Lake Placid (Floride)
Nationalité Américaine
Pays de résidence États-Unis
Profession
Famille

Melvil Dewey (Melville Louis Kossuth Dewey[1]) est né le à Adams Center (en), dans l'État de New York et mort le à Lake Placid, en Floride. Originaire d'une famille modeste, il est le dernier des cinq enfants de Joel et Eliza Greene Dewey. Il était bibliothécaire et a écrit un système de classement des livres qui porte son nom : la classification décimale de Dewey.

Sommaire

Création de la classification décimaleModifier

Melvil Dewey a suivi ses études, entre 1870 et 1877, au Amherst College, dans le Massachusetts. En 1874, après son premier diplôme, il est embauché en tant qu'assistant bibliothécaire de son collège, avec pour mission de revoir le classement des collections. C’est à ce moment qu’il décide de mettre en place une classification pour la bibliothèque d’Amherst.

En 1876, il publie Classification and Subject Index for Cataloguing and Arranging the Books and Pamphlets of a Library[2] . Il explique qu’il a examiné les différents systèmes déjà existants, il a visité des bibliothèques américaines pour étudier leur plan de classement. Il reprend des classifications des connaissances réalisées par des savants et philosophes dans les siècles passés et les adapte à ses idéologies au fonds documentaire de la bibliothèque d’Amherst College.

Il met tout de suite en place un vocabulaire spécifique : classes, divisions, sections ; ainsi que l’utilisation du 0 pour les généralités. À l’origine, Dewey proposait d’ajouter une indication de taille (size number) si le livre était plus grand que la moyenne, qui était de 25 centimètres. Pour différencier les différents documents d’une même classe, il conseillait également d’ajouter à la cote un numéro d’ordre (book number). Ces pratiques ont été oubliées avec le temps[réf. nécessaire].

Son œuvre pour les bibliothécairesModifier

Pour que les bibliothécaires puissent mettre en place sa classification dans leurs locaux, Dewey fonde, en 1876, Library Bureau qui propose toutes les fournitures nécessaires, des étagères, jusqu’aux étiquettes, en passant par les meubles et les fiches des catalogues. L’entreprise a été plusieurs fois rachetée. Aujourd’hui, Library bureau steel continue la vente d’étagères pour les bibliothèques.

Diplômé, Dewey part vivre à Boston, en 1877. Il fonde The Library Journal (en), qui devient un agent influent pour le développement des bibliothèques en Amérique du Nord, notamment en donnant des conseils et des normes concernant les bibliothèques. Dewey publie sa classification dans ce périodique, afin de la faire connaître aux plus grand nombre de bibliothécaires américains. De nombreux professionnels participent à cette publication.

Avec son ami et collègue Charles Ammi Cutter, il participe aux débuts de l'American Library Association (ALA), dont il est élu secrétaire, puis président en 1890 et en 1892.

En 1883, il devient bibliothécaire du Columbia College et fonde peu après l'école de bibliothéconomie de Columbia, qui est la plus ancienne institution de formation de bibliothécaires au monde. L’école ouvre officiellement le , avec 20 étudiants : 3 hommes et 17 femmes. Celles-ci furent acceptées sur l’insistance de Dewey et contre l’avis des recteurs du collège. Malgré des débuts prometteurs, l’école déménage à Albany en 1890 et devient la New York State Library School. De 1888 à 1906, Melvil Dewey dirige la New York State Library School et, de 1888 à 1900, il est également le secrétaire de l'université de l'État de New York.

Spelling Reform AssociationModifier

Melvil Dewey fut aussi l'un des promoteurs de la réforme de l'orthographe anglaise :

  • il propose que l'on écrive son nom Melvil Dui[1] au lieu de Melville Louis Kossuth Dewey. L'administration américaine a refusé la modification de son nom ;
  • dans son domaine professionnel, il impose l'orthographe américaine catalog au lieu de l'orthographe anglaise traditionnelle catalogue.

Les monts AdirondacksModifier

Melvil Dewey découvre les monts Adirondacks, dans l’état de New York. En 1894 il y fonde le Lake Placid Club[3], un centre de culture et de repos pour des enseignants, des bibliothécaires, et autres américains du milieu cultivé. En 1906, il aménage des maisons chauffées pour que son club puisse être actif toute l’année et organise des activités hivernales, comme le ski, la luge ou encore le curling.

À côté de son club il ouvre les Forest Press où sont préparées et imprimées les différentes éditions de sa classification. La onzième édition est la première à porter la marque des Forest Press. Elles s’arrêtent en 1999, après avoir été rachetées par l’OCLC. Les éditions sont toujours suivies par le DDC Editorial Policy Committee[4], créé en 1937 et désormais installé à la bibliothèque du Congrès, à Washington.

Enfin, Dewey organise un festival de musique, dans les monts Adirondacks, et y développe les sports d’hiver. Il faisait également partie, avec son fils Godfrey, du Comité d’organisation des Jeux olympiques de 1932[5].

ControversesModifier

Harcèlement sexuelModifier

Dans sa biographie de Melvil Dewey, Wayne A. Wiegand met en lumière les « vieilles habitudes [de Dewey] — telles que sa persistante inaptitude à se contrôler autour des femmes », les définissant comme une cause constante de trouble dans son milieu de travail[6]. Pendant des décennies, Dewey a commis des gestes tels que « des accolades, des attouchements et des baisers non consentis » avec des femmes lui étant subordonnées, selon Wiegand[7]. Quand Dewey a ouvert son École de Bibliothéconomie à l’Université de Columbia aux femmes, la rumeur circulait qu’il demandait à ces dernières de fournir des informations sur la taille de leur poitrine dans le formulaire d’application. Bien que cette rumeur se fût avérée infondée, Dewey a néanmoins réellement exigé une photographie de chaque nouvelle candidate féminine, affirmant qu’on « ne peut polir une citrouille »[8]. En 1905, durant un voyage de 10 jours en Alaska financé par l’American Library Association (ALA), un groupe qu’il a co-fondé, il a fait des avances inappropriées à quatre éminentes bibliothécaires qui en ont informé les responsables de l'ALA. Après ces accusations, Dewey s’est vu défait de son titre de participant actif dans l'ALA[8]. Les rapports, allégations et enquêtes sur les comportements inappropriés et agressions de Dewey envers les femmes ont continué pendant des décennies après son départ de l'ALA[7],[9],[8]. En 1930, il a versé 2000$ pour régler la poursuite d’une ancienne secrétaire pour des allégations d’harcèlement sexuel[8].

Antisémitisme et racismeModifier

Bien qu’ils soient bien documentés, l’antisémitisme et le racisme de Melvil Dewey ont longtemps été ignorés par les historiens[10]. Une politique écrite par Dewey lui-même empêchait les Juifs, les Noirs de même que les personnes issues d’autres groupes socialement stigmatisés de devenir membres du Lake Placid Club[11]. Le 18 janvier 1905, sous l’impulsion de l’avocat Louis Marshall, une pétition est présentée au Conseil des régents de l’Université de l’État de New York pour dénoncer les pratiques antisémites du Lake Placid Club, placé sous la gouverne de Melvil Dewey[12]. Rendues publiques, les informations contenues dans la pétition ont été largement commentées par les journaux de New York[12].

Durant les neuf mois au cours desquels cette histoire a été couverte par diverses publications, plusieurs bibliothécaires à travers tout le pays se sont portés à la défense de leur collègue[12]. Aucun n’a dénoncé publiquement l’antisémitisme du « père des bibliothèques modernes »[12],[13]. Au terme de longues délibérations, le Conseil des régents a décidé de ne pas destituer Dewey, mais lui a tout de même adressé publiquement des reproches[14], ce qui l’a mené à démissionner de ses fonctions à titre de bibliothécaire d’état le 1er janvier 1906[15].

SourcesModifier

  1. a et b Biographie sur le site d'OCLC
  2. « A classification and subject index, for cataloguing and arranging the books and pamphlets of a library », sur archive.org (consulté le 25 novembre 2015)
  3. « Lake Placid Club - Lake Placid, New York », sur www.lakeplacidclubresort.com (consulté le 1er décembre 2015)
  4. (en) publish1-replicator, « Editorial Policy Committee », sur www.oclc.org (consulté le 1er décembre 2015)
  5. « Dr. Melvil Dewey Dead In Florida », sur www.nytimes.com, (consulté le 1er décembre 2015)
  6. (en) Wayne A. Wiegand, Irrepressible Reformer: A Biography of Melvil Dewey, American Library Association, , 403 p. (ISBN 9780838906804, lire en ligne)
  7. a et b (en-US) Anne Ford, « Bringing Harassment Out of the History Books », Addressing the troubling aspects of Melvil Dewey's legacy, sur American Libraries Magazine, (consulté le 21 mars 2019)
  8. a b c et d (en-US) Joshua Kendall, « Melvil Dewey, Compulsive Innovator », sur American Libraries Magazine, American Libraries Magazine, (consulté le 21 mars 2019)
  9. (en) Dee Garrison, Apostles of culture: the public librarian and American society, 1876-1920, University of Wisconsin Press, (ISBN 9780299181147, OCLC 50285121, lire en ligne)
  10. Wayne A. Wiegand, "Jew Attack": The Story Behind Melvil Dewey's Resignation as New York State Librarian in 1905, A American Jewish History, , p. 361
  11. Daniel. McKinley, James Eights, 1798-1882 : Antarctic explorer, Albany naturalist, his life, his times, his work /, University of the State of New York, State Education Dept.,, (lire en ligne)
  12. a b c et d Wiegand, Wayne A., « "Jew Attack": The Story Behind Melvil Dewey's Resignation as New York State Librarian in 1905" », A American Jewish History,‎ , p. 362
  13. « The Father of Modern Libraries Was a Serial Sexual Harasser »
  14. Silver, M. M. (Matthew Mark), 1961-, Louis Marshall and the rise of Jewish ethnicity in America : a biography, Syracuse University Press, (ISBN 9780815651987 et 0815651988, OCLC 845032751, lire en ligne)
  15. Wiegand, Wayne A., « "Jew Attack": The Story Behind Melvil Dewey's Resignation as New York State Librarian in 1905" », A American Jewish History,‎ , p. 378

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier