Ouvrir le menu principal
Melo de Bari
Titre de noblesse
Duc
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Enfant
Argyrus (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Dattus (en) (beau-frère)Voir et modifier les données sur Wikidata

Melo (également Melus, Milus ou Meles, mort en 1020) était un noble Lombard de la ville apulienne de Bari. Son ambition fut de se tailler un territoire autonome du catépanat d'Italie byzantin au début du XIe siècle. Il a déclencha, par inadvertance, le début de la présence normande dans le sud de l'Italie.

Sommaire

RebellionsModifier

Première rébellionModifier

Melo et son beau-frère Datto (ou Dattus) (en) commencent leur rébellion en 1009. Bari, Trani et Bitonto se rebellèrent contre le gouvernement du catépan Jean Kourkouas (en) qui est tué lors de la révolte, les insurgés sont cependant vaincu à Bitetto et à Montepeloso. La révolte, appuyée par les princes lombards et non combattue par le pape Serge IV semble porter ses fruits, tirant parti du fait que l'empereur Basile II est gravement impliqué dans la guerre contre les Bulgares dans les Balkans. La révolte s'étant en 1010 aux villes d'Ascoli et de Troia, mais le catépan Basil Mesardonites (en), rassembla une grande armée et repris Bari apres un siège long et sanglant le 11 juin 1011. Melo fuit à Salerne sous la protection du prince Guaimar III et Datto à l'abbaye bénédictine de Montecassino, où les moines anti-grecs, à l'insistance du pape Benoît VIII, lui donnèrent une tour fortifiée sur le Garigliano. La famille de Melo fut cependant capturée et transportée à Constantinople.

Seconde rébellionModifier

En 1016, selon le chroniqueur normand William d'Apulie, Melo se serait rendu au sanctuaire Saint-Michel de Monte Gargano pour intercepter des pèlerins normands. Il demande alors Rainulf Drengot et à un groupe d’exilés normands de l’aider dans sa rébellion, en les assurant de la facilité de la victoire et de l’abondance du butin. En 1017, les aventuriers normands donc vers le sud où ils rejoignent les forces lombardes sous le commandement de Melo à Capoue et pénètrent immédiatement en Apulie pour tenter de prendre les Byzantins au dépourvu. En mai suite à une rencontre victorieuse contre des forces envoyées par le catépan Kontoleon Tornikios (en) sur les rives du Fortore, ils s'emparent de tout le territoire situé entre la Fortore et Trani et ravage l'Apulie en septembre. Ils connaissent cependant un revers fulgurant en octobre.

Le nouveau catépan, Basile Boioannes (en), a réuni une masse de réserves et un contingent de la célèbre garde varangienne auprès de l’empereur Basile II. Il rencontra les armées normandes et lombardes sur les bords de Ofanto sur le site de la célèbre défaite infligée aux Romains par Hannibal en 216 avant JC : Cannes. Cette deuxième bataille de Cannes est un désastre pour les Normands, qui perdent leur chef Gilbert Buatère, et pour les Lombards, dont les chefs se sont enfuis : Melo vers les "terres samnites" (Amatus) des États papaux et Datto retourne à la tour de Montecassino.

Fin de vieModifier

Melo continua d'errer dans le sud et le centre de l'Italie et finalement vers le nord jusqu'en Allemagne. Il se retrouve à la cour impériale d'Henri II à Bamberg. Bien honoré (il reçut le titre vide de Duc d'Apulie par l'empereur), il mourut comme un homme brisé deux ans plus tard, juste après l'arrivée du pape Benedict à Bamberg pour Pâques afin de discuter d'une réponse impériale aux victoires byzantines. Son ancien allié, l'empereur, lui offrit des funérailles somptueuses et une tombe ornée dans la nouvelle cathédrale de Bamberg. Son fils Argyrus (en) poursuivraila lutte pour l'indépendance des Lombards en Apulie après son retour de prison à Constantinople.

SourcesModifier

Liens externesModifier