Ouvrir le menu principal

Mazères (Ariège)

commune française du département de l'Ariège
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mazères.

Mazères
Mazères (Ariège)
L’église Saint-Abdon-et-Saint-Sennen.
Blason de Mazères
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Pamiers
Canton Portes d'Ariège
Intercommunalité Les Portes d'Ariège - Pyrénées
Maire
Mandat
Louis Marette
2014-2020
Code postal 09270
Code commune 09185
Démographie
Gentilé Mazèriens, Mazèriennes
Population
municipale
3 854 hab. (2016 en augmentation de 3,44 % par rapport à 2011)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 15′ 09″ nord, 1° 40′ 44″ est
Altitude 243 m
Min. 218 m
Max. 333 m
Superficie 44,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Mazères

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Mazères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mazères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mazères
Liens
Site web ville-mazeres.fr

Mazères est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Mazèriens.

Idéalement située à 45 km des pistes de ski et à 90 min de la Méditerranée, Mazères est une bastide en plein essor.

Sommaire

GéographieModifier

La commune de Mazères est située à la pointe nord-est du département de l'Ariège, à 60 kilomètres de la capitale régionale : Toulouse. Elle occupe une situation particulière et privilégiée au carrefour de trois départements : l'Ariège, l'Aude et la Haute-Garonne.

Communes limitrophesModifier

Mazères est limitrophe de sept autres communes dont deux dans le département de l'Aude et deux dans le département de la Haute-Garonne.

 
Carte de la commune de Mazères et de ses proches communes.

HydrographieModifier

La commune est baignée par la rivière de l'Hers-Vif,

Géologie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 4 404 hectares ; son altitude varie de 218 à 333 mètres[2].

Située dans la riche plaine agricole de la Basse-Ariège, au pied même des coteaux du Lauragais,

ClimatModifier

Elle bénéficie d'un microclimat sec et doux.

Voies de communication et transportsModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

Site néolithique, romain, mérovingien, la bastide de Mazères fut créée en 1253 par l'acte de paréage entre les comtes de Foix et les abbés de l'abbaye de Boulbonne[3], alors située sur ce site, et complètement détruite par les Huguenots en 1567.

Le château des comtes de Foix, totalement détruit, fut la résidence préférée de plusieurs comtes, dont Gaston Fébus lors de ses séjours en pays de Foix, et Gaston de Foix-Nemours, né à Mazères et tué à Ravenne en 1512.

Mazères devint, de la fin du XVIe siècle au milieu du XVIIe siècle, une très forte citadelle protestante.

Son économie fut dominée par l'agriculture et en particulier pendant deux siècles, par la culture du pastel (en 1462, 20 tonnes de coques sont produites à Mazères).

Devenu un centre commercial très actif, Mazères subit une grave fracture de 1914 à 1918.

Une briqueterie désaffectée est utilisée en 1939 pour interner les anarchistes espagnols, réfugiés en France lors de la Retirada, après la guerre d'Espagne[4].

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 3 500 habitants et 4 999 habitants au dernier recensement, le nombre de membres du conseil municipal est de vingt sept[5],[6].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de l'arrondissement de Pamiers de la communauté de communes des Portes d’Ariège Pyrénées et du canton des Portes d'Ariège (avant le redécoupage départemental de 2014, Saverdun était le chef lieu de l'ex-canton de Saverdun) et avant le 1er janvier 2017 elle faisait partie de la communauté de communes du canton de Saverdun.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 juin 1995 André Trigano UDF Conseiller général (1982-1993)
juin 1995 En cours Louis Marette UMP-LR[7] Conseiller général (1993-2014)

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2016, la commune comptait 3 854 habitants[Note 1], en augmentation de 3,44 % par rapport à 2011 (Ariège : +0,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 4952 5222 7182 8603 1703 3133 3903 4363 694
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 7103 8223 7073 6663 6203 2863 3943 3683 217
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 0543 0493 0062 4692 5622 4572 3262 2882 303
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2 2442 1922 0712 3552 5192 6162 9653 7073 826
2016 - - - - - - - -
3 854--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[12] 1975[12] 1982[12] 1990[12] 1999[12] 2006[13] 2009[14] 2013[15]
Rang de la commune dans le département 9 11 9 9 10 7 6 6
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

EnseignementModifier

Mazères compte une école maternelle, une école primaire et le collège Gaston-Fébus et fait partie de l'académie de Toulouse.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • L'Association "Febus Aban" organise tous les ans le premier week-end d'août les Fêtes médiévales de Mazères (500 participants costumés).

SantéModifier

La commune propose un ensemble de professionnels de la santé assez complet[16].

SportsModifier

  • L'association "Mazères Course Pédestre" organise tous les ans en mai les Foulées de Mazères[17] et désormais la Corrida Pédestre pendant les fêtes du village fin juillet.

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes des Portes d'Ariège - Pyrénées[18].

La déchetterie la plus proche est située à Saverdun[19].

ÉconomieModifier

Une importante usine pyrotechnique (principalement pour la fabrication de feux d'artifices) du groupe Lacroix y est présente.

Installation de l'usine de fonderie de précision Taramm en 2017, elle avait été détruite en partie par un incendie en 2015 sur son site historique de Labège.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

L’église et la place de l'église

Une partie du chœur de l’église a été construite à la fin du XVIIe siècle, puis l'édifice est agrandi aux XVIIIe et XIXe siècles. Le clocher date de 1830, la flèche de 1885.

À l'intérieur de l’église, on peut admirer le maître autel, les stalles provenant de la deuxième abbaye de Boulbonne et un remarquable ensemble de 5 grandes toiles peintes des XVIIIe et XIXe siècles.

Adjacente à l’église, on trouve la grande halle (1846-1850) à l'imposante charpente et les couverts où se tient chaque jeudi un marché traditionnel. Autour de cette place, on peut admirer un ensemble de maisons à colombages du XVIIe siècle.

L’hôtel d'Ardouin[20]

Au 22, rue de la République, se dresse l'hôtel d'Ardouin, classé Monument historique. C'est un bâtiment "pastelier" construit en 1580 aux façades de briques et fenêtres à meneaux. Par l'escalier à vis de la tour octogonale, on accède à une terrasse dominant la ville.

Séminaire du diocèse de Mirepoix en 1697, propriété de la ville depuis 1741, il abrite le musée Ardouin. Celui-ci présente l'exposition permanente "Barbares en Gaule du Sud", résultat des fouilles de la nécropole de l'époque des Wisigoths puis des Francs (Ve-VIIIe siècle). Des objets néolithiques, des chapiteaux provenant de la première abbaye de Boulbonne (XIIIe – XIVe siècles), une évocation de Gaston Fébus et la maquette de son château mazérien, ainsi qu'une documentation sur la culture du pastel clôturent la visite du musée.

En remontant la rue Castellane, on peut regarder, au 17 et 34, de belles façades à colombages et encorbellement, puis sur la gauche, rue Boulbonne, le temple protestant construit au XIXe siècle.

La rue Castellane débouche rue du Temple : les no 2 et 5 sont d'anciennes maisons des "Dames Régentes" où furent gardées prisonnières des filles de familles protestantes au milieu du XVIIIe siècle. Dans la rue parallèle, la rue du Pont-Vieux, au no 47 se trouve un immeuble du XVIIIe siècle (étages séparés par des cordons, ouvertures en plein cintre encadrées de pilastres) et surtout au 36 la Tour-Martimor ou du Boutou (XVIIe) avec fenêtre à double cintre, et un blason du XVe replacé sur la façade.

Promenade historique

En suivant la rue Gaston-de-Foix, on passe au 17-19 devant un bâtiment du XVIIIe avec deux ailes entourant une cour. La rue Martimor la prolonge, riche en hôtels et maisons particulières remarquables.

  • au 28 : maison XVIIe avec colombages sur deux étages
  • au 10 : bel hôtel, hôtel Martimor, avec façade à deux étages et deux ailes encadrant la cour, décors de stucs aux fenêtres grilles en fer forgé avec décor "à la grecque" (XVIIIe)
  • au 7 : fenêtres en plein cintre (XVIIIe siècle)
  • au 9 : façade de briques et sculptures en pierre du XVIIe siècle
  • aux 12-17-19 : maisons du début du XVIIIe siècle
Les remparts de la Bastide

Cet itinéraire suit l'emplacement des anciens remparts démolis au XVIIe siècle.

Place des Tourelles, l'église de l'ancien couvent des Dominicains de style néogothique (1876-1878), ancien séminaire puis propriété de la ville (salles de réunion), s'élève dans un vaste jardin public. Dans les flancs nord de cette place, on peut encore apercevoir des vestiges des remparts en briques.

Après avoir suivi le boulevard des Tourelles, on débouche sur la place du 11-Novembre avec son monument aux morts (1927). À quelques pas de cette place se trouve la mairie (rue de l'Hôtel-de-Ville). Construite en 1575, elle s'appelait alors la Castellane. Elle abrita Marguerite de Navarre et le futur Henri IV lors de leur séjour à Mazères puis devint château des abbés de Boulbonne (1629). Cet hôtel a été démoli puis reconstruit en 1978. Seule l'aile gauche date de l'époque de construction (fenêtres à meneaux). Après avoir suivi le boulevard des Comtes-de-Foix, on aboutit à l'allée des Soupirs, emplacement de l’ancien château des comtes de Foix.

Promenade sur les rives de l’Hers

Depuis la rive droite de l'Hers, récemment aménagée, on peut voir l'arche du "Vieux Pont" emporté par une crue en 1875. Le nouveau pont, lui, date de 1882. En longeant la rive droite, on arrive près d'un lavoir alimenté par une source, tout à côté de l’Auberge de l'Hers installée dans un ancien établissement de Bains (fin du XIXe siècle)

En face sur la rive gauche se trouve le moulin de Gaillard, ancien moulin de l'abbaye de Boulbonne (blason), actuellement usine hydro-électrique.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Mazères se blasonnent d'azur, à un dextrochère de carnation mouvant du flanc senestre d'une nuée d'argent et tenant une lance d'or[réf. nécessaire]

À droite : de sinople, à trois tours d'or[21].

Devise de Mazéres: "La main armée pour te servir".

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

L'Association pour le développement du tourisme à Mazères a édité trois livres :

  • Pierre Duffaut, Histoire de Mazères, ville maîtresse et capitale des comtes de Foix, 1988, 802 p.
  • Roger Armengaud, Boulbonne, le Saint-Denis des comtes de Foix, 1993, 328 p.
  • Simone Guybert-Martimor, Une famille du Comté de Foix du Moyen Âge à nos jours (1460-1995) , les Martimor, Mirepoix, Laroque-d'Olmes, Mazères, 1995, 177 p.
  • Société académique d'architecture, Les bastides du Lauragais et du pays de Foix : Carcassonne, Chalabre, Mazères, Mirepoix, Montgeard, Revel, Roquefixade, Saint-Félix-Lauragais, Villefranche-de-Lauragais, Diagram, Toulouse, 1991, 32 p.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. Ernest Roschach, Foix et Comminges : Voyage dans les vallées de la Garonne et de l'Ariège, Paris, Ernest Thorin, , 482 p. (lire en ligne), p. 391.
  4. Coralie Pailhes, « Un demi-million de réfugiés espagnols », Revue française de généalogie, no 196, octobre-novembre 2011, p. 21
  5. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  6. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031458.html.
  7. https://books.google.fr/books?id=aaogLsOcwvUC&pg=PA68&lpg=PA68&dq=Louis+Marette+UMP+Maz%C3%A8res&source=bl&ots=kR0mobPn5c&sig=LUM3sBp5s8seJucYSJ8TVjYF80E&hl=fr&sa=X&ei=uS-PU_STGKmQ0AXFkYHoCg&ved=0CFYQ6AEwBw#v=onepage&q=Louis%20Marette%20UMP%20Maz%C3%A8res&f=false
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  13. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  14. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  15. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  16. https://www.ville-mazeres.fr/Annuaire-medical?id_article=28
  17. Mazères Course Pédestre
  18. https://www.ville-mazeres.fr/Collecte-des-dechets-et-Tri-selectif?id_article=78
  19. https://www.ville-mazeres.fr/Dechetterie?id_article=79
  20. « Musée d’Ardouin », sur www.ville-mazeres.fr (consulté le 18 août 2016)
  21. Charles d'Hozier, Armorial général de France, dressé en vertu de l'édit de 1696. Vol. 14 : Languedoc (1re partie), 1224 p. (lire en ligne)

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Erreur Lua : not enough memory