Maximilian Reimann

politicien suisse

Maximilian Reimann
Illustration.
Portrait de Maximilian Reimann
Fonctions
Conseiller national
Législature 49e (2011-2015)
50e (2015-2019)
[1]
Législature 44e (1987-1991)
45e (1991-1995)
Conseiller aux États
[1]
Législature 45e (1995-1999)
46e (1999-2003)
47e (2003-2007)
48e (2007-2011)
Biographie
Date de naissance (80 ans)[1]
Lieu de naissance Laufenburg
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Parti politique Union démocratique du centre (UDC)
Profession Homme politique

Maximilian Reimann, né le à Laufenburg, est une personnalité politique suisse membre de l'Union démocratique du centre (UDC)[2].

BiographieModifier

ÉtudesModifier

Maximilian Reimann a grandi à Frick et a étudié au gymnase cantonal à Aarau. Il a ensuite étudié le droit dans les universités de Zurich et de Genève. Il termine ses études en 1970 avec une thèse consacrée aux Fonctions quasi-consulaires et de protection du CICR en dehors des conflits armés et réalisée sous la direction du professeur Dietrich Schindler.

Parcours professionnelModifier

Pendant ses études, il a travaillé comme journaliste dans une agence de presse à Zurich. En 1969, il est délégué du CICR à Gaza et dans la péninsule du Sinaï. En 1970-1971, il travaille comme journaliste au département de l'information de la Télévision suisse. Il reste ensuite collaborateur à temps partiel du service des sports de cette entreprise jusqu'à son élection au Conseil national en 1987. De 1972 à 1982, il est directeur financier dans une entreprise exportatrice dans le domaine des machines. En 1982, il se met à son compte en tant que juriste et conseiller dans la gestion de fortune.

Il a par ailleurs servi comme capitaine dans l'armée suisse, dans le service presse et radiodiffusion[2].

Carrière politiqueModifier

D'abord membre du Parti démocrate-chrétien (PDC), Maximilian Reimann est élu en 1978 à l'exécutif de la commune de Gipf-Oberfrick où il reste jusqu'en 1985. Il quitte parti après qu'il n'a pas été retenu parmi les candidats au Conseil national pour les élections fédérales de 1983. Il rejoint alors l'Union démocratique du centre (UDC).

Il a présidé la section de l'UDC du district de Laufenburg, dans le canton d'Argovie, de 1985 à 2000[2]. En 1987, il se présente aux élections fédérales et est élu conseiller national[2]. Il y reste jusqu'en 1995, date à laquelle il est élu au Conseil des États où il siège jusqu'en 2011[2]. Cette année-là, l'UDC lui préfère Ulrich Giezendanner pour l'élection au Conseil des États et Reimann se porte alors à nouveau candidat au Conseil national. Il est élu et y reste jusqu'en 2019[2]. En 2019, l'UDC ne souhaite plus non plus le présenter au Conseil national. Il crée alors sa propre liste électorale (TEAM 65+ - Liste argovienne des séniors), mais n'est pas élu.

De 1999 à 2001, il a présidé la Commission des institutions politiques du Conseil des États, puis, de 2001 à 2003, la Commission de politique extérieur[2]. Dans le cadre de ces mandats parlementaires, il a eu plusieurs rôles à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, présidant notamment la délégation suisse de 2007 à 2010[2].

Il est membre de l'Action pour une Suisse indépendante et neutre[3].

FamilleModifier

Il est l'oncle du conseiller national Lukas Reimann.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Biographie de Maximilian Reimann », sur le site de l'Assemblée fédérale suisse. (réf. 02.02.2010)
  2. a b c d e f g et h « Biographie de Maximilian Reimann », sur le site de l'Assemblée fédérale suisse.
  3. « Élections fédérales 2015 : 43 membres de l'ASIN à Berne », ASIN Bulletin, no 178,‎ , p. 3.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :