Ouvrir le menu principal
Maxime Cam
Isbergues - Grand Prix d'Isbergues, 20 septembre 2015 (B045).JPG
Maxime Cam lors du Grand Prix d'Isbergues 2015.
Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Équipes amateurs
-2008Landivisienne Cycliste
2009-2012UC Briochine
2013-2014BIC 2000
2017Côtes d'Armor-Marie Morin
2018VC Pays de Loudéac
Équipes professionnelles

Maxime Cam, né le à Landerneau, est un coureur cycliste français, membre de l'équipe Vital Concept-B&B Hotels.

BiographieModifier

Membre du BIC 2000 en 2013 et 2014, Maxime Cam passe professionnel en 2015 chez Bretagne-Séché Environnement avec Kévin Ledanois, y signant un contrat de 2 ans[2],[3].

Saison 2015 : néo-professionnel avec Bretagne-Seché EnvironnementModifier

Il dispute sa première course en tant que professionnel en Italie, au Trophée Laigueglia. Il y termine 139e. Après l'Italie, sa découverte du circuit professionnel passe par la Belgique (Het Nieuwsblad et Kuurne-Bruxelles-Kuurne, abandons aux deux courses) et la Malaisie (Tour du Langkawi) avant de retrouver les routes françaises (Classic Loire Atlantique, Cholet Pays de Loire, Classica Corsa, Route Adélie) et un retour en Bretagne avec le Tour du Finistère puis de Bretagne en avril 2015. Il participe ensuite aux 4 Jours de Dunkerque qu'il termine à la 97e place ainsi qu'au Tour de Picardie (51e) avant de s'élancer sur la World Ports Classic. Du 18 au 21 juin, il prend de la hauteur sur les routes du Tour de Pays de Savoie duquel il finit 64e du classement général. Il conclut ce mois de juin par son premier championnat de France professionnel à Chantonnay, où il abandonne.

Il prépare mi-juillet la seconde partie de la saison en effectuant un stage dans les Alpes avec Bretagne-Séché en compagnie de Kevin Ledanois, Benoît Jarrier, Matthieu Boulo, Florian Guillou, Christophe Laborie et Jean-Marc Bideau. Il reprend la compétition au Grand Prix Pino Cerami, qu'il ne termine pas, et enchaine par le Tour de Burgos et l'Artic Race of Norway où il est échappé sur la première et la dernière étape, y recevant le prix de la combativité. En Belgique, il participe ensuite à la Brussels Cycling Classic et au Grand Prix Impanis-Van Petegem avant d'être présent le lendemain sur l'avant-dernière manche de la Coupe de France, le Grand Prix Isbergues. Sa fin de saison le mène sur des courses à étapes dont le Tour du Gévaudan et l'Eurométropole Tour puis sur le triptyque italien Coppa Sabatini, Tour d'Emilie et GP Bruno Beghelli (48e).

Dans un rôle d'équipier et au service de Pierre-Luc Périchon (4e du classement général), il finit lanterne rouge du Tour du Langkawi, à près d'une heure du vainqueur Youcef Reguigui[4]. Il abandonne sur la Classic Loire Atlantique avant de terminer à la 39e place sur la Cholet Pays de Loire. Pour ses premiers tours de roue avec les professionnels sur les routes finistériennes, il finit lanterne rouge du Tour du Finistère mais neuf jours plus tard, il se montre à son avantage en étant échappé lors de la troisième étape du Tour de Bretagne dont l'arrivée était adjugée à Cap Sizun et lors de la dernière étape au service d'Anthony Delaplace (4e de l'épreuve).

Saison 2016 : deuxième saison professionnelle à Fortuneo-Vital ConceptModifier

Non aligné sur les routes du Tour de San Luis et de la Tropicale Amissa Bongo, Maxime Cam participe à un stage avec 13 autres de ses coéquipiers en Espagne avant de commencer sa deuxième saison chez les professionnels sur le Grand Prix d'ouverture La Marseillaise (93e) avant d'enchaîner sur l’Étoile de Bessèges où il prend la dixième place sur la 3e étape et la 15e position au classement général. Participant à la première édition de La Méditerranéenne, il se distingue de nouveau en s'adjugeant la seizième place sur la dernière étape et la 20e position au classement général. Il découvre ensuite, de nouveau, une nouvelle course par étapes, également dans le Sud de la France, avec le Tour La Provence qu'il conclut à la 76e place, au côté de son coéquipier Chris Anker Sørensen cinquième, avant de terminer sa semaine sur la Classic Sud Ardèche. Il fait son retour sur les routes belges en mars 2016, prenant le départ du Samyn qu'il n'avait pas couru en 2015. Disputé dans des conditions dantesques, il ne fait pas partie des 28 arrivants.

Sur la classique française Paris-Troyes, conclue à la 14e position, il décroche une nouvelle place d'honneur avant d'abandonner sur les deux manches de Coupe de France-PMU, Classic Loire-Atlantique et Cholet-Pays de Loire, et de prendre la 91e place sur la Route Adélie de Vitré. Une semaine plus tard, il découvre le GP de l'Escaut puis celui de Denain mais n'est pas retenu pour disputer une deuxième fois le Tour de Bretagne. Son programme se porte alors sur des courses d'un jour : Tour du Finistère (77e), Roue Tourangelle (52e), GP de Francfort, GP de la Somme (57e), Boucles de l'Aulne (35e), championnat de France professionnel sur route. Après un passage sur le Tour de Wallonie et la Polynormande (77e), il retrouve l'Arctic Race of Norway où il s'échappe de nouveau sur la première étape. La suite de son mois d'août se déroule sur la Arnhem Veenendaal Classic (115e) aux Pays-Bas, le Grand Prix Jef Scherens en Belgique puis sur le Tour du Poitou-Charentes. Sa fin de saison se déroule anonymement sur les routes de la Brussels Cycling Classic, le Grand Prix de Fourmies, la Coppa Bernocchi, le Mémorial Marco Pantani (abandons sur ces épreuves), le Giro della Toscana (67e du général), la Coppa Sabatini (abandon) et le Gran Premio Bruno Beghelli (53e). Il annonce le 1er octobre sur les réseaux sociaux que, son contrat de néo-pro n'étant pas reconduit et n'ayant pas trouvé de nouvelle équipe, le Tour de l'Eurométropole (abandon) est sa dernière course sur le circuit professionnel.

2019 : nouvelle chance chez les professionnelsModifier

Membre de son équipe réserve, le VCP Loudéac, en 2018, l'équipe continentale professionnelle Vital Concept annonce le 5 septembre que le puncheur breton, également performant dans l'exercice du contre-la-montre, quittera les rangs amateurs pour intégrer leur formation en vue de la saison 2019[5]. Il débute cette seconde expérience professionnelle sur la Tropicale Amissa Bongo où il se retrouve régulièrement échappé, étant notamment repris dans l'emballage final de la 6e étape dont il prend la sixième place. Il participe début mars à sa première course de niveau World Tour, les Strade Bianche. Onze jours plus tard, il s'adjuge la 20e place du Tour du Finistère avant de prendre part au Tour de Bretagne, remporté par son coéquipier Lorrenzo Manzin. En juin, il connait sa deuxième épreuve World Tour avec le Critérium du Dauphiné. Il se distingue à titre personnel lors du Kreiz Breizh, 3e du classement général.

PalmarèsModifier

Classements mondiauxModifier

Année 2014 2015 2016 2017
UCI Europe Tour 725e[6] 1 235e[7] 1 393e[8] 931e[9]

Notes et référencesModifier

  1. « Kevin Ledanois et Maxime Cam passeront pros chez BSE en 2015 », sur bretagne-seche-environnement.fr, (consulté le 6 septembre 2014)
  2. « Kevin Ledanois et Maxime Cam pros chez Bretagne-Séché », sur directvelo.com, (consulté le 6 septembre 2014)
  3. « Bretagne-Séché Environnement. Maxime Cam et Kevin Ledanois en pros » (consulté le 18 juin 2015)
  4. « STAGE 8 - General Classification Proton », sur ltdl.com,
  5. « Maxime Cam intègre l'effectif professionnel du Vital Concept Cycling Club », sur vital-concept-cycling-club.bzh,
  6. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  7. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  8. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  9. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :