Ouvrir le menu principal

Max Reger

compositeur, chef d'orchestre, pianiste, organiste allemand
Max Reger
Reger.jpg
Max Reger en 1913.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 43 ans)
LeipzigVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Johann Baptist Joseph Maximilian RegerVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Max RegerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Instruments
Maîtres
Hugo Riemann, Albert Fuchs (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique
Œuvres principales

Max Reger (Johann Baptist Joseph Maximilian Reger) est un compositeur, chef d'orchestre, pianiste, organiste et professeur de musique allemand, né à Brand en Bavière le et mort à Leipzig le , d'une crise cardiaque.

Sommaire

BiographieModifier

Max Reger reçoit d'abord l'enseignement de son père pour le piano, les instruments à cordes et surtout l'orgue, qu’il étudiera plus profondément avec Adalbert Lindner. Il entre ensuite à l'école normale de musique. Il étudie à Munich et à Wiesbaden sous la direction d'Hugo Riemann.

Reger a été pianiste, organiste, professeur de ces instruments, professeur de composition au conservatoire de Leipzig (1907), compositeur et arrangeur d’œuvres musicales de certains de ses prédécesseurs (Bach, Mozart, etc.) Il sera également Kapellmeister à la cour de Meiningen, où il dirige l'orchestre de la Meininger Hofkapelle (1911–1914). Il reste dans la tradition romantique tout en poussant la tonalité assez loin. Il a beaucoup écrit pour orchestre de chambre, cependant on lui doit quelques pièces pour orchestre telles que les poèmes symphoniques sur les toiles d’Arnold Böcklin.

Max Reger demeure un compositeur très apprécié dans la culture germanique. Arnold Schönberg arrangea sa Suite Romantique en 1912. Il était l'un des compositeurs préférés d’Arthur Honegger dans sa jeunesse.

ŒuvreModifier

Max Reger a composé plus de 500 œuvres.

Article détaillé : Liste des œuvres de Max Reger.

BibliographieModifier

  • Paul-Gilbert Langevin, Max Reger, plaidoyer pour un centenaire, Scherzo, 1973.
  • Paul-Gilbert Langevin, « Max Reger : Plaidoyer pour un centenaire », dans Musiciens d'Europe, Paris, Richard Masse, coll. « La Revue musicale », , 213 p. (OCLC 469447209), p. 43–56.
  • Reger-Studien, (réd. Susanne Shigihara). Colloque franco-allemand, (Paris 1987). Wiesbaden, Breitkopf & Härtel, 1989, (268 p.)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier