Max Ingrand

maître-verrier et décorateur français

Max Ingrand, né le à Bressuire et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un maître-verrier et décorateur français, l'un des plus réputés de l'après-guerre avec Pierre Lardin et Robert Pansart.

Max Ingrand
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Maurice Ernest Max-IngrandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Grade militaire
Distinctions
Œuvres principales

BiographieModifier

Venu des Eclaireurs de France, il est élève à l'École des beaux-arts de Paris puis à celle des Arts décoratifs, où il eut pour maîtres les grands artistes Jacques Grüber et Charles Lemaresquier.

Il effectue son service militaire en 1929-1930. Mobilisé en septembre 1939, il participe aux campagnes de Hollande et de Belgique et est fait prisonnier à Dunkerque. Il est maintenu en captivité pendant 5 ans à l'oflag IV-D.

Il fut directeur artistique de Fontana Arte, vice-président de la Société des artistes décorateurs, vice-président du Syndicat des verriers d'art et cristalliers de France et président des Anciens élèves de l'École nationale supérieure des arts décoratifs.

Il est nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1947 puis officier en 1957[1].

Il a ses ateliers au no 8 passage Tenaille et demeure au no 3 rue de la Cité-Universitaire à Paris.

RéalisationsModifier

(liste non exhaustive)

En FranceModifier

À l'étrangerModifier

DécorationsModifier

BibliographieModifier

Écrits de Max IngrandModifier

  • Max Ingrand, « Technique du verre gravé », L'Art sacré : revue mensuelle,‎ , p. 25-26 (lire en ligne)

OuvrageModifier

  • Jean-Pierre Blin et Jean-Yves Andrieux, Max Ingrand(1908-1969). Un atelier de vitrail dans la France du XXe siècle,
  • Pierre-Emmanuel Martin-Vivier, Max Ingrand : du verre à la lumière, Paris, Norma, , 255 p., relié (ISBN 978-2-915542-24-0)

ArticleModifier

  • Architectural Digest, , n° 86, p. 86.
  • Jean-Pierre Blin, « Max Ingrand, 1908-1969. Maître-verrier, décorateur », Histoire et patrimoine du Bressuirais, no 78,‎

Catalogue de l'exposition, Max Ingrand (1908-1969) Musée du vitrail de Curzay, (1996), Cédric Rameau Monpouillan.

Le musée de Bressuire présente une dizaine d'œuvres de Max Ingrand dont un ensemble de panneaux de verre représentant une Scène de bord de mer réalisé en 1936 avec son épouse, Paule Ingrand.

Notes et référencesModifier

  1. « Cote 19800035/978/13354 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. « Bourse du Travail et son marché couvert à Calais - PA62000035 - Monumentum », sur monumentum.fr (consulté le 30 août 2020)
  3. Aimée Rivière, « L'église Saint-Sulpice de Seraincourt », Mémoires de la Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d'Oise et du Vexin, Pontoise, vol. LXXXI,‎ , p. 133-180 ; p. 165.
  4. Cathédrale Saint-Maclou de Pontoise, Denis Pichon, éd. SAEP
  5. « 20. Le vitrail de l’Europe de Max Ingrand », Documentation et patrimoine DRAC Alsace (consulté le 14 octobre 2017)
  6. « ...et dans la cathédrale », sur www.strasbourg-europe.eu (consulté le 14 octobre 2017)
  7. Caroline Mangez, « Champs-Élysées, un rond-point 6 étoiles », Paris Match, semaine du 28 février au 6 mars 2019, p. 66-71.
  8. « Eglise Saint-Jean-Baptiste », notice no PA28000010, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Sophie des Déserts, « Appelez-moi de nouveau France », Vanity Fair n°27, septembre 2015, pages 156-165.
  10. St. Dominic's Parish Art & Architecture, St. Dominic's website.

Sur les autres projets Wikimedia :