Mauro Orbini

(Redirigé depuis Mavro Orbin)

Mauro Orbini, ou Fra Mauro Orbini ou, comme il l'écrivait lui-même en illyrien, Mavar Orbin[1] (en serbe/croate moderne Mavro Orbin - Мавро Орбин), né à Raguse (Dubrovnik) en 1563 et mort dans la même ville en 1614 est écrivain, et un historien croate.

Mavro Orbin
Mavro Orbini il regno de gli slavi.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Traces biographiquesModifier

La famille de Mavar Orbin tire ses origines de la ville de Kotor (dans le Monténégro) à l'embouchure de la Bocca di Cattaro. À l'âge de 15 ans, Orbini entra dans l'ordre monastique Bénédictin et prit le nom de Maurus (Maure) très populaire dans cet ordre. Après avoir vécu un temps dans un monastère situé sur l'île de Mljet, à Saint-Michel de Sipan au monastère Saint-Jacques, et plus tard à Ston, Mauro Orbini résida pendant quelques années en Hongrie où il devint l'abbé d'un monastère bénédictin de la région de Bačka.

En 1599 Mauro Orbini se rendit en Italie pour superviser l'impression de ses livres. Il y visita notamment la bibliothèque du duc d'Urbino à Pesaro, où il put achever son travail grâce à Bobaljević Marin, son principal bienfaiteur. Après quoi, il revint à Raguse où il séjourna jusqu'à sa mort, s'occupant principalement de traductions de l'italien.

Le sens de l'œuvreModifier

 
La première édition du livre "Il Regno de gli Slavi"

Mauro a écrit en 1590 un premier ouvrage De vel ultima humanae vitæ summa Bono, dédié au seigneur Marin Bobaljević, et qui demeure inédit. Le manuscrit en est conservé à la Bibliothèque de l'Université de Padoue.

En 1595, Orbini publia un Miroir spirituel (ou Zrcalo Duhovno en croate), et cette traduction d'un texte primitif d'Angelo Nelli est un des premiers exemples de la formation de la langue croate. Il fut publié en 1614, à titre posthume.

Influencé par la pensée de Vinko Pribojević, Mauro Orbini est un écrivain panslave.

Il a écrit en italien : un Royaume des Slaves, édité à Pesaro, en 1601 et ce travail, fortement idéologique, a exercé une influence importante sur la perception que les peuples slaves ont eu d'eux-mêmes et la façon dont les Européens ont considéré les Slaves. Traduit en Russe par Téophane Prokopievitch en 1723 à Saint-Pétersbourg, cette œuvre réinterprète l'histoire de la région d'un point de vue mythologique et pan slave. Elle demeura longtemps la seule source des historiens médiévistes quant à l'ancienne Yougoslavie, mais elle est désormais contestée ; les historiens contemporains étant pour leur part très partagés quant à la véracité des écrits d'Orbini.

Le royaume slave se divise généralement en trois parties:

  • Des commentaires généraux sur les Slaves de l'Antiquité.
  • La traduction du Letopis Dukljanina, œuvre médiévale d'un prêtre italien
  • la généalogie des maisons royales des slaves du sud.

TravauxModifier

  • "Zarcalo dvhovno od pocetka i sfarhe xivota coviecanskoga : razdieglieno, i razreyeno u petnaes razgovora, a u stoo, i pedeset dubbia, alliti sumgna poglavitieh. Vcignenieh meyu mesctrom, i gnegoviem vcenijkom. / Istomaceno iz yezikka italianskoga u dubrovacki po D. Mavru Orbinu Dubrovcaninu Opattu od S. Marie od Backe, od Reda Sfetoga Benedikta. 1595 (réédité en 1621 à Venise)
  • "Il Regno degli Slavi", Pesaro, 1601.

NotesModifier

  1. (en) Istorijski glasnik: organ Društva istoričara SR Srbije, Društvo, (lire en ligne), p. 136 :

    « М. Пантић је показао да је текстове на српскохрватском језику потписивао као Дум Мавар Орбин, како су га називали и његови савременици у Дубровнику. »

SourcesModifier