Ouvrir le menu principal

Maurice Garrigou
Image illustrative de l’article Maurice Garrigou
Portrait du chanoine Garrigou (1838), par Joseph Roques.
Vénérable
Naissance
Les Cabannes (France)
Décès (à 86 ans) 
Toulouse (France)
Nom de naissance Marie Maurice Mathieu Garrigou
Vénéré par Église catholique romaine

Maurice Marie Mathieu Garrigou, né le au château de Gudanes, aux Cabannes (Ariège) et mort le à Toulouse, est un prêtre catholique français, fondateur de la Congrégation de la Sainte-Épine, de l'Affiliation, de la Congrégation des religieuses de Notre-Dame de la Compassion et cofondateur de l'Œuvre des Plaies. En décembre 2013, il est déclaré Vénérable par le pape François.

Sommaire

BiographieModifier

Comme François de Sales et Vincent de Paul, il se dévoue aux pauvres et aux malades. Dès le séminaire, il donne particulièrement d'importance à la contemplation du Christ dans sa Passion et à la compassion à l'égard du prochain. Il est ordonné prêtre pour le diocèse de Toulouse le [1]. Il entre au sein de l'Association des Amis, réservée à l'élite spirituelle et se préoccupe de rénover la formation du clergé. Il fonde également la succursale, qui accueille les séminaristes appartenant aux milieux populaires. Selon la Conférence des évêques de France, sa mission est basée sur « l'éducation chrétienne des filles et le soin des pauvres par tous les moyens possibles[2] ».

Durant la Révolution française, le père Garrigou reste fidèle à Rome. Il est alors considéré comme un prêtre réfractaire et exerce ainsi son ministère dans la clandestinité. Après le Concordat de 1801, il marque la vie et le renouveau spirituels de l'Église toulousaine par ses nombreuses fondations. En 1804, il fonde notamment l'Affiliation à la Pieuse confrérie du Sacré-Cœur et la Congrégation de la Sainte-Épine afin de développer la dévotion à l'Ecce Homo, puis, le , il fonde la Congrégation des religieuses de Notre-Dame de la Compassion avec la Mère Jeanne-Marie Desclaux et l'Œuvre des Plaies, une association de dames vouées aux soins des malades[2].

PostéritéModifier

En 1954, le cardinal Jules Saliège, archevêque de Toulouse, ouvre le procès en béatification du chanoine Garrigou. En 1966, la Congrégation pour les causes des saints déclare que « rien ne s’oppose à ce que l’on poursuive cette cause ». En 2006, un cas de guérison extraordinaire est attribué à son intercession. Puis, en 2012, le congrès des théologiens reconnaît la figure héroïque de Maurice Garrigou et, enfin, le , le pape François le déclare Vénérable[3].

BibliographieModifier

  • Clément Tournier, Un saint Vincent de Paul toulousain : Le chanoine Maurice Garrigou, Edouard Privat, .
  • Pierre Dhombre, Maurice Garrigou, témoin de la Compassion de Dieu pour l'homme, Dujarric, .
  • Jean-Claude Meyer, La vie de Maurice Garrigou, Baziège, Pélé-Jeunes, , 144 p. (lire en ligne).

RéférencesModifier

  1. « Vénérable Maurice Garrigou », sur nominis.cef (consulté le 29 juillet 2015).
  2. a et b « Vatican : Les vertus héroïques du P. Garrigou (1766-1852) », Aleteia,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2015).
  3. Paul Carcenac, « Le pape va béatifier un prêtre toulousain », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2015).