Maurice Caveing

philosophe et historien des mathématiques français
Maurice Caveing
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Maurice Louis Frederich Émile CaveingVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Maurice Louis Frederich Emile Caveing, né dans le 4e arrondissement de Lyon (Rhône) le et mort le dans le 13e arrondissement de Paris, à l'âge de 96 ans[1], est un philosophe, historien des mathématiques et militant chrétien progressiste français, spécialiste des mathématiques de l'Antiquité.

BiographieModifier

En khâgne à Lyon[2], élève de l'École normale supérieure puis agrégé de philosophie[3], il a participé à la création et a été membre de l’Union des Chrétiens Progressistes (UCP)[4] entre 1947 et sa dissolution en 1951[5]. Il a enseigné la logique et l'épistémologie à l'université de Paris Nanterre[3]. Il a été directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique à partir de 1987. Dans ses écrits d'épistémologie, il s'attache à démontrer comment, par leurs efforts, des hommes ont construit des mathématiques dans leur contexte social et culturel. Sa démarche de pensée le rapproche du positivisme et de l'humanisme.

ŒuvresModifier

  • Guy Besse et Maurice Caveing, Principes fondamentaux de philosophie de Georges Politzer, Éditions sociales, , 530 p.
  • Jacques Monod, Maurice Caveing, Francis Halbwachs et Jacques Roger, Épistémologie et marxisme, Paris, Union générale d'éditions,
  • Maurice Caveing, Zénon d’Élée : prolégomènes aux doctrines du continu : étude historique et critique des fragments et témoignages, Paris, Vrin, , 242 p. (ISBN 2-7116-2048-4)
  • Maurice Caveing, La constitution du type mathématique de l'idéalité dans la pensée grecque, Villeneuve d'Ascq, Presses Univ. Septentrion (distributeur: Sodis) :
    • Essai sur le savoir mathématique : dans la Mésopotamie et l'Egypte anciennes, vol. 1, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires de Lille, , 417 p. (ISBN 2-85939-415-X, lire en ligne)
    • La figure et le nombre : Recherches sur les premières mathématiques des Grecs, vol. 2, — dédié à Mireille Thélème
    • L’irrationalité dans les Mathématiques grecques jusqu’à Euclide, vol. 3, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, , 343 p. (ISBN 2-85939-539-3, BNF 36971590, lire en ligne)
  • Maurice Caveing, Le problème des objets dans la pensée mathématique, Paris, Vrin, coll. « Problèmes et controverses », , 286 p.
  • Maurice Caveing, Jean-Toussaint Desanti : un destin philosophique, Hachette, coll. « Hachette Littératures », , 395 p. (ISBN 978-2-01-279402-3 et 2-01-279402-5)

Autres publicationsModifier

  • Mésaventures de l'anti-marxisme, les malheurs de Maurice Merleau-Ponty, avec Georges Cogniot et Roger Garaudy, 1 volume, 160 pages, Paris, Éditions sociales, 1955.
  • Raison, mythe et société dans la Grèce antique, entretien avec Jean-Pierre Vernant, Maurice Godelier et Maurice Caveing, Paris, Editions rationalistes, 1975.
  • Le Sens de l'axiomatisation euclidienne, 33 pages, Strasbourg, Université Louis Pasteur, 1980.
  • A propos d'une récente traduction de l'Introduction arithmétique de Nicomaque de Gérase, Académie internationale d'histoire des sciences, Wiesbaden, 1980.
  • Le matin des mathématiciens, entretiens sur l'histoire des mathématiques, présentés par Émile Noël, avec la participation de Maurice Caveing, Jean Dhombres et Guy Beaujouan, Paris, Belin, 1985.
  • Les philosophes et les mathématiques, directeurs de publication: Maurice Caveing et Évelyne Barbin, 317 pages, Paris, Ellipses, 1996.
  • Une pensée captive, de Jean-Toussaint Desanti, édité par Maurice Caveing, 1 volume, 434 pages, Paris, PUF, 2008.

ArticlesModifier

  • «Les numérotations dans l’histoire», La Recherche, numéro 67, 1976, pp. 488-491.
  • «Sur la constitution des mathématiques en sciences théoriques», Bulletin de la société française de philosophie, avril-.
  • «Le traitement du continu dans Euclide et dans Aristote», dans Penser les mathématiques, avec Jean Dieudonné et René Thom, Paris, Seuil, 1982.
  • «L’originalité radicale des Grecs en mathématiques tient-elle du miracle?», dans Le miracle grec: Actes du 2ème colloque sur la pensée antique, 18-19-.
  • «Quelques précautions dans l’emploi de l’idée de nombre», L’Homme, 116, octobre-.
  • «L'Histoire des mathématiques de l’Antiquité», Revue de Synthèse, octobre-, p. 485-510.

RéférencesModifier

SourcesModifier

  • Hamdi Mlika, « La contribution de Maurice Caveing dans la mise au jour de l’universalisme omniculturel des mathématiques », Colloque Humanismes, mathématiques, positivismes,‎ (lire en ligne)
  • Yvon Gauthier, « Maurice Caveing, Le problème des objets dans la pensée mathématique », Philosophiques, vol. 32, no 2,‎ , p. 472-474 (lire en ligne)

NotesModifier

  1. « Fichiers des décès | Insee », sur insee.fr (consulté le )
  2. La filmologie en retour arrière (1943-1947), par Lucien Sève, revue 1895, 1er mars 2012.
  3. a et b D'après la notice biographique de l'ouvrage La figure et le nombre (Presses du Septentrion).
  4. Maurice Caveing, sur Le Maitron.
  5. Thierry Keck et Étienne Fouilloux, Jeunesse de l'Église, 1936-1955 : aux sources de la crise progressiste en France, Paris, Karthala, coll. « Signes des temps », , 483 p. (ISBN 2-84586-591-0), p. 235 et Yvon Tranvouez, Catholiques d'abord : approches du mouvement catholique en France (XIXe-XXe siècle), Éditions de l'Atelier, , 264 p., p. 222

Liens externesModifier