Maubec (Isère)

commune française du département de l'Isère
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maubec.

Maubec
Maubec (Isère)
La mairie-école et la balance en 2019
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton L'Isle-d'Abeau
Intercommunalité Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
Maire
Mandat
Annick Arnold
2014-2020
Code postal 38300
Code commune 38223
Démographie
Population
municipale
1 745 hab. (2017 en augmentation de 4,43 % par rapport à 2012)
Densité 204 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 34′ 05″ nord, 5° 15′ 58″ est
Altitude Min. 350 m
Max. 450 m
Superficie 8,57 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Maubec
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Maubec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Maubec
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Maubec
Liens
Site web www.maubec-isere.fr

Maubec est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune qui comptait 1 724 habitants en 2016, appartient à l'unité urbaine de Bourgoin-Jallieu, troisième agglomération du département avec plus de 57 000 habitants en 2013, ainsi qu'à la communauté d'agglomération Porte de l'Isère.

La petite cité, autrefois située dans la province du Dauphiné, héberge les ruines d'un château médiéval, ainsi qu'un manoir datant du XVIe siècle. Le philosophe Jean-Jacques Rousseau a été hébergé dans une demeure du village lors de son passage dans la région en 1768.

Ses habitants sont appelés les Maubelans[1].

GéographieModifier

 
Plan de la commune et des communes limitrophes

Situation et descriptionModifier

Le territoire de Maubec se situe dans la partie septentrionale du département de l'Isère à quelques minutes, en voiture ou par les transports en commun, du centre-ville de Bourgoin-Jallieu, principale ville du secteur et commune limitrophe qui marque la limite nord de la commune (avec Domarin).

Le centre-ville (bourg de Maubec) se situe (par la route) à 44 km du centre de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes et à 68 km de Grenoble, préfecture du département de l'Isère, ainsi qu'à 343 km de Marseille et 513 km de Paris[2].

Communes limitrophesModifier

Malgré sa proximité, la commune des Éparres n'est pas limitrophe de celle de Maubec, celle-ci en étant séparée par une partie du territoire de la commune de Meyriè inférieure à une cinquantaine de mètres de large (Voir le plan sur le site Géoportail).

GéologieModifier

 
Paysage autour de Maubec

Maubec se situe entre la plaine de Lyon et la bordure occidentale du plateau du Bas-Dauphiné qui recouvre toute la partie iséroise où il n'y a pas de massifs montagneux. Le plateau ou se situe le bourg se confond avec la micro-région des Terres froides, secteur géographique qui est essentiellement composée de collines de basse ou moyenne altitude et des longues vallées et plaines. L'ouest de ce secteur correspond à la plaine lyonnaise.

Les glaciations qui se sont succédé au cours du Quaternaire sont à l'origine du modelé actuel de la plaine, les produits antéglaciaires restant profondément enfoui sous les dépôts d'alluvions liés à l'écoulement des eaux lors de la fonte des glaces[3].

HydrographieModifier

Le Bion, d'une longueur de 12 kilomètres, est un petit affluent de la Bourbre et un sous affluent du Rhône[4]. Ce cours d'eau borde la partie orientale de la commune, séparant ainsi Maubec de la commune voisine de Meyrié.

Le petit ruisseau de Pellud est un modeste cours d'eau qui prend sa source dans la commune avant de rejoindre la commune de Bourgoin-Jallieu, au niveau des hameaux de l'Oiselet et de la zone de la Maladière[5].

ClimatModifier

La région de Maubec présente un climat de type semi-continental[6].

Les étés sont chauds et plutôt sec mais connaissent de nombreuses périodes orageuses. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Voies de communicationModifier

 
Panneau d'entrée de Maubec sur la RD 23

Le bourg central de la commune et ses principaux hameaux sont situés à l'écart des grandes voies de circulation. Le territoire communal n'est longé que par une seule route à grande circulation, autrefois route nationale, déclassée en route départementale et par quelques petites routes d'importance secondaire.

  • La RD 522 correspond au tracé de l'ancienne route nationale 522 (RN 522) reliant Saint-Jean-de-Bournay à Bourgoin-Jallieu. Celle-ci a été déclassée en route départementale en 1972.
  • La RD 23 relie la commune de Maubec à la commune de Crachier, après avoir traversé le territoire de la commune de Chezeneuve avec une jonction à la RD 522 à chaque extrémité.

L'entrée d'autoroute la plus proche (A43 relie la commune à Lyon et à Chambéry) est située à moins de trois kilomètres du bourg :

  8 à 37 km : Bourgoin-Jallieu-centre, Nivolas-Vermelle, Ruy-Montceau

Transports publicsModifier

AutobusModifier

 
Autocar du transisère à Maubec

Localement, l'agglomération de Bourgoin-Jallieu et la CAPI sont desservies par le réseau de bus dénommé « Ruban », réparti en huit lignes urbaines et sept lignes périurbaines, dont deux desservent le territoire communal[7] :

  • Ligne 21 : Châteauvilain ↔ Succieu ↔ Sérézin-de-la-Tour ↔ Nivolas-Vermelle ↔ Meyrié ↔ Maubec (le Bas) ↔ Bourgoin-Jallieu.
  • Ligne 24 : Crachier ↔ Chèzeneuve ↔ Maubec ↔ Bourgoin-Jallieu.

AutocarsModifier

La ligne 2090 (Lignes de proximité) du réseau interurbain de l'Isère (connu sous l'appellation Transisère) permet de relier Bourgoin-Jallieu à Saint-Jean-de-Bournay après avoir traversé Maubec avec deux arrèts (HLM et la Combe Usine)[8].

UrbanismeModifier

Morphologie urbaineModifier

Hameaux, lieux-dits et écartsModifier

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de Maubec, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[9].

  • le Goyet
  • le Bois Joli
  • la Ranisère
  • la Combe
  • le Viéroz
  • les Leschères
  • le Fabre
  • le Meynier
  • le Brouchoud
  • la Garrine
  • le Sevoz
  • Coucieu
  • le Pollosson
  • le Bellet
  • le Sadiau
  • le Besson
  • la Vacheresse (bois)
  • En Roland
  • le Maron
  • Paternos
  • En Bailly et Varille
  • Malatrait
  • Césargues (château)
  • le Petit et le Grand Paleysin
  • Montquin
  • Rivaboudrieu
  • Embroisin (bois)
  • le Piochay (bois)

Risques naturelsModifier

Risques sismiquesModifier

La totalité du territoire de la commune de Maubec est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[10].

Terminologie des zones sismiques[11]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risquesModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

 
Une ferme à Maubec, en 1912.
 
La villa des Tilleuls, hameau de Polosson, en 1910.

Préhistoire et AntiquitéModifier

Le secteur actuel de la commune de Maubec se situe à l'ouest du territoire antique des Allobroges, ensemble de tribus gauloises occupant l'ancienne Savoie, ainsi que la partie du Dauphiné, située au nord de la rivière Isère.

Moyen Âge et Temps modernesModifier

Durant l'époque médiévale, la paroisse de Maubec dépendait d'une baronnie, vassale du duc de Savoie[12]. Entre la période médiévale et la fin de l’Ancien Régime, la paroisse de Maubec est placé sous la dépendance des barons de Maubec.

Jean-Jacques Rousseau résida un temps dans la commune (de janvier 1769 à avril 1770).

Époque contemporaineModifier

Politique et administrationModifier

 
Hôtel de ville de Maubec

Administration municipaleModifier

En 2019, le Conseil municipal de Maubec compte dix neuf membres (dix hommes et neuf femmes) dont une maire, quatre adjoints au maire et quatorze conseillers municipaux[13].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1803 ? François Joseph Badin    
1809 ? Marc Revol    
? ? Achille-Louis Meffray (de Césarges)   député
1829 1843 Louis Randy   cultivateur
1846 ? Joseph Buisson    
1846 1855 Pierre Allex    
1855 1860 Joseph Berlioz    
1860 1870 Pierre Brissaud   régisseur
1870 1874 Antoine Genin   Meunier
1874 1876 Henry de Meffrey   propriétaire
1876 1879 Auguste Cleret   propriétaire
1879 1892 Antoine Genin   meunier
1892 1894 Guillaume Cullard   ancien militaire
1894 1908 Adolphe Warme   propriétaire
1908 1935 Henri Rajon    
1935 1959 Alphonse Popineau   propriétaire
1959 1965 Charles Berthier   industriel
1965 1983 André Berger   directeur de caisse d'épargne
1983 1989 Louis Polosson   cultivateur
1989 2008 Paul Blanc   charpentier
2008 En cours Annick Arnold MoDem fonctionnaire territoriale
Les données manquantes sont à compléter.

JumelagesModifier

La commune est jumelée avec :

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2017, la commune comptait 1 745 habitants[Note 1], en augmentation de 4,43 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 799640688684746788746752849
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
772783770748745684690697700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
688629616570640656630604622
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6677618069811 2751 3671 5321 5561 580
2013 2017 - - - - - - -
1 7031 745-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

La commune, située dans l'académie de Grenoble, compte un école maternelle et élémentaire, l'école de Sadiau qui présentait un effectif de 162 élèves lors de la rentrée scolaire de 2019[19].

Équipement sportif et culturelModifier

  • Petite enfance
Des « ateliers Montessori » (avec un service d'initiation pour les parents) ont été créé pour accueillir les enfants de 3 à 6 ans, les mercredis matins hors vacances scolaires dans une salle municipale[20].

MédiasModifier

  • Presse régionale
Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton, de la communauté de communes et quelques fois de la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

CultesModifier

Culte catholiqueModifier

La communauté catholique de Maubec dépend de la paroisse Saint-François d'Assise qui recouvre vingt communes et vingt-trois églises. La paroisse est organisée en sept relais, celle de Maubec porte le nom de relais du Plateau[21].

Autres cultesModifier

ÉconomieModifier

Culture et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Ruines du château des Roches, ou château fort de MaubecModifier

Datant du début du XIIIe siècle[22], le château est bâti par Gilles de Bocsozel entre 1257 et 1263. Il est le centre d'une seigneurie, puis, vers 1432, d'une baronnie. L'édifice qui dominait la cité fut presque entièrement rasé à la Révolution française. À l'est du hameau Brouchoud, le visiteur peut découvrir le reste d'un pan de mur[22].

Église Saint-Bonaventure-de-PaternosModifier

 
Église Saint-Bonaventure-de-Paternos

Il s'agit d'un bâtiment de l'ancienne chapelle (dédiée à Saint Bonaventure) du couvent des Dominicains de Paternos, fondé en 1472, dont seul le chœur carré subsiste.

L'édifice, réaménagé et agrandi par la Maréchale d'Ornano à partir de 1627, devient ensuite église paroissiale à la place de l'église ruinée de Saint-Victor de Paleyzin. Au début du XIXe siècle, on y accédait encore par la cour et par l'ancien cloître aboutissant à l'entrée voûtée où l'on plaça ensuite le confessionnal. En 1884 - 1885 la nef fut agrandie vers l'ouest où fut placée la porte d'entrée actuelle. L'ancien clocher, détruit par la foudre, était du côté de la sacristie actuelle.

Le château de CésarguesModifier

 
Château de Césargues

Il s'agit d'un manoir du XVIe siècle qui a été remanié au XIXe siècle, situé à la place occupée jadis par une motte castrale[22] et qui domine la vallée du ruisseau des Rivaux, en limite méridionale du territoire communal. Il s'agit d'une propriété privée non ouverte aux visites.

Le bâtiment principal, qui a bénéficié de nombreux travaux au cours des siècles, s'élève sur trois niveaux. Celui-ci comprend une grande façade, datant du XVIIIe siècle, symétrique à neuf travées de baies avec un fronton central surmontant les trois travées centrales. L'intérieur a été aménagé avec de nombreux lambris et des alcôves. Le potager présente un système original de récupération de la cendre dans des tiroirs métalliques. Il existe également une chapelle ornée de vitraux réalisés par Bruche et Balmet en 1898. Cet édifice religieux comprend un mobilier complet avec des bancs à rallonges et des tables de communion. L'ensemble des dépendances (granges, écuries, remises) sont couverts de toits à deux pans à pente faible et l'ensemble des bâtiments sont disposes autour d'une vaste cour qui abrite un large bassin-fontaine[23].

Autres monumentsModifier

 
Monuments au morts de Maubec
  • le monument aux morts de la commune.
  • les vestiges de la motte castrale de la Garinne, du XIe siècle[22].

Patrimoine et tradition oralesModifier

Langue régionaleModifier

 
Carte linguistique du Dauphiné : Le dauphinois est un dialecte arpitan parlé dans le nord du Dauphiné

Au niveau linguistique, le territoire de Maubec, ainsi que l'ensemble du Nord-Isère, se situe au nord-ouest de l'agglomération grenobloise et au sud-ouest de l'agglomération lyonnaise. Son secteur se situe donc dans la partie septentrionale du domaine linguistique des patois dauphinois, laquelle appartient au domaine de la langues dite francoprovençal ou arpitan au même titre que les parlers savoyards, vaudois, Valdôtains, bressans et foréziens.

L'idée du terme, « francoprovençal », attribué à cette langue régionale parlée dans la partie centre-est de la France, différente du français, dit langue d'oil et de l'occitan, dit langue d'oc est l'œuvre du linguiste et patriote italien Graziadio Isaia Ascoli en 1873 qui en a identifié les caractéristiques, notamment dans le Grésivaudan, les pays alpins et la vallée de l'Isère, depuis sa source jusqu'à sa confluence avec le Rhône. .

Personnalités liées à la communeModifier

Né à Genève, ville distante de 130 km, le philosophe, âgé de 56 ans, a séjourné à Bourgoin, puis dans ses environs immédiats[24], c'est à dire à Maubec, « pour respirer un air plus sain et boire une eau meilleure ». Il sera alors hébergé dans la ferme Montquin, appartenant à la chatelaine du lieu, Madame de Césarges. La route qui mène à cette ferme est, aujourd'hui, dénommée « chemin Jean-Jacques Rousseau »[25]

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • André Noraz, Maubec et son passé, compte d'auteur 1792, Éditions Terradou, 1992, (ISBN 2-907389-50-5).
  • André Noraz, Jean-Jacques Rousseau, sa vie à Maubec en Dauphiné, janvier 1769 - avril 1770 sans éditeur, 1978.
  • Louis Fochier, Recherches historiques sur les environs de Bourgoin, 1865.
  • Franceline Bürgel, Maubec en Dauphiné, tranches de vies au XXe siècle, Éditions Bellier, 2010.
  • Jérôme Randy, Maubec dans l'Isère

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 5 novembre 2019
  2. Site annuaire mairie, page des distances entre Maubec et les plus grandes villes, consulté le 5 novembre 2019
  3. Site Persée L'isère préhistorique et protohistorique d'Aimé Bocquet, page 124
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau (V1740520) »
  5. Site ou-pecher.fr, page sur le ruisseau de Pelud, consulté le 5 novembre 2019.
  6. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016).
  7. Site rubantransport.com, page Les lignes périurbaines du Ruban, consulté le 5 novembre 2019
  8. site carsannequin.com Horaire de la ligne 2090 du réseau Transisère, consulté le 7 novembre 2019.
  9. Site géoportail, page des cartes IGN
  10. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  11. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique
  12. Site de la mairie de Maubec, page de présentation du village, consulté le 6 novembre 2019.
  13. Site de la commune de Maubec, page sur le conseil municipal avec photo), consulté le 07 novembre 2019.
  14. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  19. Site education.gouv.fr, page sur l'école de Sadiau-Maubec, consulté le 6 novembre 2019
  20. Site de la mairie, page associations, consulté le 7 novembre 2019.
  21. Site de la paroisse Saint-François d'Assise, consulté le 6 novembre 2019
  22. a b c d et e Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), p. 684
  23. Site chateau-fort-manoir-chateau.eu, page sur le château de Césargues, consulté le 7 novembre 2019.
  24. Site Gallica, livre le séjour de J.J. Rousseau à Bourgoin, Imprimerie Vauvillez, 1860
  25. Site du journal le Dauphiné, article "Rousseau, entre Bourgoin et Maubec".

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier