Matt Blunt

politicien américain

Matt Blunt
Illustration.
Portrait du gouverneur Blunt en 2005.
Fonctions
54e gouverneur du Missouri

(4 ans et 2 jours)
Prédécesseur Bob Holden
Successeur Jay Nixon
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Springfield (Missouri)
Parti politique Parti républicain
Père Roy Blunt
Profession Officier de l'US Navy
Religion Baptiste du Sud

Matt Blunt
Gouverneur du Missouri

Matthew Roy Blunt, né le à Springfield au Missouri, est un homme politique américain, membre du Parti républicain et gouverneur de l'État du Missouri de janvier 2005 à janvier 2009.

BiographieModifier

Enfance et étudesModifier

Matt Blunt est le fils de Roseann et Roy Blunt ; ce dernier était un élu national du Missouri à la chambre des représentants depuis 1997 et vice-président du groupe républicain à la chambre depuis 2003.

Diplômé en histoire en 1993 de l'Académie navale d'Annapolis, Blunt fut promu aussi officier de marine et à ce titre participa à la mission des Nations unies pour la restauration de la démocratie en Haïti en 1994. Il devint en outre membre de l'American Legion.

Représentant à la chambre du Missouri et secrétaire d'État du MissouriModifier

En 1998, Matt Blunt fut élu à la chambre des représentants du Missouri sous les couleurs républicaines.

En 2000, il fut élu secrétaire d'État du Missouri, tout comme son père l'avait été quelques années plus tôt. À la suite des attentats du 11 septembre 2001, cet officier de réserve reprit un service actif pendant six mois et participa à l'opération Enduring Freedom.

Gouverneur du MissouriModifier

Le , Matt Blunt fut élu gouverneur du Missouri avec un peu plus de 50 % des voix face à la candidate démocrate Claire McCaskill. Il est alors le premier gouverneur républicain depuis 1921 à disposer d'une majorité favorable dans les deux chambres de l'État. Sa priorité est alors de réduire la dette et les dépenses de l'État, d'équilibrer la balance budgétaire sans augmenter les impôts. Les coupes budgétaires qu'il effectua notamment dans les programmes sociaux furent alors particulièrement critiqués par ses opposants.

Opposé à l'avortement, il fit voter une loi encadrant l'interruption volontaire de grossesse, imposant notamment un délai de vingt-quatre heures entre la demande de la patiente à un médecin de recourir à un avortement et l'acte lui-même et sanctionnant plus lourdement les personnes aidant les mineurs à contourner l'autorisation parentale pour procéder à une IVG. Il s'opposa aussi à la suppression du financement public des recherches sur le clonage thérapeutique, sujet qui divisa les républicains du Missouri et lui fit perdre le soutien de l'association américaine du droit à la vie.

En 2006, il proposa d'aggraver les sanctions pénales contre les violeurs d'enfants en imposant une peine minimale obligatoire de vingt-cinq ans de prison.

En octobre il reçut la meilleure note du think tank libertarien, le Cato Institute, pour avoir réduit le budget du Missouri, limité les dépenses publiques de santé et réduit ostensiblement la taille et la place de l'État dans la vie publique et économique du Missouri.

Durant son mandat, Matt Blunt a aussi fait interdire les jeux vidéo dans les prisons de son État à la suite d'un mini-scandale paru dans la presse, qui rapportait que les détenus les plus violents pouvaient jouer sur des consoles à commettre des meurtres, voler des voitures, ou tuer des policiers.

Le , il annonça qu'il renonçait à se présenter pour un nouveau mandat, déclarant vouloir se consacrer davantage à sa famille.

Après la politiqueModifier

En , Matt Blunt prend la tête de l'American Automotive Policy Council, un lobby qui regroupe Chrysler, Ford et General Motors[1]. À ce titre, il est enregistré comme lobbyiste au Congrès des États-Unis, où son père est sénateur[2].

Vie privéeModifier

Marié depuis 1997, son premier enfant naquit le .

Notes et référencesModifier

  1. (en) Anna Palmer, « Meet the auto industry's favorite Republican », sur fortune.com, (consulté le ).
  2. (en) Kelly Moffitt, « Former governor Matt Blunt now a registered lobbyist », sur bizjournals.com, (consulté le ).

Liens externesModifier