Ouvrir le menu principal
Mathias de l'Obel
Lobel.jpg
Mathias de l’Obel à 66 ans.
Biographie
Naissance
Décès
Abréviation en botanique
LobelVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
Domaine
Maître
Directeur de thèse

Mathias (ou Mathieu) de l’Obel (ou de Lobel ou Delobel, en latin Lobelius) est un botaniste flamand, né en 1538 à Lille et mort le à Highgate en Angleterre.

BiographieModifier

 
Taxus extrait d’Icones Stirpium de 1591.

De l’Obel étudie à université de Montpellier auprès de Guillaume Rondelet, qui le tient en haute estime. Il est également probable qu'il ait suivi des cours, voire qu'il ait été inscrit, dans les universités de Louvain, Pise et Padoue[1].

Il pratique la médecine de 1571 à 1581 à Anvers et à Delft, où il est le médecin de Guillaume le Taciturne, prince d'Orange En 1584, il quitte les Pays-Bas pour fuir la guerre civile et gagne l'Angleterre, où il demeurera jusqu’à sa mort. Il est le surintendant du jardin botanique de Hackney fondé par le baron Edward la Zouche (en). Il devient également le botaniste du roi Jacques Ier.

En collaboration avec Pierre Pena, il fait paraître Stirpium adversaria nova en 1571 ; en 1576 paraît Plantarum seu stirpium historia, traduit en flamand en 1581 sous le titre de Kruydboeck.

Dans son Stirpium, l’Obel décrit de façon précise environ 1 500 espèces, avec indication des localités où les espèces ont été récoltées : c’est une véritable flore des environs de Montpellier, mais il décrit aussi des plantes du Tyrol, de Suisse et de Hollande. Cet ouvrage est illustré de 268 gravures sur bois.

Le second, Plantarum est plus qu’une simple adaptation du premier avec un index en sept langues et plus de 2 000 illustrations (dont la plupart sont tirées des ouvrages de Clusius, de Rembert Dodoens et de Pierandrea Mattioli. De l’Obel le dédicace à la reine Élisabeth Ire. Il est imprimé par Christophe Plantin et connaît un grand succès. On y trouve aussi l'embryon d'une classification plus réussie que chez les auteurs précédents : il réunit avec justesse les roseaux, les graminées et les céréales, mais aussi, dans un autre groupe les trèfles et les oxalis à cause de leurs feuilles subdivisées en trois.

Charles Plumier lui a dédié le genre Lobelia (de la famille des Campanulaceae).

On lui attribue une tentative de classification des plantes qui prendrait comme fondement l’étude des feuilles, alors que Conrad Gesner préférait déjà la baser sur celle des fleurs[2].

PublicationsModifier

En ligneModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Louis, p. 57-68.
  2. Pelt.
  3. Dans le calendrier grégorien.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lobel est l’abréviation botanique standard de Mathias de l'Obel.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI