Mathias Hémardinquer

professeur français littérature
Mathias Hémardinquer
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinction

Mathias Hémardinquer ( à Nancy en France - à Nancy) est un universitaire français.

BiographieModifier

Fils d’un petit marchand de Nancy, il finit ses études au collège Charlemagne et à l'École normale (L1842)[1], d’où il sortit agrégé de lettres suppléant ou volant en 1845. Après ses débuts à Angers, il fut rappelé à Charlemagne comme suppléant.

Ayant laissé des élèves chanter l’air subversif de la Marseillaise (le ) et refusé de les dénoncer, il fut envoyé à Poitiers, malgré les réserves de l’évêque sur ce non catholique ; il s’y trouva comme tel au centre d’une polémique de presse relayée par l’Univers. Enfin nommé à Nancy, il fut chargé d’une classe de rhétorique de 1850 à 1869 et de 1871 à sa mort. Mais sa religion israélite l’empêcha d’obtenir un poste d’inspecteur d’académie pour échapper aux classes de soixante élèves.

En 1872 il fut reçu docteur es lettres (thèse : La Cyropédie, essai sur les idées morales de Xénophon, (Prix Montyon) De Apollonii Rhodhii argonauticis).

Il ne put obtenir une chaire de faculté sur place, en raison de la priorité accordée aux réfugiés de Strasbourg.

Il a édité avec des notes :

Son petit-fils Pierre Mathias Hémardinquer (Reims né le – décédé à Paris le ) a publié de nombreux ouvrages et articles d’enseignement technique et de vulgarisation dans le domaine de la radio (Il inventa la radiotable en 1921), de l’électronique et du cinéma.

SourcesModifier

  • Hemardinquer, in Dictionnaire de biographie française Tome XVII Gueroult-Lapaliere - Humann
  • Archives Nationales F17 20940 (et 2795)
  • Archives de Paris, Lycée Charlemagne, 704/73/2
  • Archives Israélites,
  • L’instruction Publique, 1872, p91

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier