Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Le massacre de Tikrit, aussi appelé massacre de la base Speicher, a lieu les 12 et pendant la seconde guerre civile irakienne, après la prise de la ville de Tikrit par l'État islamique en Irak et au Levant.

Massacre de Tikrit
Date 12 -
Lieu Tikrit
Victimes Drapeau de l'Irak Prisonniers de guerre chiites des forces armées irakiennes
Morts 1 660 à 1 700[1],[2]
Auteurs Drapeau de l'État islamique État islamique en Irak et au Levant
Guerre Seconde guerre civile irakienne
Coordonnées 34° 36′ 09″ nord, 43° 41′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Monde

(Voir situation sur carte : Monde)
Massacre de Tikrit

Géolocalisation sur la carte : Moyen-Orient

(Voir situation sur carte : Moyen-Orient)
Massacre de Tikrit

Géolocalisation sur la carte : Irak

(Voir situation sur carte : Irak)
Massacre de Tikrit

Sommaire

PréludeModifier

Le , les djihadistes salafistes de l'État islamique en Irak et au Levant battent les forces gouvernementales irakiennes lors de la bataille de Mossoul et s'emparent de la province de Ninive[3],[4]. Les djihadistes poursuivent leur progression et entrent dans les provinces de Kirkouk et Salah ad-Din[5].

Peu avant que Tikrit ne soit à son tour attaquée, un détachement de 1 500 soldats ayant tout juste reçu une formation militaire de base est envoyé à la base aérienne d'Al Sahra, près de Tikrit, aussi appelé Camp Speicher. Parmi ces hommes, le soldat Mohamed Madjoul Hamoud, un des rares survivants du massacre, témoigne à l'agence Reuters en septembre 2014. Selon son récit 4 000 soldats sont rassemblés à Tikrit et ses environs peu avant l'attaque mais la plupart ne sont pas armés et selon ses déclarations et celles d'autres rescapés, le général Ali al Freidji, commandant de la province, aurait prétendu à ses hommes qu'un accord avait été conclu avec les tribus locales pour permettre l'évacuation des troupes. Il aurait alors demandé à ses hommes de retirer leurs uniformes et de porter des vêtements civils[6].

DéroulementModifier

 
Vue en 2008, de l'ancien palais de Saddam Hussein à Tikrit.

Le 11 juin, les forces de l'État islamique en Irak et au Levant attaquent et prennent presque sans combattre la ville de Tikrit[7]. Le général Ali al Freidji s'enfuit[6]. Les djihadistes délivrent 300 prisonniers[7] et 40 000 habitants de Tikrit et Samarra prennent la fuite selon l'Organisation internationale pour les migrations[8].

Le 12 juin, les combattants des tribus sunnites pénètrent dans le camp Speicher. Les soldats irakiens se rendent et sont conduits à l'université de Tikrit. Les prisonniers reçoivent l'ordre de se débarrasser de leurs chaussures, chaussettes, bagues, portefeuilles et papiers d'identité. Ils sont ensuite couchés face contre terre et menottés. Ceux qui relèvent la tête sont abattus[6].

Les rebelles tribaux sunnites remettent alors les prisonniers aux djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant. Ces derniers conduisent les captifs aux anciens palais de Saddam Hussein. À l'intérieur du bâtiment, les prisonniers sont rassemblés en groupes de dix, ils doivent donner leur rang et le nom de leur unité[6].

Les captifs sont ensuite conduits par groupes à l'extérieur. Ils sont fusillés et enterrés sommairement. Les exécutions durent jusqu'à l'aube[6].

Selon Mohamed Madjoul Hamou, les 800 personnes qui avaient été rassemblées avec lui dans une grande salle sont presque toutes exécutées. Un sursis est cependant accordé à quelques hommes qui s'avèrent être sunnites ou qui parviennent à se faire passer pour tel. Pendant plusieurs jours les 20 rescapés sont interrogés par des djihadistes afin de vérifier qu'ils sont bien sunnites. Mais neuf d'entre eux sont confondus et exécutés à leur tour, tandis que deux autres sont tués lors d'une tentative d'évasion. Finalement, après dix jours de captivité, les neuf derniers survivants sont relâchés. Parmi ces derniers, Mohamed Madjoul Hamoud, qui bien que chiite, est parvenu à se faire passer pour un bédouin sunnite[6].

Bilan humainModifier

Le 13 juin, Navanethem Pillay, Haute-Commissaire de l’ONU aux droits de l'homme, affirme que l'EIIL s'est rendu coupable d'« exécutions sommaires » et de « meurtres extrajudiciaires ». Elle indique que : « Des rapports suggèrent que le nombre de personnes tuées au cours des derniers jours serait de l’ordre de plusieurs centaines et que le nombre des blessés approcherait le millier d’individus »[9].

Le 13 juin, l'État islamique en Irak et au Levant revendique le massacre de 1 700 prisonniers chiites sur les 2 500 qu'il prétend avoir capturé sur l'armée irakienne[1],[10]. Le 14 juin, un compte twitter considéré comme proche de l'EIIL publie des photographies d'exécutions de prisonniers. Elles montrent des dizaines de corps fusillés dans des fosses communes par les rebelles djihadistes, les cadavres ont les mains liés et sont vêtus d'habits civils[11],[1]. Selon Adrien Jaulmes, reporter pour Le Figaro : « Ces séries de photos sont sans doute le premier cas dans l'histoire où un crime de masse est ainsi documenté et mis en scène par ses auteurs, comme s'il s'agissait d'un glorieux fait d'armes »[12].

Le 15 juin, les États-Unis condamnent le massacre. Jen Psaki, porte-parole du département d'État américain déclare : « La revendication des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui affirment avoir massacré 1 700 chiites membres des forces aériennes irakiennes est horrible et traduit la soif de sang de ces terroristes »[1],[13]. Les États-Unis affirment ne pas être en mesure de confirmer la revendication de l'EIIL, mais Jen Psaki précise que le massacre a eu lieu à Tikrit[10].

Le 27 juin, Human Rights Watch annonce avoir localisé deux sites d'exécutions à Tikrit. Selon cet organisme, entre 160 et 190 hommes, au moins, y ont été exécutés entre le 11 et le 14 juin. Elle précise cependant que le nombre total des victimes pourrait être beaucoup plus élevé[14],[15]. En septembre, après de nouvelles analyses vidéos et le témoignage d'un survivant, HRW estime que au moins 560 à 770 hommes ont été exécutés par l'EIIL à Tikrit[16]. En mars 2015, HRW monte le bilan à au moins 1 000 morts[17].

Le 15 décembre 2014, le ministère irakien chargé des droits de l'Homme confirme la disparition de 1 660 personnes au camp Speicher après la prise de Tikrit par les djihadistes[2].

Le , à la fin de la bataille de Tikrit, les troupes irakiennes commencent à découvrir des fosses communes[18],[19], dix sont trouvées dans l'ancien complexe présidentiel de Saddam Hussein, et trois autres non loin à l'extérieur[20]. Au 28 mai 2015, 470 corps ont été exhumés de quatre sites selon le ministre irakien de la Santé[21].

Une pierre tombale unique est érigée sur le site principal du massacre. Il devient un lieu de pèlerinage pour les chiites[22].

SuitesModifier

Le , 36 hommes condamnés à mort pour leur implication dans le massacre de Tikrit sont pendus dans la prison de Nassiriyah[23].

VidéographieModifier

RéférencesModifier

  1. a, b, c et d AFP et Le Monde, « L'ONU évoque des crimes de guerre en Irak », Le Monde
  2. a et b Ouest-France : Irak. 2 700 disparus depuis le début de l'offensive de l'Etat islamique
  3. AFP, « La deuxième plus grande ville d'Irak aux mains des insurgés », Libération, 10 juin 2014
  4. AFP, « Irak: les insurgés prennent pour la première fois une province entière », Nouvel Obs, 10 juin 2014
  5. AFP et Le Monde, « Offensive sans précédent des djihadistes en Irak », Le Monde, 10 juin 2014
  6. a, b, c, d, e et f Reuters : Le survivant d'un massacre de l'Etat islamique à Tikrit raconte
  7. a et b « Irak : après Mossoul, Tikrit est tombée aux mains des jihadistes », RFI
  8. AFP, : « Irak : 40 000 civils ont fui Tikrit et Samarra, l'OIM prévoit une crise humanitaire “prolongée” », L'Orient du jour
  9. Luc Mathieu, « L’EIIL poursuit sa percée en Irak », Libération, 13 juin 2014.
  10. a et b AFP, « Irak : Washington condamne le massacre de soldats chiites », La Presse
  11. Le Monde, « En Irak, l'EIIL décuple la terreur grâce à Internet », Le Monde
  12. « L'État islamique en Irak et au Levant invente à Tikrit le “crime de guerre 2.0” », Le Figaro
  13. (en) « STATE DEPT. ON ISIL CLAIMS OF A MASSACRE IN TIKRIT, IRAQ », sur Département d'État des États-Unis, (consulté le 8 février 2015).
  14. Le Figaro : Irak: une ONG a localisé des sites d'exécution
  15. BBC : Irak : des exécutions de l'EIIL à Tikrit
  16. Human Rights Watch : Irak : L'État islamique a procédé à de nouvelles exécutions à Tikrit
  17. Human Rights Watch : Irak : Des attaques menées par des milices contre des villages ont conduit au déplacement de milliers de personnes
  18. AFP : Massacre de Speicher: des fosses communes retrouvées à Tikrit
  19. RFI : Irak: des dizaines de cadavres exhumés de fosses communes à Tikrit
  20. Le Point avec AFP : Irak : 164 corps retrouvés dans une fosse commune à Tikrit
  21. Le Point avec AFP : Irak : 470 corps exhumés des fosses communes de Tikrit
  22. RFI : Irak: près 500 corps exhumés des fosses communes de Tikrit
  23. Irak : 36 personnes pendues pour le massacre du camp Speicher commis par l’EI, Le Monde avec AFP et AP, 21 août 2016.