Ouvrir le menu principal

Massacre de Marzabotto
Image illustrative de l’article Massacre de Marzabotto
Restes de l'église.

Date 29 septembre -
Lieu Marzabotto, Monzuno et Grizzana Morandi, Drapeau de l'Italie Italie
Victimes Civils italiens
Morts 770 à 1 830
Auteurs Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Participants 16th SS Division Logo.svg 16e Panzergrenadierdivision SS Reichsführer-SS
Guerre Seconde Guerre mondiale
Coordonnées 44° 18′ 37″ nord, 11° 13′ 11″ est

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Massacre de Marzabotto

Le massacre de Marzabotto est un massacre perpétré entre le 29 septembre et le , par les Waffen-SS de la 16e Panzergrenadierdivision SS Reichsführer-SS menée par le commandant Walter Reder (en)[1] en Émilie-Romagne près de Bologne.

Sommaire

DéroulementModifier

C'est au-dessus de la plaine sur les contreforts des Apennins, dans les bourgs de Marzabotto, Monzuno et de Grizzana Morandi que se déroula le massacre. On rapporte 955 à 1839 morts ; c'est le massacre de civils le plus meurtrier perpétré par les Nazis en Europe occidentale. En italien il est le plus souvent appelé « strage di Marzabotto » ou « eccidio di Monte Sole » (soit « massacre de Monte Sole »).

Le documentaire de Frédéric Rossif, De Nuremberg à Nuremberg, fait état de témoignages attestant du massacre, rapportant des cas d'enfants jetés vivants dans les flammes, ou encore de nouveau-nés décapités.

Parmi les victimes, 45 avaient moins de 2 ans, 110 moins de 10, 95 moins de 16. 142 avaient plus de 60 ans. Il y avait 316 femmes et 5 prêtres.

FilmographieModifier

  • L'uomo Che Verrà réalisé par Giorgio Diritti, sorti en Italie en 2009, mais non encore distribué en France, raconte l'histoire de la vie des habitants de la région quelques jours avant et pendant le massacre de Marzabotto. Ce film a reçu de nombreuses récompenses. On retrouve notamment Raffaele Zabban dans le rôle de Giovanni Fornasini, le prêtre martyr de Monte Sole, assassiné puis décapité le , et dont le corps a été retrouvé à la fin de l'hiver 1944.

Notes et référencesModifier

  1. documentaire vidéo de Michaël PRAZAN :"Das Reich, une division SS en France".

Voir aussiModifier