Mary Jo Bang

poète et universitaire américaine

Mary Jo Bang, née le 1946 à Waynesville, dans le Missouri, est une poète et une professeur d'Université à l'université Washington de Saint Louis[1] de nationalité américaine.

Mary Jo Bang
Mary Jo Bang 2015.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Université Columbia
Université Northwestern
School of the Arts de l'université Columbia (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions
Bourse Guggenheim ()
Berlin Prize (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Mary Jo Bang, née à Waynesville, aux États-Unis, est la fille d'Eugene D. Ward et d'Helen Sergeant[2], une famille issue d'un milieu humble[3], sa mère était femme de ménage et son père chauffeur routier[4]. Elle a grandi dans les villes de Ferguson[5], dans la banlieue de Saint Louis, et de Cool Valley (Missouri).

Carrière professionnelleModifier

Elle a collaboré et collabore à diverses revues :  New American Writing[6]Paris Review[7],[8]The New Yorker[9]The New Republic[10]Denver Quarterly[11], Boston Review[12], Harvard Review[13], Yale Review[14],  Best American Poetry[15], [16]Jacket2[17] etc.

Elle a été la co-rédactrice en chef de la prestigieuse Boston Review (en)[18] de 1995 à 2005[19].

La poésie de Mary Jo Bang allie richesse de vocabulaire, imagerie subtile et technique avant-gardiste. 

Ses thèmes sont divers : philosophiques, formalisme linguistique, postmodernisme, la culture populaire, la mort.

Vie privéeModifier

Durant ses études de sociologie elle se marie et aura un fils en 1967[3],[20]. Elle divorcera rapidement après. Elle se remarie en 1978 avec Gary Bang[4].

Le [21], son fils Michael Van Hook décède à l'âge de 37 ans[20], suite à une mauvaise prescription pharmaceutique, cette épreuve lui fera envisager l'écriture comme la continuité d'un dialogue avec son fils[3], son livre Elegy lui est dédié[20].

Parcours académiqueModifier

Parcours d'enseignante universitaireModifier

ŒuvresModifier

PoèmesModifier

TraductionModifier


Prix et distinctions (sélection)Modifier

BibliographieModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « Mary Jo Bang », Arts & Sciences,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2017).
  2. a b c et d « Bang, Mary Jo 1946- | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 30 octobre 2019).
  3. a b et c « Faculty Profile: Mary Jo Bang », Student Life,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2017).
  4. a et b (en) « Mary Jo Bang Biography - eNotes.com », sur eNotes (consulté le 29 juillet 2017).
  5. (en) Mary Jo Bang, « Mary Jo Bang », sur Mary Jo Bang, (consulté le 29 juillet 2017).
  6. « Issue 18 », sur New American Writing (consulté le 29 juillet 2017).
  7. (en) Mary Jo Bang, « Two Poems », The Paris Review,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2017).
  8. (en-US) « Mary Jo Bang Archives – The Paris Review », sur The Paris Review (consulté le 29 juillet 2017).
  9. « “The Head of a Dancer” », sur The New Yorker (consulté le 29 juillet 2017).
  10. (en-US) « An Individual Equinox Suitable for Framing », New Republic,‎ 25, septembre 2013 (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2017).
  11. (en) University of Denver, « Home | Denver Quarterly | University of Denver », sur www.du.edu (consulté le 29 juillet 2017).
  12. Intern, « Mary Jo Bang », sur Boston Review, (consulté le 29 juillet 2017).
  13. (en) « Mary Jo Bang | Harvard Review Online », sur www.harvardreview.org (consulté le 29 juillet 2017).
  14. (en) « The Yale Review », sur yalereview.yale.edu (consulté le 29 juillet 2017).
  15. « The Best American Poetry Series | Home Page », sur www.bestamericanpoetry.com (consulté le 29 juillet 2017).
  16. (en-US) « Mary Jo Bang - American Academy », American Academy,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2017).
  17. (en) « Jacket 12 - Mary Jo Bang - six poems », sur jacketmagazine.com (consulté le 29 juillet 2017).
  18. « Boston Review », sur Boston Review (consulté le 29 juillet 2017).
  19. « An Evening of Poetry with Boston Review at Harvard Book Store », Harvard Square,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juillet 2017).
  20. a b et c « Mary Jo Bang — Elegy », sur greatamericanpinup.blogspot.fr (consulté le 29 juillet 2017).
  21. (en-US) « Paid Notice: Deaths VAN HOOK, MICHAEL DONNER », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 29 juillet 2017).
  22. (en) Gale, Cengage Learning, A Study Guide for Mary Jo Bang's "Allegory", Gale, Cengage Learning, (ISBN 978-1-4103-3963-8, lire en ligne).
  23. (en) « Mary Jo Bang », Penny's poetry pages Wiki,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2017).
  24. a et b (en) « Mary Jo Bang | Department of English », sur english.artsci.wustl.edu (consulté le 29 juillet 2017).
  25. (en) « Mary Jo Bang | Columbia - School of the Arts », sur arts.columbia.edu (consulté le 31 juillet 2017).
  26. (en) « Columbia University School of the Arts | Poets & Writers », sur www.pw.org (consulté le 31 juillet 2017).
  27. a b c d et e « MARY JO BANG », sur https://english.artsci.wustl.edu, .
  28. « Columbia College Chicago », sur www.colum.edu (consulté le 29 juillet 2017).
  29. (en-US) « Fiction Book Review: Apology for Want by Mary Jo Bang, Author University Press of New England $13.95 (80p) ISBN 978-0-87451-822-1 », sur PublishersWeekly.com (consulté le 11 août 2020)
  30. (en-US) Bonnie Blader, « Louise in Love | The Downstream Extremity of the Isle of Swans | Rain Taxi » (consulté le 11 août 2020)
  31. (en-US) Rachel Barenblat, « 'The Downstream Extremity of the Isle of Swans' reviewed by Rachel Barenblat », sur Pif Magazine (consulté le 11 août 2020)
  32. (en-US) David Orr, « In Memoriam », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 11 août 2020)
  33. (en-US) Jerry Adler, « Poetry: Mary Jo Bang's Dark, Inspirational 'Elegy' », Newsweek,‎ (lire en ligne)
  34. (en-US) « Mary Jo Bang Examines Grief's Poetic Form, the Elegy », sur PBS NewsHour, (consulté le 11 août 2020)
  35. (en-US) Karla Kesley, « The Bride of E – Constant Critic » (consulté le 11 août 2020)
  36. (en-US) « ‘The Last Two Seconds’ by Mary Jo Bang », sur Coldfront (consulté le 11 août 2020)
  37. (en-US) « Issue Thirteen: Meriwether Clarke | The Adroit Journal », sur The Adroit Journal (consulté le 11 août 2020)
  38. (en-US) Jeremy McGuire, « a book review : Inferno: A New Translation », sur www.nyjournalofbooks.com (consulté le 11 août 2020)
  39. (en-US) Donna Baier Stein, « Mary Jo Bang Translates Dante's Poetry with Pop Culture Twist », sur Tiferet Journal, (consulté le 11 août 2020)
  40. (en-US) « Mary Jo Bang Discusses Purgatorio », The New Yorker,‎ (lire en ligne)
  41. (en-US) « Mary Jo Bang », sur Washington University in Saint Louis Arts & Sciences
  42. (en-US) « The Hodder Fellowship », sur Lewis Center for the Arts (consulté le 11 août 2020)
  43. (en-US) Poetry Foundation, « Mary Jo Bang », sur Poetry Foundation, (consulté le 11 août 2020)
  44. (en-US) « John Simon Guggenheim Foundation | Mary Jo Bang » (consulté le 11 août 2020)
  45. (en-US) « Award Winners », sur Poetry Society of America (consulté le 11 août 2020)
  46. (en-US) « Poet Mary Jo Bang wins National Book Critics Circle Award in poetry | The Source | Washington University in St. Louis », sur The Source, (consulté le 11 août 2020)
  47. (en) « 2009 Winners », sur Poetry Society of America (consulté le 11 août 2020)
  48. (en-US) « Poet Mary Jo Bang receives Berlin Prize Fellowship | The Source | Washington University in St. Louis », sur The Source, (consulté le 11 août 2020)

Liens externesModifier