Martin Bladen

personnalité politique britannique

Le colonel Martin Bladen (1680-1746) était un homme politique britannique qui siégea à la Chambre des communes irlandaise de 1713 à 1727 et à la Chambre des communes britannique de 1715 à 1746. Il a été commissaire à la Chambre de commerce et des plantations, conseiller privé en Irlande et contrôleur de la Monnaie.

Martin Bladen
Fonctions
Membre du Conseil privé d'Irlande
Membre du 7e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 8e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 6e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 5e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 9e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activité
Père
Nathaniel Bladen (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Isabella Fairfax (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Elizabeth Bladen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Frances Bladen (d)
Mary Gibbs (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

FamilleModifier

Il est né en 1680 dans le Yorkshire et était le fils de Nathaniel Bladen (en) [1] et d'Isabelle Fairfax [2]. Son père était avocat et délégué de Thomas Osborne (1er duc de Leeds) (Lord Danby), sa mère était la fille de Sir William Fairfax (soldat) (en) de Steeton et était liée à Lord Fairfax. Le frère aîné de Martin, William Bladen (en), était procureur général du Maryland et brièvement secrétaire de cette province. Son neveu, Thomas Bladen (en), était gouverneur du Maryland dans les années 1740. La soeur de Martin, Elizabeth, était la mère de l'amiral Edward Hawke. Il a agi en tant que tuteur de l'amiral Hawke et a soutenu son avancement professionnel dans la marine.

Carrière militaireModifier

Après une formation initiale dans le Yorkshire, Martin a étudié à la Westminster School où il a été boursier de la Queen's College au St Peter's College, puis au St John's College de Cambridge [3]. Il fut admis au Inner temple en 1698 [4] mais ne poursuivit pas dans la carrière juridique. Il rejoint l'armée en en tant qu'enseigne du capitaine Jos. Fletcher [5] dans le régiment de fantassins du brigadier-général Thomas Fairfax, son oncle. Après une affectation initiale en Irlande, son régiment est déployé en Espagne, à Gibraltar et au Portugal au service de Marlborough [6]. Quand le comte de Galway, Henri de Massue de Ruvigny, le nouveau généralissime de l'armée britannique, arriva, il prit Bladen comme aide de camp [7]. Il a été nommé colonel en 1709, mais dans l'année qui suivit, il avait vendu sa place et s'est retiré de l'armée.

Carrière politiqueModifier

Il a commencé sa carrière politique 1713, en étant élu député de Kinsale à Cork, en Irlande, mais a été battu à Saltash en Cornouailles. En 1715, il remporta un autre siège irlandais à Bandon [8] mais perdit à nouveau à Saltash. Il réussit à obtenir un siège à Stockbridge dans le Hampshire. Il fut député de Maldon dans l'Essex en 1734 et de Portsmouth en 1741 [9].

En 1714, il obtint un poste de contrôleur de la Monnaie royale alors qu'Isaac Newton était à la tête de cette organisation [10]. Martin a quitté la Monnaie après la mort de Newton de nombreuses années plus tard. Ce poste n’était pas à temps plein et permettait à Martin d’exercer d’autres fonctions. En 1715 (après avoir décliné l’offre de Sir Robert Walpole d’être envoyé en Suisse), il accepta un poste en Irlande en tant que secrétaire en chef de son ancien commandant militaire, le comte de Galway, qui partageait le poste avec Charles FitzRoy (2e duc de Grafton). Bladen a partagé son rôle là-bas avec Charles Delafaye. En 1715, il fut nommé conseiller privé en Irlande.

En 1717, il se vit proposer un poste d'envoyé extraordinaire en Espagne en remplacement de M. Brett, mais le refusa. Au lieu de cela, on lui proposa et accepta un poste à la Chambre de commerce et des plantations et assista à sa première réunion le en tant que commissaire [11]. Bladen était un homme politique whig qui a constamment soutenu Robert Walpole tout au long de son mandat. En 1719, Bladen et Daniel Pulteney furent nommés par les lords juges pour aller à la Cour de France [12] afin de négocier diverses questions en suspens découlant du traité d'Utrecht en 1713, telles que la limitation des plantations en Amérique et la perte de la Compagnie de la Baie d'Hudson. Lors de sa visite, il a rencontré Louis XV, 9 ans, son régent Philippe II, duc d'Orléans, Victor Marie d'Estrées, duc d'Estrées et le cardinal Guillaume Dubois, lorsqu'il a appris que les Français s'étaient emparés de l'île. de Sainte-Lucie [13]. Bladen a immédiatement soulevé la question avec ses hôtes, qui semblaient au début ignorants de la nouvelle [14].

En 1721, Bladen produisit un long rapport [15] sur le statut des colonies en Amérique, à l'instar du rapport de William Blathwayt de 1701 [16] qui demandait la révocation de chartes propriétaires, et suggéra d'unifier le gouvernement sous une seule figure de proue militaire, un capitaine général, et suggéra New York comme une base géographique appropriée - une idée suggérée par William Penn dans son "Plan of Union" de 1697. Bladen était convaincu que les revenus de ses colonies renforçaient considérablement le pouvoir de la Grande-Bretagne et sa capacité à commercer favorablement avec d'autres pays. Pour des raisons économiques, il était donc essentiel que les colonies servent la métropole et l'apparition d'une Grande-Bretagne unifiée avec ses colonies. dissuaderait les autres puissances coloniales européennes de tenter d'empiéter. Un rapport final sur les colonies britanniques en Amérique a été produit en 1739, intitulé "Raisons de la nomination d'un capitaine général du continent américain", d'un ton plus conciliant que les précédents, où la préservation du commerce avec les colonies américaines était considérée comme plus importante que la leur soumission [17].

L'influence de Bladen au sein de la chambre de commerce continua de croître tout au long des années 1730 et il assista à une conférence à Anvers [18] pour négocier les tarifs. En 1730, il était également présent à la réunion de la Chambre de commerce lorsque sept chefs indiens de la nation Cherokee étaient présents pour ratifier le Traité d'amitié entre les Cherokees britanniques de 1730 [19]. Il a également joué un rôle déterminant dans la nomination de son neveu, Thomas Bladen, futur gouverneur du Maryland, au Parlement, et les deux députés ont systématiquement voté de la même manière sur les mêmes questions.

Mariage et enfantsModifier

Martin a épousé Mary Gibbs vers 1699. Elle était la fille du colonel John Gibbs, ancien gouverneur de Caroline du Nord [20] et de sa mère, Elizabeth Pride, descendante et héritière de George Monck [21]. Martin et Mary Bladen ont eu une fille, Isabella, qui a épousé John Tinker. Tinker et Isabella ont eu deux fils. Martin était le beau-frère de Nathaniel Rice (en), secrétaire du Conseil royal de Caroline du Nord et gouverneur suppléant à deux reprises. Après la mort de Mary en 1724, Martin se maria en 1727/8 avec Frances Foche / Jory, héritière du colonel Joseph Jory, agent de Nevis et propriétaire d'une plantation et de plusieurs propriétés. Frances a hérité d'Aldborough Hatch, à Barking, dans l'Essex, sur lequel Bladen a construit une nouvelle maison où vivait le couple. Frances a eu plusieurs enfants de son précédent mariage avec John Foche, mais tous sont morts au cours de sa vie. À la fin de sa vie, Martin était juge de paix et était en grande partie responsable de la poursuite et l'exécution de Dick Turpin[22]. La résidence de ville de Martin était un bâtiment géorgien situé au sud de Hanover Square. Il était également propriétaire du domaine Barmoor, dans le Northumberland, et louait le manoir prébendaire de Ketton, à Rutland. Son testament faisait référence à une famille de Porter qui l'avait précédé dans la plupart des cas et qui était peut-être liée au sang, mais leur lignée s'est éteinte dans les années 1750. Martin est décédé en [23].

Poésie, écrits et traductionsModifier

Bladen traduit du latin en 1704 les Commentaires de Jules César sur ses guerres en Gaule et sa guerre civile avec Pompée ainsi que le supplément d'Aulus Hirtius ou Oppius des guerres d'Alexandrie, d'Afrique et d'Espagne avec la vie de l'auteur. Il a dédié ce travail au duc de Marlborough. Il a également écrit "L'histoire de la dernière guerre en Espagne: de 1702 à 1710. La conduite du ministère britannique, des alliés et des généraux de ce service est pleinement défendue ». Il a également produit d'autres œuvres de poésie.

RéférencesModifier

  1. 'Martin Bladen: A Biography' by Karen Proudler
  2. Dictionary of National Biography, vols 1–20, 22
  3. Alumni Cantabrigiensis
  4. Inner Temple Admissions Database
  5. English Army List
  6. The History of the Last War in Spain; from 1702 to 1710. Wherein the conduct of the British ministry, the allies, and the generals in that service are fully defended. The whole collected from original papers. By Martin Bladen – written about 1712, printed 1726
  7. Cobbetts' Parliamentary History of England 1702–14, volume 6
  8. (en) « Oxford Dictionary of National Biography », sur Oxford Dictionary of National Biography (consulté le 19 septembre 2020).
  9. « BLADEN, Martin (?1680-1746), of Aldborough Hatch, Essex. », History of Parliament Online (consulté le 10 septembre 2018)
  10. Calendar of Treasury Books Vol 30. Declared Accounts Mint – Warden's Accounts 1 January 1715 to 31 December 1716
  11. Documents relative to the Colonial History of the State of New York; procured in Holland, England and France by John Romeyn Brodhead Esq, agent. Volume 3, Albany, 1853
  12. Journal of the Board of Trade & Plantations, Volume 4 1722 (1925), pp 81–88
  13. « King's Collections : Online Exhibitions : St Lucia », kingscollections.org
  14. 'America and West Indies: October 1719', Calendar of State Papers Colonial, America and West Indies, Volume 31: 1719–1720 (1933), pp. 228–250. URL: http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=74079&strquery=Bladen Date accessed: 20 June 2014
  15. Calendar of State Papers, Colonial, vol 32 (1720–21)
  16. 'America and West Indies: March 1701, 21–31', Calendar of State Papers Colonial, America and West Indies, Volume 19: 1701 (1910), pp. 139–145. URL: http://www.british-history.ac.uk/ report.aspx?compid=71539
  17. Cholmondeley (Houghton) Papers Ch(H) P84/38, Cambridge University, Department of Manuscripts and University Archives
  18. Journal of the Board of Trade vol 6, pp294-8BPRO
  19. 'Journal, September 1730: Journal Book G.G', Journals of the Board of Trade and Plantations, Volume 6: January 1729 – December 1734 (1928), pp. 140–150. URL: http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=81589&strquery=Cherokee Date accessed: 20 June 2014
  20. « Gibbs Claims the Governorship », This Day in North Carolina History
  21. HL/PO/JO/10/3/186/22 8 January 1694, hl/po/jo/3/186/23, answer of John Earl of Bath et al
  22. Bert Lockwood, late President of Ilford Historical Society
  23. Lyson's Environs of London: Volume 3: County of Middlesex, 1795