Martha Wayles Skelton Jefferson

personnalité politique américaine
(Redirigé depuis Martha Jefferson)

Martha Wayles Skelton Jefferson, née le à Charles City (Virginie) et morte le à Monticello (Virginie), est l'épouse décédée de Thomas Jefferson avant que celui-ci ne devienne le troisième président des États-Unis (1801-1809).

Martha Wayles Skelton Jefferson
Martha Jefferson2.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
Père
John Wayles (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Martha Eppes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Sally Hemings
James Hemings (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Bathurst Skelton (d)
Thomas Jefferson (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Martha Jefferson Randolph
Mary (Maria) Jefferson (d)
Lucy Elizabeth Jefferson (d)
Unnamed son Jefferson (d)
Mary Jefferson Eppes (en)
Jane Randolph Jefferson (d)
Lucy Elizabeth Jefferson (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Martha Wayles Skelton Jefferson est la fille aînée de John Wayles (1715 - 1773), un riche avocat et planteur du comté de Charles City, en Virginie et de sa première femme Martha Eppes (1712 - 1748). Elle épouse en premières noces, en 1766, Barthurst Skelton, dont elle a un fils, John Wayles Skelton (1767-1771). Après le décès de son mari en 1768, elle rencontre Thomas Jefferson qu'elle épouse en 1772 et dont elle a six enfants :

  • Martha (1772–1836)
  • Jane Randoph (1774-1775)
  • un fils mort-né (1777)
  • Mary "Polly" Jefferson (1778–1804)
  • Lucy Elizabeth (1780-1781)
  • Lucy Elizabeth (1782-1784)

Elle apporte en mariage au futur président des États-Unis une partie de sa fortune.

Elle meurt en 1782 à Monticello (Virginie), provoquant le chagrin de son mari qui l'aimait profondément[1]. Néanmoins, les témoins rapportent que « lors des obsèques de son épouse, Jefferson avait gardé les yeux secs et, tandis que l'on creusait sa tombe, il avait froidement calculé le temps qu'il faudrait aux fossoyeurs pour retourner une acre de terre. »[2]

Voir aussiModifier

NotesModifier

  1. C. Fohlen, Thomas Jefferson, 1992, p. 23
  2. Chronique de l'Amérique, page 283, Larousse (ISBN 2-03-503267-9)

Liens externesModifier

BibliographieModifier