Ouvrir le menu principal

Marsal (Tarn)

ancienne commune française du département du Tarn
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marsal.

Marsal
Marsal (Tarn)
Blason de Marsal
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement d'Albi
Canton Le Haut Dadou
Intercommunalité Communauté de communes des Monts-d'Alban et du Villefranchois
Statut commune déléguée
Code postal 81430
Code commune 81155
Démographie
Population 273 hab. (2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 55′ 52″ nord, 2° 17′ 15″ est
Altitude 185 m
Min. 163 m
Max. 367 m
Superficie 8,29 km2
Historique
Date de fusion 1er janvier 2016
Commune(s) d’intégration Bellegarde-Marsal
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 15.svg
Marsal

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 15.svg
Marsal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Marsal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Marsal

Marsal (Marçal en occitan) est une ancienne commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Le , la commune disparait après lors de sa fusion au sein de la commune nouvelle de Bellegarde-Marsal.

Sommaire

GéographieModifier

HistoireModifier

HéraldiqueModifier

Article connexe : Armorial des communes du Tarn.

Son blasonnement est : D'argent au chef de sable.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 En cours Éric Pujol DVD Conseiller départemental
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 273 habitants, en diminution de -2,5 % par rapport à 2008 (Tarn : 2,72 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
345299365356390386401414381
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
400380378371354335362295248
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
245223310198187147142147173
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2013
155158172191217225263279273
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Église Saint-Pierre-ès-Liens de Marval.

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. 43° 55′ 00″ N, 2° 17′ 47″ E.

RéférencesModifier

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  5. Auguste Vidal, L'ancien diocèse d'Albi, d'après les registres de notaires, A. Picard et fils (Paris), , p. 250-261, disponible sur Gallica
    20 août 1596: Claude de Thézan-Vénasque, commandeur de Rayssac arrente les revenus de Saint-Pierre de Combejac, Roquecezière, Montfranc (Saint-Léonard de Carme), Le Cambajou et le Mas-Dieu. Le chevalier de Vénasque deviendra ensuite commandeur de La Tronquière et grand commandeur de l'ordre. Ce dernier lieu dénommé Le mas-dieu étant identifié par l'auteur comme étant celui de l'ancienne commune de Marsal, cf. p. 257, note 6. Cependant il parait plus vraisemblable d'un point de vue géographique qu'il s'agisse en fait du lieu-dit Le Mas-dieu sur la commune de Montfranc à l'est du village: 43° 50′ 54″ N, 2° 34′ 57″ E.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Site officiel