Marles-en-Brie

commune française du département de Seine-et-Marne

Marles-en-Brie
Marles-en-Brie
La mairie.
Blason de Marles-en-Brie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Intercommunalité Communauté de communes Val Briard
Maire
Mandat
Patrick Poisot
2020-2026
Code postal 77610
Code commune 77277
Démographie
Gentilé Marlois
Population
municipale
1 730 hab. (2018 en augmentation de 16,58 % par rapport à 2013)
Densité 135 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 42″ nord, 2° 52′ 46″ est
Altitude Min. 102 m
Max. 114 m
Superficie 12,79 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontenay-Trésigny
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Marles-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Marles-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marles-en-Brie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marles-en-Brie
Liens
Site web marlesenbrie.fr

Marles-en-Brie est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Marlois.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Marles-en-Brie est une commune de la grande couronne de la région parisienne.

La commune est située à 43 km des portes de Paris, 29 km de Melun et 30 km de Meaux.

Elle est située à une quinzaine de minutes de Disneyland Paris et une vingtaine de minutes de Val d'Europe.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

GéologieModifier

La plateforme structurale supérieure de la Brie est constituée par une couche de pierre de meulières datant du Sannoisien. L’exploitation de ces pierres de meulières a fourni un matériau de construction très utilisé dans la commune. La couche de meulières est surmontée par un manteau plus ou moins régulier de limons des plateaux qui sont constitués par des dépôts argilo-sableux fins et compacts d’une fertilité importante.

ReliefModifier

La superficie de la commune est de 1 279 hectares ; l'altitude varie entre 102 et 114 mètres[1]. La commune de Marles-en-Brie s'étend sur un plateau au relief très peu marqué, traversé par la partie supérieure du Bréon qui creusera sa vallée en aval à Fontenay-Trésigny. Ses paysages sont typiques de la Brie, marqués par une succession d'openfields (culture du blé, du maïs et de la betterave sucrière) entrecoupés de massifs forestiers plus ou moins denses (bois de Lumigny, des Dames, des Chapelles, des Vignes, de Pendu...).

HydrographieModifier

Réseau hydrographiqueModifier

 
Carte des réseaux hydrographique et routier de Marles-en-Brie.

Le réseau hydrographique de la commune se compose de cinq cours d'eau référencés, entièrement situé sur le bassin versant du Bréon :

  • le Bréon, long de 22,13 km[2], affluent de l’Yerres, qui sert de limite avec La Houssaye-en-Brie au nord ainsi qu'avec Les Chapelles-Bourbon et Châtres à l'ouest après un coude vers le sud. Il reçoit :
    • le ru de Certeau, 5,77 km[3] au nord de la commune, servant de limite communale avec La Houssaye-en-Brie (où coule le ru de Gorneaux dans son intégralité)[Note 1] ;
    • le ru de Monnoury, 8,01 km[4], coule sur le territoire au sud-est, il prend sa source dans le bois de Lumigny, passe près de Chaubuisson avant de traverser la ville de Fontenay-Trésigny où il rejoint le Bréon ;
      • le fossé 04 du Bois des Dames, 1,76 km[5], qui conflue avec le ru de Monnoury;
    • le fossé 01 des Trois Arches 1,59 km[6], conflue également avec le ru de Bréon.

La longueur totale des cours d'eau sur la commune est de 11,15 km[7].

Gestion des cours d'eauModifier

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles : le SDAGE, à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE, à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Le département de Seine-et-Marne est couvert par six SAGE, au sein du bassin Seine-Normandie[8].

La commune fait partie du SAGE « Yerres », approuvé le . Le territoire de ce SAGE correspond au bassin versant de l’Yerres, d'une superficie de 1 017 km2, parcouru par un réseau hydrographique de 450 kilomètres de long environ, répartis entre le cours de l’Yerres et ses affluents principaux que sont : le ru de l'Étang de Beuvron, la Visandre, l’Yvron, le Bréon, l’Avon, la Marsange, la Barbançonne, le Réveillon[9]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le Syndicat mixte pour l’Assainissement et la Gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE), qualifié de « structure porteuse »[10].

ClimatModifier

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,7 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,3 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 3,5 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,2 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 719 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 2,6 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 0,3 j

La commune bénéficie d’un « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes de Seine-et-Marne[11].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[12]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[11]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[13]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Melun - Villaroche , qui se trouve à 20 km à vol d'oiseau[14], où la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour 1981-2010[15] à 11,6 °C pour 1991-2020[16].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[17],[18],[19].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Marles-en-Brie est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 3],[20],[21].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire regroupe 1 929 communes[22],[23].

La commune a une tradition d’urbanisation dispersée, menacée par le développement urbain. Trois pôles concentrent la population et sont amenés à se développer :

  • le bourg ancestral du fait de la proximité des équipements de la commune,
  • le quartier de la gare du fait de la proximité de cet équipement majeur,
  • les cités Aumaître du fait de la proximité des équipements de Fontenay-Trésigny.

L’objectif pour la commune est d’optimiser les potentiels du tissu urbain existant dans un souci de modération de la consommation de l’espace[24].

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

La commune compte 67 lieux-dits administratifs[Note 5] répertoriés[25] dont Cherfou, la Croix Saint-Pierre, les Carrières, Mocfeu, les Villas, Cités Aumaître.

Une particularité de l'agglomération de Fontenay-Trésigny est qu'une partie est située sur le territoire de la commune de Marles-en-Brie, secteur enclavé au sud de la N 4, entre la rue Pillot à l'ouest et l'avenue du Général-Leclerc à l'est. La limite longe le stade Orly et se situe à proximité du boulevard Étienne-Hardy. Les Cités Aumaître se situent dans ce secteur.

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (62,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (62,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (57,9% ), forêts (26,4% ), zones urbanisées (7,9% ), prairies (2,6% ), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,6% ), zones agricoles hétérogènes (2% ), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,5 %)[26].

Parallèlement, L'Institut Paris Région, agence d'urbanisme de la région Île-de-France, a mis en place un inventaire numérique de l'occupation du sol de l'Île-de-France, dénommé le MOS (Mode d'occupation du sol), actualisé régulièrement depuis sa première édition en 1982. Réalisé à partir de photos aériennes, le Mos distingue les espaces naturels, agricoles et forestiers mais aussi les espaces urbains (habitat, infrastructures, équipements, activités économiques, etc.) selon une classification pouvant aller jusqu'à 81 postes, différente de celle de Corine Land Cover[27],[28],[Carte 1]. L'Institut met également à disposition des outils permettant de visualiser par photo aérienne l'évolution de l'occupation des sols de la commune entre 1949 et 2018[Carte 2].

LogementModifier

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 651 dont 88,8 % de maisons (maisons de ville, corps de ferme, pavillons, etc.) et 9,2 % d'appartements[Note 6].

Parmi ces logements, 92,4 % étaient des résidences principales, 1,3 % des résidences secondaires et 6,3 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 86,8 % contre 10,5 % de locataires et 2,6 % logés gratuitement[29].

Voies de communication et transportsModifier

RoutesModifier

HistoriqueModifier

Le territoire communal fut traversé dès le XVIIIe siècle par la grande route rectiligne de Meaux à Melun.

Aujourd'huiModifier

Le territoire communal est desservi par :

Circulation douceModifier

Marles-en-Brie possède une piste cyclable reliant la sortie du village sur la RD 436 à la gare de Marles-en-Brie.

Le sentier de grande randonnée GR 1 traverse le territoire de la commune entre La Houssaye-en-Brie au nord et Fontenay-Trésigny au sud.

Transports en communModifier

HistoriqueModifier

La commune était desservie jusqu'en 1969 par la ligne de Paris-Bastille à Marles-en-Brie. Longue de 13 kilomètres parcourus en 23 minutes, elle fut mise en service le . Pour des raisons militaires, on fit se joindre la ligne Paris-Belfort et celle de Paris-Coulommiers entre Verneuil-l'Étang et Marles-en-Brie via Chaumes-en-Brie et Fontenay-Trésigny (en cas de destruction du viaduc de Nogent-sur-Marne). Le prolongement prévu en direction de Meaux ne vit jamais le jour. La ligne de Verneuil-l'Étang à Marles-en-Brie fut fermée aux voyageurs le et fut remplacée par un service d'autobus. Pour le service de marchandises, un tronçon resta en activité entre Verneuil-l'Étang et Fontenay-Trésigny pour les industriels locaux dont l'usine Hardy (fabrication de baguettes pour cadres de tableaux), l'usine Aumaître et Mathé (fabrication d'échelles en bois) et la carrière de pierres meulières de la ville de Chaumes-en-Brie. Par la suite du bombardement du viaduc de Nogent-sur-Marne, le trafic reprit entre Paris et Coulommiers sur la ligne de Paris-Bastille à Marles-en-Brie entre et . La fermeture définitive aux marchandises eut lieu le [30]. La voie a été déposée et le tracé a en partie disparu.

Marles-en-Brie était également située sur la ligne Jouy-le-Châtel - Marles-en-Brie (24 km) du Réseau de Seine-et-Marne, ouverte en 1902. Il s'agissait d'un ancien réseau de chemins de fer à voie métrique, concédé à la Société générale des chemins de fer économiques (SE) connue sous la dénomination des "Tramways de Seine et Marne". Le service des voyageurs sera supprimé en 1934 avec transfert sur route, par autocar sur certaines sections. Les marchandises subsisteront jusqu'en 1938[31]. La ligne fut cependant préservée au moment de l'entrée en guerre de la France lors de la Seconde Guerre mondiale. À cause de la suppression des services routiers, la ligne fut rouverte de Jouy-le-Châtel à Fontenay-Trésigny jusqu'en 1948. Le tronçon de Fontenay-Trésigny à Marles-en-Brie fut déferré en 1944. En 1950, le département constatant que les transports routiers étaient redevenus normaux, décida de fermer définitivement ce tronçon le et le reste de la ligne le [32]. Tout comme pour le train, la voie a été déposée et le tracé a en partie disparu.

Aujourd'huiModifier

La commune est desservie par une gare (Marles-en-Brie) de la ligne Paris - Coulommiers (  ).

  •    direction Coulommiers Paris Est par Tournan.

La gare de Marles-en-Brie est située sur le territoire de La Houssaye-en-Brie, en bordure de la commune de Marles-en-Brie. La station fut mise en service le par la compagnie des chemins de fer de l'Est avec l'ouverture de la section de ligne allant de la gare de Gretz à Mortcerf. Aujourd'hui, c'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par les trains du réseau Transilien Paris-Est (ligne P).

Marles-en-Brie est également desservie par plusieurs lignes de bus :

ToponymieModifier

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Malles vers 1185[33] ; Marla vers 1200[34] ; Malla en 1221[35] ; Marlet en Brie et Malle en Brie en 1333[36] ; Malle en 1385[37] ; Marle en Brie en 1391[38] ; « Le grand hôtel de Marles » en 1416[39] ; Merle en 1509[40] ; Marles-en-Brie (Décret du ).

Marles-en-Brie dériverait de l'ancien français marle, du latin tardif marglia, diminutif du latin marga, qui serait selon Pline le Jeune un mot gaulois[41], de l'oïl marle, marne, « terre argilo-calcaire »[42]. « Les marliéres ou marniéres ont été parfois des lieux où l'ont tirait la marne pour amender les terres, parfois de lieux d'extraction d'une terre à poterie »[43].

HistoireModifier

Le village est mentionné dès le XIIe siècle, "Malles".

Marles dépendait de l'évêché de Meaux et de la seigneurie de Tournan (actuel Tournan-en-Brie).

Philippe le Hardi l'enleva à Anceau de Garlande [Lequel ?] et la plaça sous la dépendance de son château de Melun, mais Marles resta lié à la seigneurie de Tournan, qui appartenait elle-même à la seigneurie de Fontenay (actuel Fontenay-Trésigny)[réf. nécessaire].

en 1522, les moniales cisterciennes de l'abbaye du Pont-aux-Dames à Couilly déclare aux officiers du roi François Ier 72 arpents de terre au lieu-dit La Fresnoys, baillés à cens et rentes à l'année à plusieurs personnes moyennant 4 deniers tournois de cens chaque arpent à 4 sols huit deniers tournois de rente l'arpent de terre et sept sols 8 deniers l'arpent de pré; le tout 20 livres tournois. Item au lieu-dit Les Fresnoys, « près et attenant de la pièce devant dite une pièce de terre contenant quatre vingt arpents ou environ et appartenant à présent à Jehan Maugis, sur lequel héritaige a été aulmosnée à l'église du Pont cinquante neuf sols six deniers tournois de rente, par deffunt Me Gille Palliart, pour raison d'une sienne fille , jadis religieuse en ladite abbaye du Pont, et pour estre aux prières d'icelle église, pour ce »[44]

Au XVIIIe siècle, Marles présente un rempart en forme de quadrilatère dont les angles sont situés aux axes cardinaux, où se trouvent les portes. Ce rempart a été démantelé au XIXe siècle, mais le tracé a subsisté à travers les rues (rue de la Brêche-aux-Loups, chemin de la Ferme-du-Moulin, début ouest de la rue du Chemin-Vert) et les limites cadastrales.

Marles devint alors la propriété du comte d'Eu au XVIIIe siècle, puis celle du duc de Penthièvre jusqu'à la Révolution française.

En 1789, le village faisait partie de l'élection de Rozay et de la généralité de Paris dont il suivait la coutume.

Le , le Tiers État élit ses députés et rédige son cahier de doléances;

Le diocèse de Meaux avait la collation de l'église paroissiale Saint-Germain-d'Auxerre.

Politique et administrationModifier

Situation administrativeModifier

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Fontenay-Trésigny est devenu le chef-lieu du canton de Fontenay-Trésigny[45] qui regroupe 33 communes et 49 804 habitants[46]. Le canton de Fontenay-Trésigny comprend les communes suivantes : Bernay-Vilbert, La Chapelle-Iger, Les Chapelles-Bourbon, Châtres, Chaumes-en-Brie, Coubert, Courpalay, Courquetaine, Crèvecœur-en-Brie, Dammartin-sur-Tigeaux, Évry-Grégy-sur-Yerre, Faremoutiers, Fontenay-Trésigny, Grisy-Suisnes, Guérard, La Houssaye-en-Brie, Limoges-Fourches, Lissy, Liverdy-en-Brie, Lumigny-Nesles-Ormeaux, Marles-en-Brie, Mortcerf, Neufmoutiers-en-Brie, Ozouer-le-Voulgis, Pécy, Le Plessis-Feu-Aussoux, Pommeuse, Presles-en-Brie, Rozay-en-Brie, Soignolles-en-Brie, Solers, Vaudoy-en-Brie, Voinsles. Le redécoupage a pris effet en , lors du renouvellement général des assemblées départementales.

Le canton de Fontenay-Trésigny se situe dans le département de Seine-et-Marne qui a pour commune chef-lieu la ville de Melun. Le canton de Fontenay-Trésigny est composé de communes appartenant aux arrondissements de Provins (17 communes), Melun (13 communes) et Meaux (3 communes). Marles-en-Brie appartient à l'arrondissement de Provins, le plus étendu mais le second moins peuplé et le moins dense du département. Cet arrondissement de 9 ancien cantons et 165 communes comptait 161 849 habitants en 2012[47].

Marles-en-Brie appartenait jusqu'alors au canton de Rozay-en-Brie, qui comprenait 22 communes et comptait 25 985 habitants en 2012[48]. Fontenay-Trésigny était la commune la plus peuplée du canton, loin devant Rozay-en-Brie qui compte près de la moitié de sa population. Le canton de Rozay-en-Brie faisait partie de l’arrondissement de Provins. De la Révolution à 1926, Marles-en-Brie et le canton de Rozay-en-Brie appartenaient à l'arrondissement de Coulommiers, puis de 1926 à 2005 à l'arrondissement de Melun avant de passer à l'arrondissement de Provins en 2006[49].

Tendances politiques et résultatsModifier

Longtemps marquée par les rapports sociaux découlant de la propriété foncière, la Seine-et-Marne est, de manière générale, un département de tradition plutôt conservatrice, même si elle a été rapidement, sous la Troisième République, gagnée aux idées républicaines. Cette tradition conservatrice se manifeste notamment dans les arrondissements ruraux de Seine-et-Marne, où sont régulièrement élus des candidats issus des partis de droite.

Lors des élections départementales de 2015, Jean-Jacques Barbaux (maire de Neufmoutiers-en-Brie et conseiller général sortant du canton de Rozay-en-Brie) et Daisy Luczak (maire de Courquetaine), binôme UMP, ont été élus conseillers départementaux au second tour pour le canton de Fontenay-Trésigny[50]. Jean-Jacques Barbaux a été ensuite élu président du conseil départemental de Seine-et-Marne[51].

Liste des mairesModifier

Depuis 1947, six maires se sont succédé à Marles-en-Brie[52] :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
décembre 1947 mars 1971 Gilbert Maillard    
mars 1971 mars 1977 Louis Montel    
mars 1977 mars 1983 Pierre Semery    
mars 1983 mars 2008 Michel Bouton SE Ingénieur
mars 2008 mars 2014 Monique Allain SE Secrétaire médico-social
mars 2014 En cours Stéphane Bonnel[53] DVD Ingénieur bio-médical

Instances judiciaires et administrativesModifier

Marles-en-Brie relève du tribunal d'instance de Meaux, du tribunal de grande instance de Meaux, de la cour d'assises de Melun, de la cour d'appel de Paris, du tribunal pour enfants de Meaux, du conseil de prud'hommes de Meaux, du tribunal de commerce de Meaux, du tribunal administratif de Melun et de la cour administrative d'appel de Paris[54].

IntercommunalitéModifier

Marles-en-Brie fait partie de la communauté de communes du Val Bréon qui regroupe dix communes adhérentes au .

JumelagesModifier

La commune de Marles-en-Brie n'est jumelée avec aucune autre commune.

Politique environnementaleModifier

La commune de Marles-en-Brie adhère au syndicat intercommunal d'enlèvement et de traitement des ordures ménagères de la région de Tournan-en-Brie (SIETOM) qui a pour compétence la collecte et le traitement des déchets des habitants de 41 communes membres. Le SIETOM exploite au total cinq déchetteries, une usine de tri des déchets à Tournan-en-Brie et une usine de valorisation des ordures ménagères à Ozoir-la-Ferrière. Fontenay-Trésigny possède une déchetterie, ouverte en 2005 et située sur la route de Chaubuisson le long de la route nationale 4.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[55]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[56].

En 2018, la commune comptait 1 730 habitants[Note 7], en augmentation de 16,58 % par rapport à 2013 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
528542551608610582552606606
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
572543480461458467483510506
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
542469545541604692675627598
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5455416648531 0951 2941 4091 4431 601
2018 - - - - - - - -
1 730--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[57] puis Insee à partir de 2006[58].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

Marles-en-Brie est située dans l'académie de Créteil.

La commune dispose d'une école maternelle et élémentaire[59].

L'enseignement au collège est dispensé sur la commune de Fontenay-Trésigny. Le collège Stéphane-Mallarmé, qui compte seize classes, accueille les enfants de Fontenay-Trésigny ainsi que ceux des communes de Marles-en-Brie et depuis , les élèves de Mortcerf.

SantéModifier

Les hôpitaux les plus proches sont la clinique privée de Tournan-en-Brie, le centre hospitalier de Marne-la-Vallée et le centre hospitalier de Coulommiers.

SécuritéModifier

Police - gendarmerieModifier

Marles-en-Brie dépend de la Brigade territoriale autonome de gendarmerie de Mortcerf - 133, rue du 27-Août-1944 - 77163 Mortcerf

Téléphone :+33 1 64 04 30 24

Courriel : bta.mortcerf@ gendarmerie.interieur.gouv.fr

Sapeurs-PompiersModifier

Fontenay-Trésigny dispose d'un nouveau centre d'intervention et de secours inauguré en et situé en périphérie d'agglomération à l'extrémité de la rue Bertaux[60].

SportsModifier

ActivitésModifier

La ville de Marles-en-Brie dispose de sept associations sportives : tennis, Taichi, football, boxe, karaté et pétanque[61] . Cette commune est adhérente au syndicat intercommunal de la piscine de Fontenay - Trésigny.

Équipements sportifsModifier

La ville dispose d'un espace municipal avec des terrains de football, basket-ball et tennis.

MédiasModifier

Le quotidien régional Le Parisien, dans son édition locale Seine-et-Marne, ainsi que le bi-hebdomadaire Le Pays Briard relatent les informations locales.

La commune est en outre dans le bassin d’émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre et d'IDF1.

L’information institutionnelle est assurée par plusieurs publications périodiques : le Journal de la communauté de communes du Val Bréon[62] ; Seine-et-Marne Magazine, mensuel diffusé par le conseil départemental de Seine-et-Marne[63] et le Journal du Conseil régional, bimensuel diffusé par le conseil régional d'Île-de-France[64].

CultesModifier

La commune de Marles-en-Brie fait partie de la paroisse catholique « Pôle missionnaire de Mormant » au sein du diocèse de Meaux. Elle dispose de l'église Saint-Germain de Marles-en-Brie[65].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Dans le domaine culturel, la commune dispose d'une bibliothèque associative. Plusieurs associations culturelles sont présentes : country dance, patrimoine et histoire du village, loisirs créatifs. Une société est spécialisée dans l'animation.

ÉconomieModifier

AgricultureModifier

Le territoire fait l’objet d’exploitations peu diversifiées. L’activité agricole reste importante. Le recensement agricole 2010 fait état de huit exploitations agricoles en activité ayant leur siège dans la commune contre 10 en 2000 et 11 en 1988.

Commerce et artisanatModifier

La commune compte cinq commerces : boulangerie-pâtisserie, bar-restaurant, traiteur, pépiniériste, horticulteur[66] ainsi que quatre artisans : coiffeur, électricien, fermier, informaticien de gestion[67].

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2017, le nombre de ménages fiscaux de la commune était de 603, représentant 1 739 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 25 360 euros[68].

Culture locale et patrimoineModifier

 
L'église Saint-Germain.

Patrimoine religieuxModifier

Marles-en-Brie possède une église du XIIIe siècle construite sur des substructions gallo-romaines.

Classée monument historique depuis 1922, l'église de Marles-en-Brie, placée sous le vocable de saint Germain d'Auxerre, est constituée principalement en grès et en meulière.

La majeure partie de l'église est de style roman.

Si son origine date du XIIIe siècle, d'autres parties ont été ajoutées quelques siècles plus tard comme la nef construite au XVIe siècle.

La voûte de la grande nef, beaucoup plus récente, date du XVIIIe siècle. L'édifice abrite de nombreuses statues, ainsi qu'un coffre en bois du XVIIe siècle utilisé comme autel.

Lieux et monumentsModifier

  • Rives du Bréon.
  • Bois de Lumigny.
  • Château de La Ferté (XIXe siècle).
  • Éolienne et son lavoir.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
D'or au moulin à vent de sable, accompagné en chef de deux quintefeuilles de gueules et, en pointe, d'une fleur de lis du même.
Détails

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Histoire
  • Christian de Bartillat, Au Village de Brie, Presses du Village, 1984, 352 p.
  • Frédéric-Auguste Denis, Lectures sur l'histoire de l'agriculture en Seine-et-Marne, Presses du Village, 1982, 376 p.
  • André Laurent, La Seine-et-Marne autrefois, Éditions Horvath, 1982, 192 p. (ISBN 2-7171-0238-8)
  • François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second empire (1852-1857), tome I, Paris, Palau, 1998, 215 p. (ISBN 2-95094-211-3)
  • François et Maguy Palau, Le rail en France - Tome II, 1858 - 1863, 2001, 223 p. (ISBN 978-2-95094-212-8)
  • René-Charles Plancke, La vie rurale en Seine-et-Marne 1853-1953, Éditions Amatteis, 1982, 256 p.
  • René-Charles Plancke, Histoire de Seine-et-Marne vie paysanne, Éditions Amatteis, 1986, 432 p.
Patrimoine architectural
  • Collectif d’historiens, Le Patrimoine des communes de Seine-et-Marne, deux tomes, Flohic Éditions, 2001, 1 508 p. (ISBN 2-84234-100-7)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Le point de confluence donné par Sandre est contestable, 2.8567 48.7335 : N36, 77610 Marles-en-Brie, le point terrestre où le ru de Gorneaux rejoint le Bréon est sur la commune de La Houssaye-en-Brie.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  6. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. « Marles-en-Brie - Occupation simplifiée 2017 », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  2. IAU Île-de-France, « Évolution de l'occupation des sols de la commune vue par photo aérienne (1949-2018) », sur cartoviz.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)

RéférencesModifier

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Bréon (F4750600) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Certeau (F4752000) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Monnoury (F4755000) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 04 du Bois des Dames (F4755050) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 des Trois Arches (F4752200) »
  7. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 7 juillet 2019
  8. « SAGE dans le département de Seine-et-Marne », sur le site de la préfecture de Seine-et-Marne (consulté le 16 janvier 2021)
  9. « SAGE Yerres - Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 17 janvier 2021)
  10. site officiel du Syndicat mixte pour l’Assainissement et la Gestion des eaux du bassin versant de l’Yerres (SYAGE)
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 17 janvier 2021)
  12. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  13. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 17 janvier 2021).
  14. « Orthodromie entre Marles-en-Brie et Melun-Villaroche », sur fr.distance.to (consulté le 17 janvier 2021).
  15. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021)
  16. « Station météorologique de Melun - Villaroche - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 17 janvier 2021)
  17. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Marles-en-Brie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  18. « Liste des ZNIEFF de la commune de Marles-en-Brie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  19. « Liste des espaces protégés sur la commune de Marles-en-Brie », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 15 janvier 2021).
  20. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  21. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  22. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 18 janvier 2021)
  24. PLU Projet d'aménagement et de développement durables sur le site de la mairie.
  25. Site territoires-fr.fr consulté le 3 mars 2020 sous le code commune 77277.
  26. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  27. IAU Île-de-France, « Mode d'occupation du sol de l'Île-de-France », sur www.institutparisregion.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  28. « Nomenclature du MOS en 11 postes », sur www.iau-idf.fr (consulté le 20 janvier 2021)
  29. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Logement consulté le 7 septembre 2020 2020
  30. Cercle Historique Fontenaisien : Fontenay-Trésigny, Guide Historique 2008, , 50 p. (lire en ligne), p. L'avènement du chemin de fer.
  31. Réseau des SE sur le répertoire des rues ferroviaires.
  32. R.C. Plancke, Histoire des chemins de fer de Seine-et-Marne, t. II, p. 187.
  33. Depoin, Saint-Martin-des-Champs, III, p. 117.
  34. Archives nationales, J 170, n° 29.
  35. Archives nationales, S 1175, n° 38.
  36. Archives nationales, JJ 66, nos 1079 et 1151.
  37. Archives nationales, P 131, fol. 46 v°.
  38. Bibl. nat., ms. latin 10944, fol. 29 v°.
  39. Archives nationales, P 1, n° 84.
  40. Archives nationales, P 1781, n° 723.
  41. Marl sur le site Online Etymology Dictionary.
  42. Ernest Nègre - 1990 - Toponymie générale de la France - Page 255 - (ISBN 2600028838).
  43. Stéphane Gendron - 2003 - Les noms des lieux en France: essai de toponymie - Page 219.
  44. Berthault, L'Abbaye du Pont-aux-Dames, Paris-Meaux, 1878
  45. « Décret no 2014-186 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de Seine-et-Marne », sur http://www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 31 décembre 2014).
  46. « Les populations légales 2012 des nouveaux cantons en vigueur à compter du 1er janvier 2015 », sur http://www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  47. « Populations légales 2012 des arrondissements du département », sur http://www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  48. « Populations légales 2012 des cantons du département », sur http://www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  49. « Arrêté no 05 – 2408 portant modification des limites d’arrondissement dans le département de Seine et Marne », sur http://www.idf.territorial.gouv.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  50. « Elections départementales 2015 SEINE ET MARNE (77) - canton de Fontenay-Trésigny (08) », sur http://elections.interieur.gouv.fr/departementales-2015/077/07708.html, (consulté le 4 avril 2015).
  51. « SEINE-ET-MARNE • Jean-Jacques Barbaux, président du Conseil départemental », sur http://www.lepaysbriard.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  52. Commune de Marles-en-Brie sur le site de la Société d’Histoire, d’Art, de Généalogie et d’Échange.
  53. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2019).
  54. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur Le site du ministère de la Justice et des Libertés (consulté le 11 novembre 2014).
  55. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  56. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  57. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  58. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  59. École maternelle et élémentaire de Marles-en-Brie sur le site du Ministère de l'Éducation Nationale.
  60. Site du pays briard.
  61. Associations et Clubs Marlois sur le site de la mairie.
  62. Le Journal de la communauté de communes du Val Bréon sur le site de la communauté de communes du Val Bréon.
  63. Le Magazine de Seine-et-Marne sur le site du conseil général de Seine-et-Marne.
  64. Le Journal du Conseil régional sur le site du conseil régional de l’Île-de-France.
  65. « Annuaires des lieux de cultes », sur le site EgliseInfo de la conférence des évêques de France (consulté le 11 novembre 2014).
  66. Commerces sur le site de la mairie.
  67. Artisans sur le site de la mairie.
  68. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Revenus et pauvreté des ménages, consulté le 7 septembre 2020