Maripasoula

commune française du département d'outre-mer de la Guyane

Maripasoula
Maripasoula
Vue du bureau de poste de Maripasoula.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Guyane
Département Guyane
Arrondissement Saint-Laurent-du-Maroni
Intercommunalité Communauté de communes de l'Ouest guyanais
Maire
Mandat
Serge Anelli
2014-2020
Code postal 97370
Code commune 97353
Démographie
Gentilé Maripasoulien, Maripasoulienne
Population
municipale
13 227 hab. (2017 en augmentation de 32,67 % par rapport à 2012)
Densité 0,72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 3° 38′ 40″ nord, 54° 02′ 02″ ouest
Altitude Min. 94 m
Max. 830 m
Superficie 18 360 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Guyane
Voir sur la carte administrative de Guyane
City locator 14.svg
Maripasoula
Géolocalisation sur la carte : Guyane
Voir sur la carte topographique de Guyane
City locator 14.svg
Maripasoula

Maripasoula est une commune française, située dans le département de la Guyane, au coeur du Parc amazonien de Guyane.

Avec une superficie de 18 360 km2, il s'agit de la commune la plus étendue de France, devant Régina (12 130 km2) et Camopi (10 030 km2) : son étendue est une fois et demi celle de la région Île-de-France et dépasse celle de la Région wallonne. Plus de 90 % de sa surface fait partie du Parc amazonien de Guyane. C'est également la commune la moins densément peuplée de France. 99,9 % de son territoire est occupé par la forêt vierge amazonienne. Elle est frontalière du Suriname et du Brésil.

Elle est peuplée majoritairement de personnes issues de l'ethnie Aluku (ou Boni). On y trouve également des Amérindiens, des Créoles, des Surinamais, des Brésiliens, des Haïtiens.

GéographieModifier

 
En rouge le territoire communal de Maripasoula.

LocalisationModifier

La commune se situe en Guyane sur le continent sud-américain. Son point culminant est la montagne Bellevue de l'Inini, à 851 mètres d'altitude. Il s'agit de la commune la plus étendue de France, ainsi qu'une des moins densément peuplées. À titre de comparaison, la commune est de taille comparable à l'ancienne région Basse-Normandie. Sa superficie représente environ 21,2 % de celle de la Guyane, soit 18 360 km2.

Un peu au sud du bourg de Maripa-Soula se trouvent les villages amérindiens d'Antécume-Pata, d'Élahé, de Pidima, de Kayodé et de Talhuen, Twenke, situés en zone à accès réglementé[1].

TopographieModifier

ClimatModifier

Le climat y est de type équatorial (Af dans la classification de Köppen) durant toute l'année. Maripasoula enregistre une constance climatique remarquable, avec une température moyenne annuelle de 26,1°C, une amplitude moyenne annuelle de seulement 1°C, des records mensuels moyens de chaleur en octobre (température moyenne de 26,7°C) et de fraîcheur en janvier (température moyenne de 25,6°C).

HydrographieModifier

Cours d'eau (affluents de la Lawa qui devient plus en aval le Maroni)

Voies de communication et transportsModifier

L'aérodrome de Maripasoula est situé à 3,5 km au nord du centre-ville de Maripasoula. La compagnie Air Guyane y assure plusieurs rotations par jour permettant de relier Cayenne, Saint Laurent du Maroni, Grand Santi et Saül. Il est impossible d'aller de Cayenne à Maripasoula par voie terrestre, ce qui donne une importance toute particulière à ces liaisons aériennes.

Il est également possible de rejoindre les communes de Grand-Santi, Apatou ou Saint-Laurent-du-Maroni en descendant le fleuve Maroni[2].

Une piste en terre d'environ 30 km a été aménagée pour permettre de relier Maripasoula à Papaichton par voie terrestre.

ToponymieModifier

Maripasoula tire son nom d'une espèce de palmier abondant dans la région: le maripa.[réf. nécessaire]

On peut donc traduire le nom « Maripa-Soula » comme « le saut des Maripa » (le terme « saut » désignant en Guyane les rapides d'une rivière).

HistoireModifier

  • 1947 : fondation de Maripa-Soula.
  • 1950 : devient centre administratif.
  • 1968 : obtention du statut de commune de droit français sous le nom de Maripasoula.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1969 1976 Robert Vignon[3] UDR Haut fonctionnaire
Sénateur de la Guyane (1962 → 1971)
Conseiller général du canton d'Iracoubo (1961 → 1973)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 août 1996 Antoine Abienso PSG Conseiller général du canton de Maripasoula (1985 → 1998)
1996 mars 2014 Tobie Balla DVG Enseignant
mars 2014 en cours Serge Anelli DVG 6e vice-président de la CC de l'Ouest guyanais (2014 → )

Équipements publicsModifier

Mairie, bureau de poste, gendarmerie, écoles, collège, camp militaire, aérodrome, centre de santé, office de tourisme de Maripasoula.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2017, la commune comptait 13 227 habitants[Note 1], en augmentation de 32,67 % par rapport à 2012 (Guyane : +12,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2009 2014 2017
6066368841 0071 7483 7107 56810 98413 227
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[6] puis à partir de 2006[7])
Histogramme de l'évolution démographique
 

Économie, vie sociale et criminalitéModifier

Les environs de Maripasoula sont riches en sites d'orpaillage. Elle est également l'une des plaques tournantes des réseaux de trafic de drogue internationaux, constituant une porte d'entrée majeure sur le territoire français. Cette localité a été qualifiée de « Far West » par le préfet de Guyane du fait de l'insécurité ambiante liée à la présence des orpailleurs qui la fréquentent en permanence. Lors de la visite du président Emmanuel Macron en 2018, ce dernier lui décrit Maripasoula comme une « autre France ».

L'économie de la ville est intrinséquement liée à son tissu social et associatif très développé. En soirée, notamment les rues s'animent dans une ambiance festive et chaleureuse et l'ensemble des habitants ont pour habitude de se rassembler dans les divers bars, restaurants et odéons de la commune.[réf. nécessaire]

Les productions fruitières et maraîchères domestiques et famililales constituent une part importante de l'économie agricole de la commune, la plupart des habitants cultivant une quantité importante de fruits et légumes tropicaux dans leurs jardins, destinées à leur consommation personnelle et à la vente.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. sur le site web du Parc Amazonien de Guyane
  2. Site web de l'Office du Tourisme de Maripasoula
  3. « Robert Vignon atterrit à l'aérodrome de Cayenne à bord d'un « lourd Catalina ». Préfet jusqu'en 1955, il devient conseiller général d'Iracoubo (1961-1973), sénateur de Guyane (1962-1971) et le premier maire de Maripasoula (1969-1976). Il meurt le 9 octobre 1989 à Saint-Germain-en-Laye, à 79 ans. » [1]
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  7. pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017