Marinette Pichon

footballeuse française

Marinette Pichon
Image illustrative de l’article Marinette Pichon
Biographie
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance (45 ans)
Lieu Bar-sur-Aube (France)
Taille 1,63 m (5 4)
Période pro. 1991-2007
Poste Attaquante
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1991-1992 Drapeau : France A.S. Brienne 00? 0(?)
1992-2002 Drapeau : France Saint-Memmie Olympique 0100(22)
2002-2003 Drapeau : États-Unis Philadelphia Charge 036 (28)
2003-2004 Drapeau : France Saint-Memmie Olympique 011 0(5)
2004 Drapeau : États-Unis Wildcats du New Jersey 010 (21)
2004-2007 Drapeau : France Juvisy FCF 068 (103)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1994-2007 Drapeau : France France 112 (81)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).

Marinette Pichon, née le à Bar-sur-Aube (Aube), est une joueuse de football française évoluant au poste d'attaquante. Internationale A, elle a terminé sa carrière avec le club de Juvisy FCF.

BiographieModifier

Marinette Pichon connait une enfance difficile à cause d'un père violent et alcoolique. Elle fut aidée par le football et par l'attitude de sa mère. Son père est condamné à 10 ans de prison en 2000 pour agression sexuelle sur la grand-mère de Pichon[1].

Elle prend sa première licence de football à l'A.S. Brienne à l'âge de cinq ans. Elle doit partir jouer avec des filles à quinze ans mais veut rester jouer dans le club de son enfance qui demande une dérogation et l'obtient. Ce n'est qu'à 16 ans qu'elle rejoint Saint-Memmie Olympique.

En 2002, elle signe pour la première ligue professionnelle féminine, la Women's United Soccer Association (WUSA) aux États-Unis. Elle rejoint le Philadelphia Charge pour deux saisons jusqu'à ce que la WUSA cesse ses activités à l'automne 2003. Marinette Pichon revient jouer en France.

À l'été 2004, elle joue aux États-Unis pour les Wildcats du New Jersey dans la W-League[2] et remporte le titre de la Conférence de l'Est de la ligue.

Internationale A depuis 1994, elle fait ses débuts chez les Bleues le contre la Belgique. Elle compte 112 sélections pour 81 buts en équipe de France A qui font d’elle la meilleure buteuse de l’histoire des Bleues, elle est détrônée par Eugénie Le Sommer qui atteint les 82 buts en septembre 2020. Elle annonce sa retraite internationale à la suite de l'échec des Bleues lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2007 face aux Anglaises. Elle a obtenu une sélection de prestige avec l'équipe de la FIFA féminine, en 2004 face à l'Allemagne (tout comme Corinne Diacre, alors qu'Élisabeth Loisel les entraînait pour ce match).

Avec Juvisy, elle remporte le titre (2006) et le Challenge de France (2005). Elle termine meilleure buteuse de Ligue 1 en 2005 en inscrivant un record de 38 buts.

En 2011, elle est recrutée comme consultante par France Télévisions afin de commenter les matches du championnat de France de D1, dont le groupe a acquis une partie des droits[3]. En 2012, elle commente, toujours pour le compte de France Télévisions, le tournoi de football féminin des JO de Londres. En 2016, elle commente de nouveau des matchs des tournois de football féminin et masculin des JO de Rio avec Fabien Lévêque sur France Télévisions. En 2017, elle commente le Championnat d'Europe de football féminin 2017[4].

En 2013, elle occupe le poste de directrice générale du club de Juvisy. Elle est également salariée du conseil général de l'Essonne.

En 2018, elle reçoit le « Out d’or de la personnalité sportive », décerné par l'AJL, pour avoir été l'une des premières sportives françaises de haut niveau à avoir fait son coming out, qu’elle évoque dans Ne jamais rien lâcher, son autobiographie publiée la même année[5].

Après avoir commenté la Coupe du monde 2019 sur le réseau Outre-Mer la 1ère, elle rejoint le Québec pour devenir entraîneuse au sein de l'Association Régionale de soccer du Lac Saint-Louis à Montréal[6].

Vie privéeModifier

En , Marinette Pichon devient la deuxième femme homosexuelle en France à obtenir un congé de paternité pour la naissance de son fils que sa compagne (Ingrid Moatti, championne de basket handisport) met au monde le [7]. Elle se marie avec sa compagne le et peut alors adopter son fils, né dix mois plus tôt[8].

StatistiquesModifier

En clubModifier

Statistiques de Marinette Pichon au 01 mai 2018
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
Play-offs Total
Division M B M B C M B M B M B
1995-1996   Saint-Memmie Olympique Division 1 - - - - - - - 0 0
1996-1997   Saint-Memmie Olympique Division 1 - - - - - - - 0 0
1997-1998   Saint-Memmie Olympique Division 2 - - - - - - - 0 0
1998-1999   Saint-Memmie Olympique Division 2 - - - - - - - 0 0
1999-2000   Saint-Memmie Olympique Division 1 - - - - - - - 0 0
2000-2001   Saint-Memmie Olympique Division 1 - - - - - - - 0 0
2001-2002   Saint-Memmie Olympique Division 1 10+ 22 - - - - - 10 22
Sous-total 10 22 0 0 - - - - - 10 22
2003-2004   Saint-Memmie Olympique Division 1 11 5 - - - - - 11 5
Sous-total 11 5 0 0 - - - - - 11 5
2004-2005   FCF Juvisy Division 1 21 38 5 7 - - - - - 26 45
2005-2006   FCF Juvisy Division 1 22 36 2+ 3 - - - - - 24 39
2006-2007   FCF Juvisy Division 1 15 15 C1 3 4 - - 18 19
Sous-total 58 89 7 10 - 3 4 - - 68 103
Total sur la carrière 79 116 7 10 - 3 4 - - 89 130

En sélectionModifier

Sélection Année Statistiques
Matchs Buts
  France 2012 1 0
2013 11 1
2014 9 0
2015 10 0
2016 8 1
Total 39 2

CarrièreModifier

PalmarèsModifier

RéférencesModifier

  1. Marinette Pichon, Ne jamais rien lâcher, Éditions First, , p. 17.
  2. « New Jersey Wildcats site=USL soccer.com » (consulté le 13 juin 2004)
  3. Interview sur enpleinelucarne.net
  4. « Un été très sport sur France Télévisions », sur sport.francetvinfo.fr, Francetv Sport, (consulté le 24 mai 2017)
  5. « L’acteur Jonas Ben Ahmed désigné personnalité LGBT de l’année », sur lemonde.fr, (consulté le 28 juin 2018)
  6. « Communiqué de presse », sur http://soccerlsl.qc.ca, (consulté le 2 août 2019)
  7. « L'ex-footballeuse Marinette Pichon bientôt en « congé paternité » », sur tempsreel.nouvelobs.com, NouvelObs, (consulté le 19 octobre 2012)
  8. Marinette Pichon, Ne jamais rien lâcher, Éditions First, , p. 87

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Marinette Pichon, Ne jamais rien lâcher, Éditions First, , 105 p. (lire en ligne)

Liens externesModifier