Marie Majerová

écrivaine tchécoslovaque

Marie Majerová (née Marie Bartošová[1] le et morte le ) est un écrivaine tchécoslovaque[2].

Marie Majerová
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
PragueVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Marie BartošováVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Rudolf Novotný
Karel ZemanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Conjoints
Josef Stivín (d) (de à )
Slavoboj Tuzar (d) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Vlastimil Tusar (beau-frère)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partis politiques
Distinctions
Liste détaillée
Czech State Award for Literature (en) ()
Artiste national (d) ()
Honorary citizen of Kladno ()
Ordre du Travail (d) ()
Státní cena Klementa Gottwalda (d) ()
Řád republiky (d) ()
Ordre de Klement Gottwald (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Q41318290, Siréna (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Hrob K.Gottwalda.jpg
Vue de la sépulture.

BiographieModifier

Fille de parents de la classe ouvrière très pauvre, elle est née à Úvaly et grandit à Kladno[3]. À seize ans, elle commence à travailler comme servante à Budapest. Elle termine ensuite ses études à Prague, à Paris et à Vienne. Elle est aussi membre du Parti communiste tchécoslovaque depuis sa création et s'implique dans le mouvement féministe[4].

En 1907, elle publie un recueil d'histoires Povídky z pekla a jiné (Histoires de l'enfer et autres histoires) et un roman Panenství (Virginité) qui traite de la vie des plus pauvres[5]. Ses écrits s'intéressent souvent au petit peuple comme avec La Sirène ou encore La ballade du mineur[5]. Elle écrit également de la littérature pour enfants[4]. Dans les années 1940, elle reprend certains textes pour les adapter au « réalisme socialiste » de son gouvernement[5].

Elle meurt à Prague à l'âge de 84 ans[4].

Vie privéeModifier

Majerová se marie deux fois : d'abord avec le journaliste Josef Stivín, puis avec le graphiste Slavoboj Tusar[6].

DistinctionsModifier

Dans la culture populaireModifier

  • Le film Virginity réalisé par Otakar Vávra en 1937, est basé sur son roman Panenství[8].
  • Son roman Siréna sert de base au scénario du film Siréna réalisé par Karel Steklý en 1947. Ce dernier reçoit un Lion d'or à la Mostra de Venise[9].
  • L'auteur tchéco-canadien Josef Škvorecký déclare que son personnage de Marie Burdychova dans The Miracle Game est physiquement basé sur Marie Majerová[10].

Œuvres sélectionnéesModifier

  • Náměstí republiky (Place de la République), 1914
  • Nejkrásnější svět (Le plus beau des mondes), 1920
  • Mučenky (Passiflore), 1924
  • Přehrada (Le fermier), 1932
  • Siréna (La Sirène), 1935
  • Havířská balada (Ballade d'un mineur), 1938
  • Spisy, collectionne de ses œuvres en 19 volumes, 1962

RéférencesModifier

  1. (en) Jaroslav Spirk, Censorship, Indirect Translations and Non-translation : The (Fateful) Adventures of Czech Literature in 20th-century Portugal, Cambridge Scholars Publishing, , 205 p. (ISBN 978-1-4438-6705-4, lire en ligne), p. 50
  2. (cs) « Marie Majerová (1.2. 1882 – 16. 1. 1967) », SocietyMAG
  3. (en) Jakub S. Beneš, Workers and nationalism : Czech and German social democracy in Habsburg Austria, 1890-1918, Oxford (GB), Oxford University Press, , 268 p. (ISBN 978-0-19-878929-1, lire en ligne), p. 33
  4. a b et c (en) Katharina M Wilson, An Encyclopedia of Continental Women Writers, vol. Volume 1, New York/London, Garland, , 759–60 p. (ISBN 0-8240-8547-7, lire en ligne)
  5. a b et c « Marie Majerová », sur Encyclopédie Larousse en ligne (consulté le 8 février 2019)
  6. « Marie Majerová (1882-1967) », Bibliothèque nationale de France
  7. a b c et d (cs) Otakar Chaloupka, Čeští spisovatelé literatury pro děti a mládež [« Écrivains tchèques de la littérature pour enfants et adolescents »], Prague, Albatros, , 480 p., pp. 236-243
  8. (en) Peter Hames, Czech and Slovak Cinema, Edinburgh University Press, , 272 p. (ISBN 978-0-7486-8683-4, lire en ligne), p. 56
  9. (en) Mira Liehm et Liehm, Antonín J, The Most Important Art : Eastern European Film After 1945, Berkeley/Los Angeles/London, University of California press, , 25, 99 p. (ISBN 0-520-03157-1, lire en ligne)
  10. (en) Brian Busby, Character Parts : Who's Really Who in CanLit, , 368 p. (ISBN 978-0-307-36858-4 et 0-307-36858-0, lire en ligne), p. 739

Liens externesModifier