Ouvrir le menu principal

Marie-Noëlle Koyara

femme politique centrafricaine

Marie-Noëlle Koyara
Illustration.
Fonctions
Ministre de la Défense Nationale et de la Reconstruction de l’Armée
En fonction depuis le
Ministre d’État chargé de la défense nationale, de la restructuration des armées, des anciens combattants et victimes de guerre
Ministre d'État chargée des Travaux publics, de l’Équipement et de l’Aménagement du territoire
Ministre d'État chargée du Développement rural
Ministre chargée du Développement rural
Prédécesseur Jérémie Tchimanguere
Représentante de la FAO
Ministre de l'Agriculture et de la promotion rurale, Ministre de la promotion de la femme
Biographie
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Bouar (Centrafrique)
Conjoint Divorcée
Diplômée de IUTAF Mbaïki
Profession Ingénieur agronome

Marie-Noëlle Koyara est une femme politique centrafricaine. Elle a occupé plusieurs fonctions ministérielles jusqu'en 2016.

Sommaire

FormationModifier

Elle est ingénieur agronome diplômée de l’Institut universitaire de technologie agronomique et forestière de Mbaïki[1].

Carrière internationaleModifier

À partir de septembre 1996, elle est représentante de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, tout d'abord au Cap-Vert, jusqu’en février 2001, puis au Burkina Faso, et après juillet 2007 en Côte d’Ivoire. Cette mission se termine en avril 2013 avec la reconnaissance des ivoiriens[1].

Carrière politiqueModifier

De 1993 à 1996, Marie-Noëlle Koyara a été ministre de l'Agriculture et de la Promotion rurale puis ministre de la Promotion de la femme, chargée des actions sociales[2].

En juin 2013, elle est ministre chargée du Développement rural, dans le gouvernement Tiangaye 3, puis ministre d'État chargée du Développement rural dans le gouvernement d'André Nzapayeké[3]. Elle est ministre de la Défense dans les gouvernements Kamoun 2 et 3 entre janvier et octobre 2015 puis ministre d'État, chargée du Développement durable, de cette dernière date à 2016 dans le gouvernement Kamoun 4.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier