Marie-Claude Pietragalla

danseuse et chorégraphe française
Marie-Claude Pietragalla
Description de cette image, également commentée ci-après
Marie-Claude Pietragalla en 2015.
Surnom Pietra
Naissance (58 ans)
Paris (France)
Activité principale Danseuse
Chorégraphe
Style Danse classique
Danse contemporaine
Activités annexes Actrice
Lieux d'activité Paris
Marseille
Alfortville
Années d'activité Depuis 1979
Formation École de danse de l'Opéra national de Paris
Conjoint Julien Derouault
Récompenses Voir section dédiée
Site internet Site de la compagnie Pietragalla

Marie-Claude Pietragalla, née à Paris le , est une danseuse et chorégraphe française. Elle est étoile du ballet de l'Opéra national de Paris de 1990 à 1998.

BiographieModifier

Famille et formationModifier

Née d’un père corse originaire de Calvi[1] et d’une mère bordelaise, Marie-Claude Georgette Yvonne Pietragalla commence la danse sur les conseils de sa mère qui souhaite canaliser son énergie[2]. Son père lui enseigne le goût de l'effort[1].

À la suite d'un spectacle de Maurice Béjart auquel elle assiste avec ses parents, elle réussit, à dix ans, le concours d’entrée de l’école de danse du Ballet de l'Opéra national de Paris[3]. Claude Bessy qui dirigeait alors l'école de danse, la décrira comme une élève très déterminée avec un fort caractère.

À seize ans, elle intègre le corps de ballet de l'opéra. Elle est nommée quadrille en 1980, puis coryphée en 1981 et sujet en 1982[4][source insuffisante]. Elle devient première danseuse en 1988[5], à 25 ans, sous la direction de Rudolf Noureev[6].

Danseuse étoileModifier

Marie-Claude Pietragalla est nommée étoile le , par Patrick Dupond, à l'issue de la représentation de Don Quichotte où elle interprète le rôle de Kitri[6],[3].

Durant cette période, la danseuse va interpréter tous les grands rôles du répertoire comme Odette/Odile dans Le Lac des cygnes, Giselle, La Sylphide, Carmen, La Bayadère et danser avec les plus grands partenaires comme Nicolas Le Riche, Patrick Dupond ou Manuel Legris. Mais en parallèle Pietra, comme elle aime se faire appeler, s’illustre en danse contemporaine en interprétant les ballets des plus grands chorégraphes comme Maurice Béjart (Le Sacre du printemps, Boléro, Arépo) , Roland Petit (Carmen, Notre-Dame de Paris, Le Jeune Homme et la Mort), Mats Ek (Giselle), Serge Lifar, George Balanchine, Merce Cunningham ou encore Jiří Kylián.

ChorégrapheModifier

En 1998, à 35 ans et en pleine gloire, Marie-Claude Pietragalla quitte prématurément l'Opéra de Paris pour remplacer Roland Petit à la direction du Ballet national de Marseille où elle signe neuf chorégraphies[7],[8]. Elle approfondit alors son travail de chorégraphe, déjà débuté lorsqu'elle était étoile à l'Opéra de Paris où elle avait créé Triangle infernal et Corsica (1996). Elle y reste cinq ans jusqu'à un conflit avec les danseurs de la compagnie qui obtiennent sa démission.

En 2005, elle fonde sa propre compagnie avec le danseur et chorégraphe Julien Derouault, le Théâtre du Corps Pietragalla–Derouault. Ensemble, ils créent de nombreux spectacles souvent inspirés de la littérature[8]. La compagnie est un lieu de rencontre entre danse classique, contemporaine et influences hip-hop comme en témoigne le ballet Marco Polo (2008)[9]. Les ballets de Marie-Claude Pietragalla sont souvent décrits comme de grands spectacles populaires[10],[11]. Associant la danse, les arts du cirque, le théâtre, la poésie, la vidéo, les musique actuelles, ses créations s'inscrivent dans une démarche contemporaine prenant en compte la complémentarité des disciplines artistiques[12].

Marie-Claude Pietragalla entretient un rapport privilégié avec la chorégraphe Carolyn Carlson, qui crée pour elle les ballets Signes en 1997 (dansé à l'Opéra de Paris) et Don't Look Back en 2000. Elle devient la première danseuse à se produire seule sur la scène de l’Olympia[13].

Elle souhaite rendre la danse accessible au plus grand nombre. Ainsi, elle déclare « J'essaie de la faire connaître et de la faire aimer. C'est très important pour moi de sortir la danse de son carcan, pour qu'elle ne soit pas réservée à une élite. Le mouvement est le premier langage de l'homme[14] ».

En 2018, toujours avec le danseur Julien Derouault, elle ouvre l'école du Théâtre du Corps Pietragalla–Derouault à Alfortville, école de danse accessible aux amateurs comme aux professionnels[15].

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault dirigent les chorégraphies du clip de Beau Malheur dans lequel Emmanuel Moire, vainqueur de l'émission DALS en 2012, chante et danse[16],[17].

Vie privéeModifier

Marie-Claude Pietragalla partage la vie du danseur et chorégraphe Julien Derouault[10], avec qui elle a eu une fille prénommée Lola[18],[19].

En 2011, elle est l'une des marraines de l'association « Le cancer du sein, Parlons-en! »[20]. En 2018, elle s'engage, avec de nombreux autres artistes, auprès de l'association Imagyn dans une campagne de sensibilisation contre les cancers gynécologiques[21].

Elle soutient l'association de protection des jeunes LGBT Le Refuge[22].

Répertoire à l'Opéra de ParisModifier

Marie-Claude Pietragalla a été l'interprète de plusieurs ballets[23] ;

George Balanchine
  • Concerto pour violon
  • Capriccio, 1996
  • Crystal Palace
  • Agon, 1989
Maurice Béjart
Carolyn Carlson
Mats Ek
  • Giselle, rôle de Moyna en 1985 et de Giselle en 1991, 1993, 1995, 1996, 1998
William Forsythe
  • In the Middle Somewhat Elevated, 1991 et 1993
John Neumeier
  • Songe d'une nuit d'été
  • Vaslaw, 1992 et 1998
  • Casse-Noisette, 1982, 1985, 1987 et 1994
Rudolf Noureev
Roland Petit
  • Camera obscura, 1996 — Margot
  • Le Jeune Homme et la Mort, 1990, 1993, 1995 et 1996 — La Mort
  • Le Rendez-vous — La Mort
  • Carmen, 1990, 1992 — Carmen
  • Notre-Drame de Paris, 1991 et 1996 — Esmeralda[24]
Serge Lifar
  • Suite en blanc
  • Mirage
Vaslav Nijinsky
Jerome Robbins
  • Dancing Party
  • In the Night, 1989, 1991, 1992, 1994.
  • Dances at a Gathering
  • The Four Seasons
  • Glass Pieces

ChorégraphiesModifier

Marie-Claude Pietragalla est également l'interprète dans la quasi-totalité des œuvres qu'elle crée en tant que chorégraphe.

Théâtre du Corps Pietragalla-DerouaultModifier

  • Avec le spectacle La Femme qui danse crée en 2019, Marie-Claude Pietragalla fête ses 40 ans de scène au théâtre de la Madeleine à Paris.
  • Lorenzaccio, 2017
  • Vivant, 2016
  • Je t'ai rencontré par hasard, 2014
  • Être ou paraître, 2014[3]
  • Mr & Mme Rêve est une création expérimentale et conceptuelle de 2013, inspirée de l'oeuvre d'Eugène Ionesco, où la danse et les technologies 3D se rencontrent sur scène, sur une bande-son du DJ Laurent Garnier[25].
  • Clowns, 2012
  • Les Chaises ?, 2012
  • Variations poétiques, 2012
  • La Nuit des poètes, 2011
  • Le temps brûle, 2010
  • La Tentation d'Ève, scène du Palace de Paris, 2010
  • Sade ou le Théâtre des fous, 2007
  • Marco Polo est un spectacle musical et chorégraphique crée en 2008 et présenté en première mondiale aux Jeux olympiques de Pékin. C'est Pierre Cardin qui propose à Marie-Claude Pietragalla l'idée de cette comédie musicale[26]. Cette création est présentée en France en 2009, au palais des Congrès[26].
  • Conditions humaines, 2006.
  • Souviens-toi... est la première création du Théâtre du Corps en 2005[27].
  • Ivresse, 2005
  • Les Noces, 2005
  • Le Sacre du printemps, 2005

Ballet national de MarseilleModifier

  • Vita, 1999
  • L'Âme perdue, 1999
  • Sakountala, 2000
  • Fleurs d'automne, 2000
  • Raymonda (3e acte), 2000
  • Giselle, 2000
  • Ivresse, 2001
  • Illusions d'éternité, 2002
  • Don Quichotte, 2003
  • Métamorphoses, pour l'école de danse de Marseille, 2003
  • Ni Dieu ni maître, 2003

Opéra de ParisModifier

  • Triangle infernal, 1996
  • Corsica, 1996[28]
  • Boromobile, 1988

Autres créationsModifier

TélévisionModifier

En 2012, Marie-Claude Piertragalla intègre le jury de la troisième saison de l'émission Danse avec les stars (DALS) sur TF1[30]. Elle est le quatrième membre du jury avec Jean-Marc Généreux, Chris Marques et Shy'm (gagnante de la deuxième saison).

La danseuse étoile remarque et félicite le chanteur Loïc Nottet en twittant un commentaire positif alors qu'il représente la Belgique à l'Eurovision 2015 avec son titre Rhythm Inside. À la suite de ce commentaire, TF1 sélectionne le chanteur pour l'émission Danse avec les stars[31],[32]. Pendant la demi-finale, Loïc Nottet et Denitsa Ikonomova dansent avec Marie-Claude Pietragalla Le Lac des cygnes de Tchaïkovski en version danse contemporaine.[pertinence contestée]

CinémaModifier

En 2014, elle est membre du jury du 40e Festival du cinéma américain de Deauville, sous la présidence de Costa-Gavras[36].

ThéâtreModifier

DistinctionsModifier

PrixModifier

DécorationsModifier

OuvragesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Florence Saugues, « Marie-Claude Pietragalla danse avec la Corse », Paris Match,‎ (lire en ligne)
  2. Franck Erikson, « Marie-Claude Pietragalla, la femme qui danse », L'Express, 17 juillet 1997.
  3. a b et c « Marie-Claude Pietragalla : "Quelle richesse de vieillir !" », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. « Marie-Claude Pietragalla », sur Skyrock, (consulté le )
  5. a et b « Marie-Claude Pietragalla - Biographie », sur elle.fr (consulté le )
  6. a et b « Marie-Claude Pietragalla, élève à l'Opéra de Paris », Institut national de l'audiovisuel (consulté le )
  7. « JT : Adieux de Marie-Claude Pietragalla (2 janvier 1999) » (consulté le )
  8. a et b « Pietragalla, électron libre », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  9. « Pietragalla, une cavalcade avec Marco Polo », Le Figaro, 3 septembre 2009.
  10. a et b Philippe Noisette, « Hier soir à Paris… Marie-Claude Pietragalla », Paris Match, 19 juin 2013.
  11. « Marie-Claude Pietragalla danse la femme éternelle », Corse Matin,‎ (lire en ligne)
  12. Odile Cougoule, Sakountala (Marie-Claude Pietragalla), Encyclopædia Universalis (lire en ligne)
  13. Agnès Dalbard, « Pietragalla en solo à l'Olympia », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  14. « Ballet. Pietragalla : une étoile en Bretagne », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  15. D.R, « Val-de-Marne : Pietragalla ouvre son école de danse à la rentrée à Alfortville », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  16. a et b « Emmanuel Moire partage son nouveau clip "Beau malheur" avec Fauve », sur chartsinfrance.net (consulté le )
  17. Jonathan Hamard, « Emmanuel Moire invite Fauve dans son nouveau clip Beau Malheur », sur Charts in France, (consulté le )
  18. Odile Cuaz, « Marie-Claude Pietragalla : "l'âge n'est pas un problème" », Le Parisien, 15 octobre 2012.
  19. Barbara Guicheteau, « Julien Derouault: "Le jour où je rencontre Marie-Claude Pietragalla" », Paris Match,‎ 28 aôut 2019 (lire en ligne)
  20. « Evènement au Grand Palais », sur www.cancerdusein.org (consulté le )
  21. Florence Méréo, « 40 stars s’engagent contre les cancers gynécologiques », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  22. Fondation Le Refuge, « Grand concours le Refuge - 2020 », Le Refuge,
  23. « MémOpéra - Marie-Claude Pietragalla », sur www.memopera.fr (consulté le )
  24. « Notre-Dame est "un phare pour nous tous" : la danseuse Marie-Claude Pietragalla participera au concert de France 2 samedi », France Info
  25. Rosita Boisseau, « Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault - M. et Mme Rêve - Spectacles dans le Grand Paris », sur Télérama (consulté le )
  26. a et b « La Pietragalla ramène Marco Polo à Pékin », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « Pietragalla entre en création avec Souviens-toi, œuvre intime et poétique », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne)
  28. « Bastia fait un triomphe à « Corsica », ballet de Marie-Claude Pietragalla », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  29. M. A., « La chorégraphie de Pietragalla pour Christophe », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  30. « Danse avec les stars 3 : Shy'm et Marie-Claude Pietragalla dans le jury ! », Première,
  31. L.V.R, « Rencontre Loïc Nottet: Je suis juste un gars qui chante et qui danse », sur Moustique, (consulté le )
  32. Tiphaine Lévy-Frébault, « Danse avec les stars: Loïc Nottet, "Billy Elliot de Charleroi" », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. « Danse avec les stars: Marie-Claude Pietragalla quitte le jury », L'Express,‎ (lire en ligne)
  34. Benoît Daragon, « TF1 : Marie-Claude Pietragalla quitte «Danse avec les stars» », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  35. « La danseuse Marie-Claude Pietragalla jurée dans "Prodiges" sur France 2 », sur France Bleu (consulté le )
  36. « Festival de Deauville: jury prestigieux pour la 40e édition », sur RTBF Culture, (consulté le )
  37. « Théâtre Rive Gauche - L'Elixir d'Amour - Photos du spectacle », sur www.theatre-rive-gauche.com (consulté le )
  38. https://www.elle.fr/Personnalites/Marie-Claude-Pietragalla
  39. https://arop.operadeparis.fr/prix-arop-2021-2
  40. https://www.valeursactuelles.com/culture/marie-claude-pietragalla-la-femme-plurielle/
  41. https://danseclassique.info/personnes/distinction/benois-de-la-danse/
  42. https://www.huffingtonpost.fr/author/marie-claude-pietragalla
  43. https://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Pietragalla/138204
  44. Arrêté du 31 août 2018 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres
  45. Ordre national du mérite
  46. Décret du 13 juillet 2019 portant promotion et nomination
  47. Décret du 30 janvier 2008 portant promotion et nomination

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Pietragalla, texte de Bernard Raffali, photographies de Claude Alexandre, Actes Sud, 1996

Articles connexesModifier

Liens externesModifier