María Ruanova
María Ruanova - Apollon Musagete - en el rol de Terpsicore.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités

María Ruanova, née le , à San Juan, en Argentine, morte le , à Buenos Aires, est une danseuse, chorégraphe, pédagogue et maître de ballet argentine connue pour ses performances au Théâtre Colón et sur la scène internationale. Elle est considérée comme la première danseuse de ballet argentine à obtenir une renommée internationale.

BiographieModifier

Ses parents, Emilio Ruanova et Mercedes Maury, ont eu trois autres enfants, Merceditas, Angelita et Matilde. María est la plus jeune[1]. Ils se sont rencontrés à Barcelone mais émigrent en Argentine. Ils vivent à Merlo avant sa naissance[1]. Elle naît dans la province de San Juan le [1]. Ses parents retournent à Buenos Aires en 1918, après avoir déménagé à La Rioja quelques années[1]. À Buenos Aires, Maria Ruanova tombe gravement malade, suite à des problèmes bronchiques[1]. Les médecins lui recommandent des exercices physiques pour améliorer son état. Elle commence la danse[2].

Avec deux de ses sœurs, elle s'initie à la danse sous la direction de la ballerine russe María Oleneva lors d'un cours gratuit de danse classique au Théâtre Colón en 1924[1],[2]. Elle rejoint ensuite le ballet Siluetas d'Adolph Bolm[1]. Elle et ses sœurs obtiennent un poste au Théâtre Colón l'année suivante[1]. Ruanova est d'abord soliste puis, en 1932, première ballerine[2],[3]. Elle côtoie des danseurs et pédagogues comme [[Bronislava Nijinska], Boris Romanoff, Elena Smirnova, [Michel Fokine]], [Antonia Mercé] et Serge Lifar[1],[2],[4], et obtient un rôle dans le ballet Pájaro de Fuego de Fokine comme première ballerine[1].

En 1936, elle est invitée à jouer comme première ballerine dans le ballet de René Blum. Son succès en France la conduise à d'autres représentations internationales à Londres, au Cap, à Pretoria, à Durban, à Johannesbourg, à Glasgow, à Manchester et à Paris[1]. Elle danse dans El Amor Brujo, Cascanueces, Carnaval, El Espectro de la Rosa, Petrouschka, Anitra, 'Sílfides[1]. Elle est aussi filmé dans Don Juan[1].

Elle se produit en première mondiale dans Concierto de Mozart en 1942, une chorégraphie de George Balanchine[4], au Théâtre Colón[2],[5],[6]. Elle est engagée par le Ballet del Marqués de Cuevas en 1957, à la tête de la danse classique et comme maître de l'opéra. Elle fait le tour de l'Europe avec cette compagnie[1],[2]. Elle devient directrice de ballet à la SODRE de 1964 à 1967[1],[2],[5],[2] et au Théâtre Colón de 1968 à 1972[5]. Elle meurt en 1976.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l m n et o (es) Carlos Manso, « María Ruanova: Homenaje María Ruanova, la que abrió el camino », sur balletindance.com.,
  2. a b c d e f g et h (es) « María Ruanova, la primera de una serie de estrellas », La Prensa,‎ (lire en ligne)
  3. (es) « Google le rinde homenaje a la bailarina Olga Ferri », La Gaceta,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Angel Fumagalli, « Ruanova Maria », dans Philippe Le Moal (dir.), Dictionnaire de la danse, Éditions Larousse, , p. 377
  5. a b et c (es) « Marianela nứnez : Premio Maria Ruanova - En su país reconocen su trayectoria », Danzahoy,‎ 7 juin2011 (lire en ligne)
  6. (en) Bernard Taper, Balanchine, a Biography, University of California Press, (lire en ligne)}

Liens externesModifier