Ouvrir le menu principal

Marguerite de Brzeg

Marguerite de Brzeg

Titre

Duchesse de Bavière-Straubing

Prédécesseur Maud de Lancastre
Successeur Marguerite de Clèves
Biographie
Naissance 1342
Décès 1386
Père Louis Ier de Brzeg
Mère Agnès de Sagan
Conjoint Albert Ier de Hainaut

Marguerite de Brzeg (1342–1386), fille de Louis Ier de Brzeg, duc de Liegnitz, issu de la dynastie polonaise des Piast, et d'Agnès de Sagan, fille d'Henri IV, également issue de la dynastie des Piast. Duchesse de Bavière-Straubing par son mariage avec Albert Ier de Hainaut, dont elle fut la première épouse.

FamilleModifier

Marguerite était l'aînée d'une fratrie de six enfants, comprenant Henri VII le balafré et Hedwige, future épouse de Jean II d'Oświęcim. Ses grands-parents maternels étaient Henri IV le Fidèle et Mathilde de Brandebourg, fille d'Hermann Ier. Ses grands-parents paternels étaient Bolesłas III le Prodigue et sa première femme, Marguerite de Bohême, elle-même fille cadette du roi Wenceslas II et de sa première femme, Judith de Habsourg, fille de l'empereur Rodolphe Ier[1],[2].

Mariage et enfantsModifier

Alors qu'elle était encore très jeune, Marguerite épousa le duc de Bavière Albert Ier en juillet 1353 à Passau. Troisième fils de la comtesse Marguerite d'Avesnes, comtesse de Hainaut et de Hollande, et de son mari, l'empereur Louis IV, duc de Bavière, il dut assumer dès 1357 la régence (ruwaard en néerlandais) de la Hollande et du Hainaut au nom de son frère aîné, le duc Guillaume III, qui commençait à donner les premiers signes de déséquilibre mental.

Le duc Albert eut des aventures extra-conjugales toute sa vie, engendrant pas moins de 8 enfants naturels, mais il eut à subir durant son règne les troubles provoqués par l'une de ses maîtresses, une bourgeoise hollandaise du nom d'Aleid van Poelgees, peu appréciée de la population en raison de son influence grandissante sur le duc. Après la mort de Marguerite, sa liaison avec Albert devint publique et les courtisans, avec la complicité des proches du duc, décidèrent de l'assassiner. Ce fut fait à La Haye en 1393, ce qui déchaîna la colère d'Albert, qui n'eut de cesse de poursuivre les coupables et d'en détruire les châteaux-forts. Son fils Guillaume, qui semblait être allié aux conspirateurs, dut se réfugier à la Cour de France et ne fut pardonné que lorsqu'il offrit d'aller en Frise venger la mort de son grand-oncle Guillaume II et de reconquérir cette région, ce qu'il fit avec succès en 1402.

En dépit des aventures d'Albert, le couple eut 7 enfants qui parvinrent tous à l'âge adulte, chose peu commune à une époque où de nombreux enfants mouraient en bas âge et les mères au moment de l'accouchement.

Toutes les filles de Marguerite et Albert furent mariées au sein de puissantes familles royales ou princières, à la faveur de la régence de leurs parents, qui faisait d'elles des partis enviables. L'une des filles, Jeanne-Sophie, fut la grand-mère de Ladislas le Posthume. Une autre, Marguerite, sera la mère de Philippe III, duc de Bourgogne.

MortModifier

Marguerite mourut en 1386, âgée d'environ 44 ans. Elle fut enterrée dans la chapelle royale du Binnenhof à La Haye.

Après sa mort, Albert se remaria à une autre Marguerite, fille du comte de Clèves et de La Marck, dont il n'eut pas d'enfants.

AscendanceModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Charles Cawley, SILESIA, Medieval Lands database, Foundation for Medieval Genealogy,[self-published source][better source needed]
  2. (en) Marek, Miroslav., Complete Genealogy of the House of Piast: Silesia". Genealogy. EU.