Marguerite Harl

helléniste et universitaire française

Marguerite Harl, née le à Dax (Landes) et morte le à Paris, est une helléniste et universitaire française. Spécialiste de la Septante et auteure d'une édition de référence de ce texte, elle est professeure à l'université Paris-IV jusqu'en 1986.

Marguerite Harl
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marguerite Marie BayleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Jean-Marie Harl (d) (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse

BiographieModifier

Marguerite Harl fait ses études au lycée d'Albi, puis est élève en hypokhâgne[1]. Elle poursuit ses études à la faculté des lettres de Toulouse et prépare l'agrégation féminine de lettres qu'elle réussit en 1941[2]. Elle est professeure au lycée de filles de Cahors, au lycée Saint-Sernin puis à Saint-Germain-en-Laye en 1949[3]. Elle soutient en 1957 une thèse intitulée Origène et la fonction révélatrice du verbe incarné, sous la direction d'Henri-Irénée Marrou[4], puis elle est professeure de grec ancien à la faculté des lettres de Paris, de 1958 à 1986[5]. Spécialiste de la patristique et de la langue grecque postclassique, elle a consacré l'essentiel de ses recherches à Philon d'Alexandrie et à la Septante.

Édition en français de la SeptanteModifier

Marguerite Harl crée en 1986 aux Éditions du Cerf la collection « La Bible d'Alexandrie » qui publie en volumes séparés une traduction française de la Septante effectuée sous sa direction[6]. Les travaux de Marguerite Harl sur la Septante font référence.

PublicationsModifier

OuvragesModifier

  • La langue de Japhet, Cerf, 1992[7]
  • Le déchiffrement du sens : études sur l'herméneutique chrétienne d'Origène à Grégoire de Nysse, Institut d'études augustiniennes, Brépols, 1993 (ISBN 9782851211323)
  • La Bible en Sorbonne, ou La revanche d'Érasme, Cerf, 2004[8].
  • « L'Europe et les Pères », Connaissance des pères de l'Église, « Vingt ans d'études patristiques dans le monde », mars 2002, no 85.
  • Origène d'Alexandrie et la fonction révélatrice du Verbe incarné[9]
  • La Bible grecque des Septante : du judaïsme hellénistique au christianisme ancien, avec Gilles Dorival et Olivier Munnich, Éditions du Cerf & Éditions du CNRS, 1994, 368 p. (ISBN 2-222-04155-4)
  • Voix de louange : les cantiques bibliques dans l'Antiquité chrétienne, avec la collaboration d'A. Pietrobelli et B. Meynadier, Les Belles lettres, coll. « Anagôgè », 2014, 358 p p.[10].

Documents sonoresModifier

TraductionsModifier

RéférencesModifier

  1. « Marguerite Harl, notice biographique », sur laprocure.com (consulté le 2 septembre 2020).
  2. André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1950 », sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr (consulté le 2 septembre 2020).
  3. Philippe-Jean Catinchi, « La mort de l’helléniste Marguerite Harl », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2020).
  4. « Thèse de doctorat, notice du Sudoc », sur sudoc.fr, (consulté le 2 septembre 2020).
  5. Sébastien Lapaque, « Marguerite Harl: savante, secrète et centenaire », sur Le Figaro, (consulté le 2 septembre 2020).
  6. [compte rendu] Jean-Marie Auwers, « Autour de « La Bible d'Alexandrie » », Revue théologique de Louvain, vol. 41, no 3,‎ , p. 385-403 (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2020).
  7. [compte rendu] Pierre Maraval, « Marguerite Harl, La langue de Japhet. Quinze études sur la Septante et le grec des chrétiens. Paris, Cerf, 1992 ; La Bible d'Alexandrie. Le Deutéronome. Traduction du texte grec de la Septante, introduction et notes par Cécile Dogniez et Marguerite Harl, Paris, Cerf, 1992 », Revue d'histoire et de philosophie religieuses, vol. 73, no 2,‎ , p. 190-191 (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2020).
  8. [compte rendu] Jean-Marc Prieur, « Marguerite Harl, La Bible en Sorbonne ou la revanche d’Érasme, Paris, Cerf, 2004 », Revue d'histoire et de philosophie religieuses, no 3,‎ , p. 488-489 (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2020).
  9. [compte rendu] A. Méhat, « M. Harl. Origène et la fonction révélatrice du Verbe incarné », Revue de l'histoire des religions, vol. 155, no 2,‎ , p. 230-233 (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2020).
  10. [compte rendu] Françoise Vinel, « Marguerite Harl, avec la collaboration de Bruno Meynadier et Antoine Pietrobelli Voix de louange. Les cantiques bibliques dans la littérature chrétienne », Revue des sciences religieuses, vol. 89, no 1,‎ , p. 105 (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2020).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier