Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir MacDonald et Mackintosh.
Margaret MacDonald Mackintosh
Margaret MacDonald Macintosh.jpg
Margaret McDonald Mackintosh en 1895
Naissance
Décès
Nom de naissance
Margaret MacDonald
Nationalité
Activité
Formation
Mouvement
Groupe The Four au sein de la Glasgow School
Fratrie
Conjoint
Œuvres principales

Margaret MacDonald Mackintosh (née le à Tipton, près de Wolverhampton et morte le à Londres) est une artiste britannique, dont l'œuvre originale — que l'on peut rattacher au courant Art nouveau — a permis de définir le Glasgow Style, qui connait un grand succès pendant la dernière décennie du XIXe siècle et le début du XXe siècle. Elle épouse en 1900 l'architecte et designer Charles Rennie Mackintosh.

Parmi ses travaux les plus connus, on peut citer le panneau peint sur gesso, Oh ye, all ye that walk in Willowood en 1902, faisant partie d'un ensemble décoratif conçu pour le salon de thé de luxe Willow Tearooms, et Opera of the Winds (Opéra des vents) en 1903.

BiographieModifier

JeunesseModifier

Margaret Macdonald est née à Tipton près de Wolverhampton en Angleterre où son père, ingénieur, dirige une mine de charbon. Durant leur enfance, Margaret et sa sœur cadette Frances MacDonald fréquentent toutes deux l'Orme Girls' School à Newcastle-under-Lyme dans le Staffordshire. En 1890, la famille s'installa à Glasgow, et Margaret et sa sœur, Frances MacDonald, s'inscrivirent à la Glasgow School of Art (école d'arts appliqués) où elles s'initièrent à différentes disciplines, notamment le métal, la broderie et le textile. Elle commence à collaborer avec sa sœur et, dans les années 1890, elles ouvrent le Macdonald Sisters Studio au 128 Hope Street, à Glasgow.

Les quatre de la Glasgow School of ArtModifier

 
Charles Rennie Mackintosh, son mari.

Vers 1892 les soeurs Macdonald rencontrent Charles Rennie Mackintosh et son ami James Herbert MacNair par l'intermédiaire du directeur de la Glasgow School of Art, Francis Newbery. Mackintosh et MacNair y prennent des cours du soir[1]. En 1894 ils montrent leur travail commun dans des expositions étudiantes. L'accueil de leurs œuvres est mitigé. On a fait notamment remarquer aux sœurs Macdonald que les formes décharnées et linéaires de leurs créations - qui montrent clairement l'influence d'Aubrey Beardsley - sont « macabres ». Ces critiques leur valent le surnom de « The Spook School »[2]. Le groupe est aussi connu sous le nom « The Four » (Les Quatre)[1].

Par la suite le groupe connait un regain de popularité. Il expose à Liège pour la première fois en 1895, à Glasgow (exposition annuelle du Royal Glasgow Institute of the Fine Arts), à Londres (Arts & Crafts Society, en 1896) et à Vienne. Ces expositions contribuent à établir la réputation de Margaret et de son mari[3]. Le style de l'École de Glasgow influence même le mouvement Art nouveau viennois, le Sezessionsstil (Sécession viennoise), lors de l'exposition « VIII. Ausstellung der Vereinigung Bildender Künstler Österreichs Secession » en 1900. C'est à cette occasion que Margaret MacDonald produit une très forte impression sur les Sécessionistes autrichiens, Gustav Klimt et Josef Hoffmann.

Collaboration avec Charles Rennie MackintoshModifier

Sa soeur se marie avec MacNair en 1899. Margaret épouse Charles Rennie Mackintosh 22 août de l'année suivante[4]. Ses œuvres les plus dynamiques sont de grands panneaux peints sur gesso qu'elle élabore avec son mari, pour la décoration intérieure de salons de thé ou de résidences privées.

Les dernières annéesModifier

 
Port-Vendres, l'un des lieux de résidence des Mackintosh en France

En 1923, le couple de quitte l'Angleterre et passent leurs vacances dans le Roussillon. Au départ un simple séjour, ils vivent pendant l'été 1924 à Collioure, et pendant les hivers 1925-1926 et 1926-1927 à l'hôtel Le Commerce, à Port-Vendres. Mackintosh y peint des aquarelles de nombreux paysages des Pyrénées-Orientales.

En 1927, Charles tombe malade. Après le retour des époux Mackintosh à Londres, les médecins diagnostiquent un cancer de la langue à Charles[5]. Malgré le protocole de soins, sa santé se dégrade et il perd progressivement l'usage de la parole[6]. Hospitalisé, Charles Rennie Mackintosh meurt le 10 décembre 1928[6]. Margaret lui survit cinq ans, elle meurt à Londres le 10 janvier 1933[7].

Analyse de l'œuvreModifier

Le début de sa carrière artistique reflète les grandes lignes de l'expérimentation. S'inspirant largement de son imagination, elle réinterprète des thèmes traditionnels, des allégories et des symboles de manière inventive[8]. Ses inspirations sont généralement piochées dans la Bible], les Odyssées, les poèmes de William Morris et de Dante Gabriel Rossetti, ainsi que les œuvres de Maurice Maeterlinck[9].

La réputation de Margaret Macdonald, de même que celle de sa sœur Frances, a eu à souffrir du discours patriarcal dominant dans la critique d'art à l'époque. Si elle n'occupe pas la place qui aurait dû être la sienne dans l'histoire de l'art, c'est que Margaret a été l'une des nombreuses « femmes marginalisées », dont l'œuvre est restée dans l'ombre de celle de leur compagnon. Elle fut pourtant reconnue en son temps par beaucoup de ses pairs, y compris par son mari lui-même, qui lui écrivit : « N'oublie pas que tu es pour la moitié sinon les trois quarts de toute mon œuvre[10]… » Il aurait de même déclaré : « Margaret a du génie, je n'ai que du talent. »[11].

GalerieModifier


Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Charlotte Fiell et Peter Fiell 2017, p. 12
  2. Jude Burkhauser, Glasgow Girls, Canongate, (ISBN 978-1-84195-151-5), The Glasgow Style
  3. Charlotte Fiell et Peter Fiell 2017, p. 14
  4. Fiona Davidson 1998, p. 12
  5. Charlotte Fiell et Peter Fiell 2017, p. 27
  6. a et b Charlotte Fiell et Peter Fiell 2017, p. 29
  7. Charlotte Fiell et Peter Fiell 2017, p. 95
  8. Pamela Robertson 1990, p. 117
  9. Pamela Robertson 1990, p. 113
  10. (en) The Chronicle: the Letters of Charles Rennie Mackintosh to Margaret Macdonald Mackintosh, éditées par Pamela Robertson.
  11. (en) Anthony Jones, Charles Rennie Mackintosh, Studio Edns., , 192 p., p. 61

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Roger Billcliffe, Charles Rennie Mackintosh : Textile Designs, Pomegranate Europe Ltd, coll. « Basic art », , 112 p. (ISBN 978-1566403146).
  • (en) Fiona Davidson, Charles Rennie Mackintosh, Pitkin Publishing, , 32 p. (ISBN 978-0853728740)
  • Charlotte Fiell et Peter Fiell, Mackintosh : 1868-1928 Glasgow Style, Taschen, coll. « Basic art », , 98 p. (ISBN 978-3836561594).
  • (en) Janice Helland, The Studios of Frances and Margaret Macdonald, Manchester University Press, , 240 p. (ISBN 978-0719047831)
  • (en) Gordon Kerr, Charles Rennie Mackintosh Masterpieces of Art, Flame Tree Publishing, coll. « Masterpieces of Art », , 128 p. (ISBN 978-1783612079)
  • (en) Timothy Neat, Part Seen, Part Imagined : Meaning and Symbolism in the Work of Charles Rennie Mackintosh and Margaret Macdonald, Canongate Books Ltd, , 208 p. (ISBN 978-0862413668)
  • (en) Tamsin Pickeral, Charles Rennie Mackintosh, Lomond Books, , 128 p. (ISBN 978-1842042175)
  • (en) Pamela Robertson, Glasgow Girls : Women in Art and Design 1880-1920, Edinburgh, Canongate, , 263 p. (ISBN 978-1-84195-151-5)
  • (en) K. E. Sullivan, The Life, Times and Work of Charles Rennie Mackintosh, G2 Entertainment Ltd, (1re éd. 1997), 128 p. (ISBN 978-1782819981)
  • (en) Edmund Swinglehurst, Charles Rennie Mackintosh, Thunder Bay Press, , 144 p. (ISBN 978-1571452726)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :