Margaret Kennard

Margaret Alice Kennard ( - ) est une neurologue américaine. Elle a principalement étudié les effets des dommages neurologiques sur les primates.

Margaret Kennard
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Jeunesse et formationModifier

Margaret Alice Kennard naît le 25 septembre 1899, à Brookline (Massachussetts). Elle est diplômée de Bryn Mawr en 1922 puis obtient son doctorat en médecine de l'Université Cornell en 1930.

CarrièreModifier

Après une année de stage en médecine au Strong Hospital de Rochester à New York, Kennard devient chercheur honoraire (sans allocation) au département de physiologie de Yale. Elle est promue instructeur assistante de recherche (avec allocation) en 1932, puis professeur assistante dès 1933.

Elle travaille dans le laboratoire de John F. Fulton, MD, président du département, utilisant des primates du laboratoire Fulton et de celui de Gertrude Van Wagenen, PhD[1]. Elle étudie les effets des stimulants et des dépresseurs corticaux sur les singes atteints de lésions cérébrales[2].

Kennard obtient une bourse de voyage Rockefeller pour étudier en Europe occidentale de 1934 à 1936[3]. Ceci lui permet de travailler dans des laboratoires d'Amsterdam et de Breslau, et d'effectuer des travaux cliniques au National Hospital, Queen’s Square, Londres et au London Hospital. Elle passe les derniers mois de sa bourse à étudier les enfants atteints de spasticité avec le Dr Bronson Crothers au Children's’s Hospital de Boston.

En novembre 1935, elle est élue à la Royal Society de Londres.

En 1942, elle obtient une spécialité en psychiatrie et en neurologie et, après avoir quitté Yale en 1943, avec le titre de professeur adjoint, elle devient professeure agrégée de psychiatrie à la faculté de médecine de l'Université de New York et médecin traitant au Bellevue Hospital.

En 1948, elle est nommée professeure agrégée de physiologie à la faculté de médecine de l'Université de la Colombie-Britannique. En 1956, elle devient directrice du Washington State Mental Health Research Institute. Après la fin de son travail de recherche, Kennard déménage dans le New Hampshire, où elle travaille comme psychiatre à l'hôpital Elliott et gère un centre d'orientation communautaire[4].

Elle est présidente de la Society for Biological Psychiatry en 1956 et 1957 et vice-présidente de l'American Neurological Society de 1958 à 1959.

Elle décède le 12 décembre 1975, d'une sclérose latérale amyotrophique.

Principe de KennardModifier

 
Représentation graphique du principe de Kennard

L'observation selon laquelle les jeunes cerveaux se réorganisent plus efficacement que les cerveaux adultes a été formulée pour la première fois par Kennard en 1936. La notion selon laquelle un cerveau peut se réorganiser après un dommage en fonction du stade de développement est maintenant connue sous le nom de «principe de Kennard». Cette recherche a conduit à l'une des premières preuves expérimentales des effets de l'âge sur la neuroplasticité.

Le principe de Kennard qui pose une relation linéaire négative entre l'âge d'une lésion cérébrale et l'espérance de résultat : en d'autres termes, plus une lésion cérébrale se produit tôt dans la vie, plus il est probable qu'elle soit compensée par un mécanisme qui inverse au moins certains des effets négatifs de la lésion[4].

Elle a travaillé en étroite collaboration avec John Fulton dans ses célèbres études sur le cerveau des nourrissons.

PublicationsModifier

  • Kennard MA. Age and other factors in motor recovery from precentral lesions in monkeys. American Journal of Physiology. 1936;115:138–146[5].
  • Kennard MA. Reorganization of motor function in the cerebral cortex of monkeys deprived of motor and premotor areas in infancy. Journal of Neurophysiology. 1938;1:477–496[6].
  • Kennard MA. Relation of age to motor impairment in man and in subhuman primates. Archives of Neurology and Psychiatry. 1940;44:377–397.
  • Kennard MA. Reactions of monkeys of various ages to partial and complete decortication. Journal of Neurophysiology and Experimental Neurology. 1944;3:289–310.
  • Kennard MA, Fulton JF. Age and reorganization of central nervous system. Journal of the Mount Sinai Hospital. 1942;9:594–606.
  • Kennard MA, Fulton JF. The localizing significance of spasticity, reflex grasping, and the signs of Babinski and Rossolimo. Brain. 1933;56:213–225.
  • Kennard MA, Fulton JF, Gutiérrez-Mahoney CG. Otfrid Foerster 1873–1941 An appreciation. Journal of Neurophysiology. 1942;5:1–17. [
  • Kennard MA, McCulloch WS. Motor response to stimulation of cerebral cortex in absence of areas 4 and 6 (macaca mulatta) Journal of Neurophysiology. 1943;6:181–189.
  • Kennard MA, Nims LF. Effect on electroencephalogram of lesions of cerebral cortex and basal ganglia in macaca mulatta. Journal of Neurophysiology. 1942;5:335–348.
  • Kennard MA, Spencer S, Fountain G. Hyperactivity in monkeys following lesions of the frontal lobes. Journal of Neurophysiology. 1941;4:512–524.
  • Kennard MA, Viets HR, Fulton JF. The syndrome of the premotor cortex in man: Impairment of skilled movements, forced grasping, spasticity, and vasomotor disturbance. Brain. 1934;57:69–84.
  • Kennard MA, Watts JW. The effect of section of the corpus callosum on the motor performance of monkeys. Journal of Nervous and Mental Disease. 1934;79:158–169

RéférencesModifier

  1. « Women on the Yale Medical Faculty and Staff in the 1920s and 1930s · 100 Years of Women at Yale School of Medicine · Online Exhibits@Yale », sur exhibits.library.yale.edu (consulté le 13 mai 2020)
  2. (en) Freberg, L., « Discovering biological psychology », 2nd. Wadsworth Pub Co,‎ , p. 251
  3. (en) Finger, Stanley, « Margaret Kennard on Sparing and Recovery of Function: A Tribute on The 100th anniversary of Her Birth. », Journal of the History of the Neurosciences. Vol. 8, Iss. 3,‎
  4. a et b Maureen Dennis, « Margaret Kennard (1899–1975): Not a ‘Principle’ of Brain Plasticity But a Founding Mother of Developmental Neuropsychology », Cortex; a journal devoted to the study of the nervous system and behavior, vol. 46, no 8,‎ , p. 1043–1059 (ISSN 0010-9452, PMID 20079891, PMCID 2907425, DOI 10.1016/j.cortex.2009.10.008, lire en ligne, consulté le 13 mai 2020)
  5. (en) « APA PsycNet », sur psycnet.apa.org (consulté le 13 mai 2020)
  6. « lire en ligne »

Liens externesModifier