Marche-les-Dames

localité de Belgique

Marche-les-Dames
Marche-les-Dames
L’abbaye Notre-Dame du Vivier
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Namur
Commune Namur
Code postal 5024
Zone téléphonique 081
Démographie
Gentilé Marchois(e)/
Marche-les-Damois(e)
Population 1 030 hab. (02/03/2017)
Densité 149 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 29′ 06″ nord, 4° 57′ 36″ est
Superficie 690 ha = 6,90 km2
Localisation
Localisation de Marche-les-Dames
Localisation de Marche-les-Dames dans la commune de Namur
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Marche-les-Dames
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Marche-les-Dames
Géolocalisation sur la carte : Région wallonne
Voir sur la carte administrative de Région wallonne
City locator 14.svg
Marche-les-Dames
Géolocalisation sur la carte : province de Namur
Voir sur la carte administrative de province de Namur
City locator 14.svg
Marche-les-Dames

Marche-les-Dames (en wallon Måtche-les-Dames) est un village en bord de Meuse (rive gauche) à la sortie de la ville de Namur, en Belgique. Se trouvant à l'embouchure de la Gelbressée le village est aujourd'hui administrativement intégré à la ville et commune de Namur (Région wallonne de Belgique). C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

HistoireModifier

Au XVIIIème siècle, le baron de Barré d'Ouchnée y possède deux affineries, une forge, un macqua ou maka (énorme marteau mû mécaniquement pour étirer le fer en barres de divers calibres). Cette entreprise préfigure les tentatives de concentration industrielle.[1]

Mort d'un roiModifier

Connue pour ses rochers, aiguilles et falaises verticales Marche-les Dames est un lieu fréquenté des alpinistes. C'est au cours de l'ascension de l'une de ces aiguilles que le roi Albert Ier de Belgique trouva la mort le . Une croix à mi-pente indique l'endroit où fut trouvé son corps. Cet accident fut sujet à polémique : certains y virent le signe d'un complot, d'autres, celui d'un assassinat.[réf. nécessaire] Une commémoration pour honorer le Roi-chevalier du front de l'Yser (1916) est perpétuée à la date anniversaire de cette tragédie. Marche-les-Dames est aussi connue pour son camp militaire d'entrainement para-commandos.

PatrimoineModifier

  • Les rochers en bord de Meuse attirent les amateurs d'escalade. Après Freÿr, Marche-Les-Dames est le deuxième site le plus important du pays pour l’escalade[réf. nécessaire]. Ce groupe rocheux, s’étend sur 2,3 km le long de la rive gauche de la Meuse, en aval de Namur. On dénombre neuf rochers, en amont du camp commando, sept sont situés à l’intérieur du camp et sept en aval du camp. Au total, 23 rochers de 20 à 80 mètres de hauteur, qui comportent plus de 400 voies pour la plupart athlétiques, elles se déroulent sur un calcaire dolomitique, très travaillé et criblé de trous.
 
La falaise où le roi Albert I fit une chute mortelle (vue à partir de la rive droite)

Notes et référencesModifier

  1. Jo Gérard, L'épopée des Wallonnes et des Wallons, Braine-l'Alleud, Editions JM Collet, , 368 p. (ISBN 2-87367-055-X), p. 76

BibliographieModifier

  • Guide des Rochers Belges, En aval de Namur, CAB, 1978
  • R. Marchal et A. Robert, Marche-les-Dames (hors camp), 1984.
  • Grimper à Beez, CAB, 1998.
  • J-C Vittoz, Blocs et Falaises de Wallonie 2002 - La Meuse en aval de Namur.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier