Marché central de Pointe-à-Pitre

marché à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)

Le marché central de Pointe-à-Pitre — également appelé marché aux Épices ou marché Saint-Antoine — est un édifice municipal situé dans le quartier historique de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe depuis son érection en 1874.

Marché central de Pointe-à-Pitre
Image dans Infobox.
Vue général du marché
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Style
Architecture métallique
Architecte
Charles Trouillé
Construction
Propriétaire
Commune de Pointe-à-Pitre
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
angle de la rue Frébault et de la rue Peynier
Coordonnées
Localisation sur la carte des Petites Antilles
voir sur la carte des Petites Antilles
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Guadeloupe
voir sur la carte de la Guadeloupe
Red pog.svg

HistoriqueModifier

Le projet de reconstruction de la halle du marché couvert — sur l'ancienne place Royale devenue place de la Liberté[2] — détruite dans l'incendie du , est décidé par le maire de la ville, Alcide Léger[1]. Il est confié, après vote du conseil municipal du , à l'architecte Charles Trouillé qui en conçoit les plans sur le principe, alors à la mode, des halles en fer du type du Pavillon Baltard et supervise la construction des poutrelles métalliques auprès de la Maison Joly d'Argenteuil, en métropole, qui réalise également en parallèle les structures de l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul[1]. La nouvelle halle du marché central couvert de Pointe-à-Pitre est inaugurée le [1] ainsi qu'une fontaine, importée également depuis la Métropole[3]. Au XXe siècle, le marché devient un marché aux épices.

L'édifice, ainsi que la fontaine sur la place, sont classés au titre des monuments historiques le [3], après une inscription en 1990.

ArchitectureModifier

Les structures métalliques, composées de « six fermes cintrées et triangulées », reposent sur des colonnes cylindriques en fonte surmontées de chapiteaux décorés et de ferronneries. Le toit en bois est couvert de tôles ondulées qui remplacèrent les tuiles d'origine[1].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e Notice no IA97100208, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Pointe-à-Pitre : urbanisme et architecture religieuse, publique et militaire XVIIIe-XIXe siècles, vol. 1 des Études du patrimoine de Pointe-à-Pitre, Bruno Kissoun, éditions Jasor, 2008, (ISBN 9782912594709), pp. 143-144.
  3. a et b Notice no PA00105881, base Mérimée, ministère français de la Culture.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internesModifier