Marché Saint-Jacques

Le Marché Saint-Jacques est un marché de Montréal au Québec.

Repas à l'intérieur du marché Saint-Jacques en 1938

HistoriqueModifier

Le premier marché Saint-Jacques de la ville de Montréal est construit en 1872 pour desservir la population grandissante des quartiers Saint-Jacques et Sainte-Marie. Des comptoirs de boucherie occupent l’intérieur du bâtiment, alors que les maraîchers viennent vendre leurs produits à l’extérieur lors de la saison des récoltes. Le marché devient rapidement très populaire et on y ajoute une nouvelle aile en 1889.

Avec la crise économique qui éclate en 1929, de nombreux travailleurs se retrouvent sans emploi. La ville de Montréal et le gouvernement fédéral organisent donc des travaux de chômage. En 1931, le marché Saint-Jacques est entièrement reconstruit, dans un style Art Déco, selon les plans de l’architecte Zotique Trudel.

Le nouveau bâtiment compte trois étages et présente une stature imposante grâce à ses nombreux piliers et à sa fenestration de forme allongée. Les commerçants sont alors installés au rez-de-chaussée, et l’étage supérieur fait place à une grande salle où se réunissent les habitants pour assister à diverses activités, dont des tournois de boxe et de lutte ou encore des assemblées politiques.

Des personnages canadiens-français ou montréalais tels Sir Wilfrid Laurier, Camillien Houde ou encore Jean Drapeau ont fréquenté ce lieu.

 
Cantine du marché Saint-Jacques, 1938.

Après la Deuxième Guerre mondiale, la concurrence des grandes chaînes d’alimentation sonne le glas des marchés publics.

Au début des années 1960, les comptoirs du marché Saint-Jacques cèdent leur place au Service de santé de la ville de Montréal. Plus tard dans les années 1970, ce sont les bureaux de l’aide sociale qui s’y installent. C’est en 1982 que le marché Saint-Jacques retrouve, en partie, une vocation commerciale au rez-de-chaussée et à l’extérieur durant la belle saison. Cette initiative de la Ville témoigne à l’époque d’une volonté d’améliorer la qualité de vie des Montréalais.

Plus récemment, en 2007, la ville accède aux demandes de promoteurs et vend le marché Saint-Jacques au privé pour 2,3 millions de dollars[1]. Le nouveau propriétaire privé doit toutefois conserver la vocation de « marché public » en louant la partie extérieure de l’immeuble à la ville jusqu’en 2022. De plus, le propriétaire est tenu de réserver le rez-de-chaussée du bâtiment à des commerces d’alimentation, ce qui permettra de relancer le développement commercial et économique du secteur.

En , le marché Saint-Jacques devient 100 % privé [2] après que le nouveau propriétaire, les Investissements rue Wolfe, une filière de Rosdev (entreprise appartenant à un leader de la communauté hassidique), a coupé l’accès à l’eau et à l’électricité aux marchands de la Corporation de gestion des marchés publics qui étaient situés à l'extérieur, provoquant ainsi leur départ.

Ainsi débarrassé des marchands, le bâtiment est revendu en pour une somme de 5,665 millions de dollars [3] à une compagnie à numéro appartenant au promoteur Jean-Pierre Houle (les projets Europa) qui souhaite y créer des condos de luxe[4] en modifiant les usages permis par l'arrondissement Ville-Marie, et la hauteur permise au Plan d'urbanisme, en ajoutant des mezzanines sur le toit.

Au début de 2013, le marché reprend vie avec l'implantation de sept commerces d'alimentation.

La chaîne d'alimentation Super C ouvrira le une épicerie à grande surface dans le marché.

RéférencesModifier

Liens externesModifier