Marcelle Devaud

personnalité politique française

Marcelle Devaud
Illustration.
Marcelle Devaud, lors du colloque sur la promotion de la femme face aux responsabilités communales à l'occasion de l'Année internationale des femmes en 1975.
Fonctions
Députée française
Circonscription 36e circonscription de la Seine
Législature Ire
Groupe politique UNR
Conseillère de la République
Réélection 7 novembre 1948
18 mai 1952
Circonscription Seine
Groupe politique RS
Biographie
Nom de naissance Marcelle Simonne Gouguenheim
Date de naissance
Lieu de naissance Constantine (Algérie)
Date de décès (à 100 ans)
Lieu de décès Neuilly-sur-Seine
Nationalité Française
Parti politique RS
UNR
Conjoint Stanislas Devaud

Marcelle Devaud, née Marcelle Gouguenheim le à Constantine (département de Constantine, Algérie) et morte le à Neuilly-sur-Seine[1], est une femme politique française, première femme vice-présidente du Sénat (alors Conseil de la République).

BiographieModifier

Après des études au lycée de jeunes filles de Constantine, Marcelle Gouguenheim passe son baccalauréat à seize ans et commence une licence de philosophie[2]. Elle épouse Stanislas Devaud, professeur agrégé de philosophie. Son mari est élu député de Constantine en 1936, affilié au Parti social français du colonel de La Rocque, et elle est son assistante parlementaire entre 1932 et 1940[3]. En 1940, Stanislas Devaud vote comme la majorité de ses collègues parlementaires les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

En 1936, le couple s'installe à Paris, puis à Clermont-Ferrand en 1940. Il participe à la Résistance et aide pendant l'Occupation des évadés, des résistants, des Juifs ou des réfractaires au STO à échapper à la police.

En 1946, un an après le premier vote des femmes en France, Marcelle Devaud est appelée à être sénatrice au Conseil de la République par le Parti républicain de la liberté[4]. Elle est la première femme vice-présidente du Conseil de la République de 1948 à 1951. Marcelle Devaud est sénatrice de la Seine entre 1946 et 1958 puis députée UNR de la Seine de 1958 à 1962. Elle est vice-présidente du groupe PRL de 1946 à 1952 ainsi que maire de Colombes de 1959 à 1965. Elle est, par ailleurs, membre du Conseil économique et social de 1963 à 1979[5]. Marcelle Devaud est déléguée à la commission de la condition féminine de l'ONU en 1975 et remplace Jeanne Chaton (vice-présidente du CLAF) pour la préparation de la première conférence internationale des femmes à Mexico[2]. Pendant ses douze ans au Sénat, Marcelle Devaud dépose vingt propositions de résolution et vingt-et-une propositions de loi, et est l'auteur de soixante-trois rapports et avis parlementaires[6] ; elle est parvenue à faire adopter une loi sur la sécurité sociale étudiante[7] et s'est battue pour l'égalité salariale hommes-femmes au sein de cette Assemblée. Marcelle Devaud est aussi rapporteur du projet de loi (devenu la loi 60-773 du 30 juillet 1960) « autorisant la lutte contre certains fléaux sociaux », parmi lesquels l'alcoolisme et l'homosexualité[réf. nécessaire].

En 1945, elle fonde avec son amie Irène de Lipkowski l'association « Françaises libres » afin que les femmes s'engagent dans la reconstruction de la France (en préparant les élections législatives et en encourageant les femmes à se porter candidates). Elle est la créatrice du Comité de liaison des associations féminines (CLAF), du Comité d'étude et de liaison du travail féminin (1966) et de l'Association des femmes de l'Europe méridionale (AFEM) en 1995[2].

Marcelle Devaud est favorable à la construction européenne. C'est la seule femme à assister, peu de temps après la guerre, à la première rencontre entre les parlementaires français et allemands[8]

En 1990, sensible au problème posé par le vieillissement de la population et à l'enjeu pour la natalité que représente l'égalité hommes-femmes, Marcelle Devaud participe à la création de l'association Générations[9]. Fondée sur l'initiative d'Olivier Cazeaux, Générations fut une démarche originale consistant à réunir entreprises, syndicats, universitaires et experts dans le but de susciter des innovations pour une harmonisation vie familiale-vie professionnelle. Aux côtés de personnalités fondatrices telles que Évelyne Sullerot, François Ceyrac, Pierre Boisard, Jacques Dupâquier, Gérard-François Dumont, Marcelle Devaud accepta d'être vice-présidente de Générations.

Marcelle Devaud est une fidèle du général de Gaulle.

Elle a eu six enfants et est morte centenaire en septembre 2008.

Ses archives sont déposées en 2008 à l'université d'Angers, au Centre des archives du féminisme (BU Angers)[4].

DécorationsModifier

Elle est promue commandeur de la Légion d'honneur et grand officier de l’ordre national du Mérite en 1997[10].

Notes et référencesModifier

  1. Insee, « Acte de décès de Marcelle Simonne Gouguenheim », sur MatchID
  2. a b et c Victoria Man, Marcelle Devaud : itinéraire d'une femme politique française, entretiens et témoignages, Paris : E. Carvallo, 1997, 154 p.
  3. Sabrina Hubac, « Des femmes aux élections législatives en France de 1945 à 1968 : veuves d'hommes politiques célèbres et femmes d'inéligibles », Parlement[s], Revue d'histoire politique 1/ 2005 (no 3), p. 94-113 Lire en ligne
  4. a et b Inventaire du fonds Devaud au Centre des archives du féminisme (BU Angers)
  5. Véronique Helft-Malz, H. Levy, Paule, Encyclopédie des femmes politiques sous la Ve République, Paris: Éd. Patrick Banon, 1996, 371 p.
  6. « Les femmes et le pouvoir - Marcelle Devaud » en ligne sur le site du Sénat.
  7. Damien Berthilier, « Étudiants mutualistes », Revue Projet 4/ 2008 (n°305), p. 55-57.
  8. Yves Denéchère, « La contribution des Françaises à l'idée d'Europe et à la construction européenne au XXe siècle »Parlement[s], Revue d'histoire politique, 3/ 2007 (n° HS 3), p. 73-85.
  9. Association loi de 1901 ; statuts déposés à la préfecture de Paris en 1990 ; président Olivier Cazeaux.
  10. « Distinction », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).

Article connexeModifier

Liens externesModifier