Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Marcel.
Saint Marcel représenté sur le trumeau du Portail Sainte-Anne de Notre-Dame de Paris, sculpture du XIXe siècle de Geoffroy-Dechaume d'après la sculpture originale (sans tête) conservée au musée de Cluny.

Saint Marcel fut le neuvième évêque de Paris.

Sommaire

BiographieModifier

Saint Marcel est né à Paris, sur l'Île de la Cité, dans une humble famille vivant près du Petit-Pont. Neuvième évêque de Paris, il présida le concile de Paris en 360-361[1], reconnaissant le concile de Nicée de 325.

Il patronna Sainte Geneviève, future patronne de Paris. On a représenté sa vie au Moyen Âge sur le tympan de la Porte rouge de la cathédrale Notre-Dame.

Il mourut en novembre 436 sous le règne de l'empereur romain Théodose II.

La légende de Saint MarcelModifier

Le vie de saint Marcel a été contée par Venance Fortunat.

Faute d'être mort en martyr, Saint Marcel fut canonisé par le prodige qu'il aurait accompli, à l'origine de la légende de Saint Marcel : il aurait en effet vaincu un dragon terrorisant Paris et y dévorant les filles de mauvaise vie, par un seul coup de sa crosse.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Venantius Honorius Clementianus Fortunatus, Vita Sancti Marcelli édition Bruno Krusch (Monumenta Germaniae Historica, Auctores Antiquissimi, 4.2), Berlin, 1885, p. 49-54
  • Venantius Honorius Clementianus Fortunatus, Vita Marcelli ep. Parisiensis (BHL 5248), Brepols publishers (Monumenta Germaniae Historica), 2010
  • Jacques Le Goff, « Culture ecclésiastique et culture folklorique au Moyen Âge, saint Marcel de Paris et le dragon », dans L. De Rosa éditeur, Ricerche storiche ed economiche in memoria di Corrado Barbagallo, E.S.I., Naples, 1970, tome 2, p. 51-90
  • Jean-Charles Picard, « II était une fois un évêque de Paris appelé Marcel », dans Évêques, saints et cités en Italie et en Gaule. Études d’archéologie et d’histoire, Publications de l'École française de Rome, no 242, p. 385-397 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier