Ouvrir le menu principal

Marcel Lattès

compositeur d'opérettes et de musiques de film, et chef d'orchestre
(Redirigé depuis Marcel Lattes)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lattès.
Marcel Lattès
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement
Instrument

Marcel Lattès est un compositeur et pianiste français, né Marcel Moïse Alfred Lattès à Nice (Alpes-Maritimes) le , mort en déportation au camp de concentration d'Auschwitz (Pologne, alors en Allemagne nazie) le [1].

Sommaire

BiographieModifier

Élève de Louis Diémer et de Charles-Marie Widor, 1er prix de piano au Conservatoire de Paris en 1906, ami d'André Messager, Marcel Lattès est l'auteur, entre 1908 et 1935, des musiques de plusieurs œuvres lyriques, majoritairement des opérettes — trois d'entre elles en collaboration avec le parolier et librettiste Albert Willemetz.

Au cinéma, on lui doit les musiques d'une trentaine de films (français principalement), de 1929 à 1941, notamment des films musicaux, dont trois mettant en vedette le chanteur Carlos Gardel et tournés en langue espagnole. Il compose notamment pour G. W. Pabst (Du haut en bas, 1933), Abel Gance (Lucrèce Borgia, 1935), Maurice Tourneur (Avec le sourire, 1936) et Marcel L'Herbier (Entente cordiale, 1939).

Pendant la Première Guerre mondiale, il sert dans les Ambulances russes[2], dirigées par le colonel Dimitri d'Osnobichine.

En tant que Juif, il est arrêté en décembre 1941 lors de la rafle dite « des notables » et interné pendant plusieurs mois au camp de Compiègne puis à celui de Drancy. Libéré grâce à l'intervention de Sacha Guitry auprès des autorités allemandes, il bénéficie d'une exemption provisoire de port de l'étoile jaune de mai à septembre 1943, et il est même autorisé à composer pour le cinéma et le théâtre en dérogation à la loi dite « second statut des Juifs »[3]. De nouveau arrêté et interné à Drancy le , il est finalement déporté par le convoi no 64 du à Auschwitz où il meurt le , selon toute vraisemblance gazé dès son arrivée.

Filmographie complèteModifier

Œuvres lyriquesModifier

Opérettes, créées à Paris, sauf mention contraire

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

NotesModifier

  1. L'acte de transcription de décès no 150 du 17 février 1947 de Marcel Lattès (registre des décès du 9e arrondissement de Paris, sur le site des archives de Paris) comporte les mentions marginales officielles suivantes :
  2. Collectif, sous la direction de Cécile Pichon-Bonin et Alexandre Sumpf, Alexandre Zinoviev : Un peintre russe sur le front français (1914-1918), Editions Gallimard, coll. « Alternatives - Historial de la Grande Guerre », , 128 p. (ISBN 9782072721687, lire en ligne), p. 43.
  3. Benoît Duteurtre, La Mort de Fernand Ochsé, Paris, Fayard, , 295 p. (ISBN 978-2-213-62999-5, présentation en ligne, lire en ligne), chap. 3 (« Les jours sans... »).
  4. Comoedia, 22 juin 1912 disponible sur Gallica
  5. 28/12/1910 apparaît par erreur comme date de création dans l’ouvrage de référence « Théâtre de l’Opéra-Comique Paris Répertoire 1762-1972 ». C'est en fait la pièce de théâtre d'André Rivoire qui avait été jouée à cette occasion et non la partition sur un livret du même auteur.
  6. Maurice Leblanc était l'oncle de Marcel Lattès.