Ouvrir le menu principal
Marcel Fabre
Description de cette image, également commentée ci-après
Marcel Fabre en 1910
Nom de naissance Marcel Fernández Peréz
Surnom Robinet
Naissance [1],[2]
Madrid
Nationalité Drapeau de l'Espagne Espagne
Décès [1]
États-Unis
Profession acteur, scénariste, réalisateur
Films notables Les aventures extraordinaires de Saturnin Farandoul (it)

Marcel Fabre, nom de scène de Marcel Fernández Peréz, né en à Madrid (Espagne) et mort fin aux États-Unis[1], est un acteur, scénariste et réalisateur espagnol.

Sommaire

BiographieModifier

JeunesseModifier

Marcel Fernández Peréz est né à Madrid en 1885. Il passe la majorité de son enfance à Paris[3], et y commence très tôt une carrière d’acrobate et de clown dans des cirques. Il joue également au théâtre, dans des vaudevilles. Au début des années 1900, il commence à jouer dans des films produits par les sociétés Pathé, Éclipse, et Éclair[1].

Robinet chauffeur myope (1914)

Carrière en ItalieModifier

En 1910, le producteur italien Arturo Ambrosio le découvre à Paris[4], et le recrute dans sa toute jeune compagnie turinoise Ambrosio pour concurrencer André Deed, un acteur comique au succès international qui jouait dans des films produits par Itala Film, une société de production concurrente[5]. À l’époque, les films comiques européens rencontraient un grand succès, et étaient désormais construits autour de la performance d’un acteur principal[6], par opposition au format exclusivement basé sur de petites blagues ou incidents comiques qui caractérisaient les premiers films comiques. André Deed était l’un de ces premiers acteurs comiques, tout comme Charles Prince, Max Linder, ou encore Ferdinand Guillaume[7]. Fabre réalise et joue dans ses propres films le personnage de Robinet, crédité sous le nom de Marcel Fabre[8]. La série rencontre tout de suite un grand succès[4], et il est rejoint en 1911 par l’actrice italienne Nilde Baracchi, pour laquelle est créé Robinette[8], la femme de Robinet[9]. Fabre réalise plus de 150 films autour de Robinet de 1910 à 1915[1],[10], et devient tellement synonyme de son personnage qu’il prend Robinet comme nom de scène par la suite.

Marcel Fabre réalise également des films hors de la série des Robinet, comme Les aventures extraordinaires de Saturnin Farandoul (it), une adaptation du roman homonyme d’Albert Robida co-réalisée avec Luigi Maggi[11] en 1913, dans lequel il joue le rôle de Saturnin Farandoul[9]. En 1916, il réalise Amor pedestre (it), un court-métrage dans lequel on ne voit que les pieds des protagonistes[12].

Carrière aux États-UnisModifier

En 1915, après le début de la Première Guerre mondiale, il déménage aux États-Unis[8], à Hollywood[9], accompagné de Nilde Baracchi. Dès , il co-réalise A Day at Midland Beach avec Allen Curtis, film distribué par Universal Pictures. Il signe ensuite chez Vim sous le pseudonyme Bungles. Il ne tourne finalement que quatre courts-métrages pour la société, avec Elsie MacLeod et Oliver Hardy. Son apparence physique est différente dans ces films par rapport aux Robinet : on l’y voit avec une grosse moustache et des sourcils touffus. Perez était conscient des différences entre les goûts américains et européens, et ce changement est peut-être dû au fait que tous les personnages populaires de Mack Sennett de l’époque avaient cette apparence. Les critiques de l’époque furent favorables, mais il ne reste aujourd’hui plus aucune copie de ces films[1].

Après avoir quitté Vim, Perez abandonne sa moustache touffue et rejoint Eagle Film Company, où il reprend son personnage de Robinet, traduit en Tweedle-dum. Nilde Baracchi retrouve également son rôle sous le nom de Tweedledee. La série de onze films, dont seulement trois ont été préservés jusqu’à nos jours, rencontre un grand succès. Perez l’arrête en 1916, mais les films sont distribués jusqu’en 1917. En 1918 et 1919, il joue dans une série de comédies produites par William A. Seiter chez Jester Comedy Company, tournées à Cliffside Park. Seiter et Perez changent le nom du personnage en Tweedy-Dan, et Nilde Baracchi est désormais créditée sous le nom de Nilde Babette. Les critiques favorables et le succès de la série poussent Seiter à tenter une autre série en ajoutant Jimmy Aubrey et Pearl Sheppard à la distribution, mais le succès n’est pas aussi bon qu’attendu et Perez incarne de nouveau Twede-Dan à l’écran jusqu’à la fin de 1919. Les films sont distribués jusqu’en 1920, et pendant ce temps Perez abandonne les séries de courts-métrages pour réaliser deux longs métrages avec Rubye De Remer, The Way Women Love et Luxury, tous deux produits par Seiter. Perez est crédité comme Marcel Perez, au lieu du nom de scène qu’il utilisait jusqu’alors, Marcel Fabre[1].

En 1919, Nilde Baracchi retourne en Italie où elle continue à jouer dans des films. Perez se marie avec l’actrice Dorothy Earle, qui reprend le rôle de Tweedledee[2].

Robinet aviateur

En , Perez rejoint la société Reelcraft, pour laquelle il continue sa série de courts-métrages autour de Tweedy-Dan, raccourci en Tweedy. La série est désormais nommée Mirth Comedies, et fait l’objet d’au moins neuf films avant que la société ne fasse faillite et soit rachetée. Au printemps 1922, Perez commence à travailler avec le producteur F. M. Sanford dans le but de faire une série de huit westerns avec Pete Morrison et un nouvel ensemble de douze comédies atour de Tweedy. Aucune des séries n’est finalement menée à son terme, Perez se blessant à la jambe lors d’un tournage. Il tombe par inadvertance sur un râteau, et l’une des dents perfore un os de sa jambe, causant son amputation[1].

Marcel Perez reprend sa carrière en 1925 en réalisant deux films produits par Joe Rock. Il entame ensuite une série de films comiques avec Alyce Ardell[13], dans lesquels un comédien différent joue avec Ardell à chaque fois, notamment Slim Summerville, Neely Edwards, et Joe Rock lui-même. Perez continue à tourner des films avec Joe Rock jusqu’en , puis est hospitalisé et meurt à la fin de l’année[1],[2].

PostéritéModifier

Marcel Fabre connut un grand succès de son vivant mais mourut dans l’oubli, et n’est presque pas connu de nos jours. D’après Steve Massa, auteur d’un livre sur Marcel Fabre, la principale raison est la rareté des copies de ses films. Fabre a beaucoup tourné pour de petites sociétés de production qui n’ont pas survécu très longtemps, et rares sont les copies qui ont été conservées jusqu’à nos jours. Une autre raison qui pourrait avoir contribué au fait qu’il soit tombé dans l’oubli est qu’il a souvent changé de nom, aussi bien pour lui-même que pour ses personnages. D’abord crédité comme « Marcel Fabre » en Italie, il change en faveur de « Marcel Perez » aux États, Unis, voire parfois « Fernandez Perez » ou « Marcel F ». Son personnage de Robinet s’est parfois appelé Bungle, Tweedledum, Tweedy-Dan, ou encore Tweedy. Ces changements ont pu perdre les historiens, qui ne se sont pas rendu compte que tous ces noms ne désignaient qu’une seule et même personne[1].

FilmographieModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Les aventures extraordinaires de Saturnin Farandoul

ActeurModifier

Courts-métragesModifier

Années 1907-1921Modifier

1907

1910

1911

1912

1913

1914

1915

1916

1918

1919

1921

Après 1921Modifier

Longs métragesModifier

RéalisateurModifier

Courts-métragesModifier

Années 1910-1921Modifier

1910

1911

  • Robinet entre deux feux (Robinet tra due fuochi)
  • Robinet innamorato di una chanteuse
  • Una avventura di Robinet

1912

  • Robinet et Bobillard se battent en duel (Robinet e Butalin duellanti)
  • Robinet tenore
  • Robinet sbaglia piano
  • Robinet studia matematica
  • Robinet commesso viaggiatore
  • Robinet operatore
  • Robinet in vacanza
  • Robinet fait le tour de France (Robinet fa il giro d'Italia in bicicletta)
  • Robinet si allena per il giro d'Italia
  • Robinet faux cow-boy (Robinet falso cow-boy)
  • Robinet troppo amato da sua moglie
  • Robinet guida per amore
  • Robinet Alpino
  • Robinet scioperante
  • Robinet anarchico
  • Robinet padre e figlio

1913

  • Robinet veut travailler (Robinet vuol lavorare)
  • Fricot cantastorie
  • Robinet ama la fioraia
  • Robinet, Robinette
  • Robinet guardia ciclista
  • Robinet attaccato alla sella
  • Robinet reporter
  • Robinet cocher (Robinet cocchiere)
  • Robinet vuol sposare una dote

1914

  • Amor Pedestre
  • Robinet fotografo
  • Un qui pro quo di Scherlif Holhenfus
  • L'amore diede forza a Robinet
  • Duetto in quattro
  • Il cavallo fedele
  • La donna economa
  • La trovata di Robinet
  • L'energia di Fricot
  • Robinet chauffeur miope
  • Robinet ha il torcicollo
  • Robinet ha il tipo americano
  • Robinet è geloso
  • Robinet perde e guadagna
  • Robinet non vuol saperne
  • Il bastone di Robinet
  • Robinet cerca l'ideale
  • Robinet ha del carattere
  • Robinet ama disinteressatamente
  • Robinet alla caccia alla volpe
  • Come Robinet divenne comico

1915

  • A Day at Midland Beach, co-réalisé avec Allen Curtis (crédité comme Manuel Fernández Pérez)
  • Il paletot a martingala di Robinet
  • Robinet angelo custode
  • Jack Forbes contro Robinet
  • Robinet detective amateur
  • Robinet e il conto del pranzo
  • La cambiale di Robinet
  • Robinette vuol farla a Robinet
  • Robinet torna a Robinette
  • Quando Robinet ama
  • Robinet muore per amore
  • Concorrenza spietata
  • Robinet pescatore

1916

  • The Near-Sighted Auto-Pedist
  • The Burlesque Show
  • Somewhere in Mexico
  • A Short Sighted Crime
  • A Bath Tub Elopement
  • Lend Me Your Wife
  • A Lucky Tramp
  • A Scrambled Honeymoon
  • A Busy Night
  • Some Hero
  • Tweedledum Torpedoed by Cupid
  • Bungles Lands a Job, coréalisé avec Oliver Hardy et Will Louis (crédité comme Fernandea Perez)
  • Bungles' Elopement (crédité comme Fernandea Perez)
  • Bungles Enforces the Law (crédité comme Fernandea Perez)
  • Bungles' Rainy Day (crédité comme Fernandea Perez)

1918

  • He Wins
  • It's a Great Life

1919

  • Almost Married
  • A Mexican Mix-Up
  • Business Without Pleasure
  • Can You Beat It?
  • Chickens in Turkey
  • Framed Up
  • Gee Whiz!
  • In the Swim
  • In the Wild West
  • Peace and Riot
  • She-Me
  • The Tenderfoot
  • The Wisest Fool
  • You're Next

1921

Après 1921Modifier

Longs métragesModifier

ScénaristeModifier

Courts métragesModifier

  • 1918 : The Recruit, coécrit avec William A. Seiter
  • 1918 : He Wins de lui-même
  • 1918 : Camouflage de William A. Seiter
  • 1918 : It's a Great Life de lui-même
  • 1918 : The Wrong Flat
  • 1918 : His Golden Romance, coécrit avec Cortland Van Deusen
  • 1919 : Almost Married de lui-même
  • 1919 : Business Without Pleasure de lui-même
  • 1919 : Can You Beat It? de lui-même
  • 1919 : Chickens in Turkey de lui-même
  • 1919 : Framed Up de lui-même
  • 1919 : Gee Whiz! de lui-même
  • 1919 : In the Swim de lui-même
  • 1919 : In the Wild West de lui-même
  • 1919 : Peace and Riot de lui-même, coécrit avec Aubrey M. Kennedy
  • 1919 : She-Me de lui-même
  • 1919 : The Tenderfoot de lui-même
  • 1919 : The Wisest Fool de lui-même
  • 1919 : You're Next de lui-même

Longs métragesModifier

  • 1920 : The Way Women Love de lui-même
  • 1922 : The Better Man Wins de lui-même et Frank S. Mattison
  • 1927 : Pioneers of the West de lui-même
  • 1927 : Out All Night de William A. Seiter

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i et j (en) Steve Massa, « Tweedy’s Tangled Tale », Slapstick!, no 6,‎ , p. 5-9 (lire en ligne)
  2. a b et c (en) « What’s in a name? The case of Tweedledum Studies Mathematics », (consulté le 3 septembre 2018)
  3. (en) Oma Moody Lawrence, « Tweedledum And Tweedledee », Slapstick!, no 6,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  4. a et b (en) Claudia Gianetto et Giorgio Bertellini, « The Giant Ambrosio, or Italy's Most Prolific Silent Film Company. », Film History, vol. 12, no 3,‎ , p. 240–249 (lire en ligne)
  5. (en) Geoffrey Nowell-Smith, The Oxford History of World Cinema, , 848 p.
  6. Thierry Lefebvre, « 1913 : année comique ? », 1895 « L'année 1913 en France »,‎ , p. 290-295
  7. (en) Paul F. Etcheverry, « On DVD soon: Marcel "Tweedy" Perez, volume 2 », (consulté le 7 septembre 2018)
  8. a b et c Jean A. Gili, La Comédie italienne, Henri Veyrier, , 202 p. (ISBN 2-85199-309-7), p. 17
  9. a b et c (en) Janne Wass, « The Extraordinary Adventures of Saturnino Farandola », (consulté le 4 septembre 2018)
  10. (en) Gino Moliterno, The A to Z of Italian Cinema, , 447 p. (ISBN 978-0-8108-6896-0), p. 7
  11. Daniel Compère, « Jules Verne: bilan d'un anniversaire », Romantisme, vol. 2006/1, no 131,‎ , p. 87-97 (DOI 10.3917/rom.131.0087, lire en ligne)
  12. Jean A. Gili, La Comédie italienne, Henri Veyrier, , 202 p. (ISBN 2-85199-309-7), p. 23
  13. (en) John Connolly, he: A Novel, Bad Dog Books Limited,
  14. (en) « Police in the Year 2000 », sur scifist.net, (consulté le 9 septembre 2018)

Voir aussiModifier