Marc Soriano

écrivain français

Marc Soriano, né au Caire en 1918 et mort à Paris en 1994, est un philosophe français.

BiographieModifier

Après la mort de son père, sa famille va vivre en Italie. Soriano se retrouve à Pise entre 1921 et 1927, puis vient vivre à Paris. Élève au lycée Condorcet à Paris, il en est le seul khâgneux reçu à l'École normale supérieure en 1939[1]. Mobilisé cette même année puis blessé en avril 1940, il entre dans la Résistance en 1942. Il est reçu premier à la session spéciale de décembre du concours de l'agrégation de philosophie de 1945[2]. Il suit, un moment, les séminaires de Pierre-Maxime Schuhl à la Sorbonne, et travaille ensuite à Genève avec Jean Piaget.

À la fin des années 1940, il est professeur en classes préparatoires au lycée Thiers de Marseille, où il a comme élèves Roger Duchêne et Pierre Vidal-Naquet, et comme collègue Jean Deprun[3]. Son adhésion au stalinisme fait naître des tensions avec ses étudiants[3].

Marc Soriano est spécialiste des contes, en particulier ceux de Perrault (il leur a consacré sa thèse), qu'il analyse à la lumière de la psychanalyse. Il a lui-même écrit des contes pour les enfants. Il a également étudié l'importance du calembour dans l'œuvre de Jules Verne. En fin de carrière, il enseigne aux universités de Paris-VII, Yale, Stanford et Berkeley[1].

Souffrant de myasthénie depuis 1978, maladie qui lui avait fait perdre l'usage de la parole[4], il meurt le . Il était le frère de la violoniste Denise Soriano-Boucherit.

ŒuvresModifier

  • L'enclume ou le marteau, Flammarion, 1952.[5]
  • Le Colonel introuvable, Hachette, Coll. « Bibliothèque verte », 1962.
  • L'Homme du vendredi, Hachette, Coll. « Bibliothèque verte », 1963.
  • Le Mystère de la cigogne jaune, Hachette, Coll. « Bibliothèque verte », 1965.
  • Les « Contes » de Perrault : culture savante et traditions populaires, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », , 525 p. (présentation en ligne).
    Édition revue et corrigée : Les contes de Perrault : culture savante et traditions populaires, Paris, Gallimard, coll. « Tel » (no 22), , XXX-525 p. (ISBN 2-07-029794-2).
  • Portrait de l'artiste jeune, suivi des quatre premiers textes publiés de Jules Verne. Postface de Ray Bradbury. Gallimard, 1978.
  • La Semaine de la comète. Rapport secret sur l'enfance et la jeunesse au XIXe siècle, Stock, 1981.
  • Guide de la littérature pour la jeunesse, Flammarion, 1975
  • Les Secrets du violon. Souvenirs de Jules Boucherit (1877-1962), Paris, Editions des Cendres, 1993.
  • Jules Verne, le cas Verne, Julliard, « Coll. Les Vivants - Biographie », 1978 (ISBN 2260001165)
  • Le testamour ou Remèdes à la mélancolie, Flammarion (Paris), 1992.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Pierre Albertini, « Les juifs du lycée Condorcet dans la tourmente », Vingtième Siècle,‎ 2006/4 (n° 92) (lire en ligne)
  2. « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 | Ressources numériques en histoire de l'éducation », sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr (consulté le )
  3. a et b Correspondances : mélanges offerts à Roger Duchêne : études, Gunter Narr Verlag, , 545 p. (ISBN 978-3-8233-4603-6, lire en ligne)
  4. « Décès de Marc Soriano », L'Humanité, .
  5. Jean Lacroix, « L'enclume ou le marteau », sur lemonde.fr, (consulté le )

Liens externesModifier