Marc Bonnehée

baryton à l'Opéra de Paris

Marc Bonnehée () est un baryton français de l'Opéra de Paris (1853-1864) et de l'Opéra de Toulouse.

Marc Bonnehée
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 57 ans)
PassyVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Tessiture
Maître
Distinctions
Sépulture de Marc BONNEHÉE - Cimetière Montmartre.JPG
Vue de la sépulture.

BiographieModifier

Bonnehée est né à Moumour (Basses-Pyrénées). Il étudie le chant à Toulouse, puis au Conservatoire de Paris, où son professeur est le ténor Alphonse Révial[1]. En 1853, il  remporte le deuxième prix d'opéra comique du conservatoire et les premiers prix de chant et de grand opéra[2],[3].

Il fait ses débuts à l'Opéra de Paris, le , dans le rôle d'Alphonse, dans La Favorite de Donizetti . En 1854, il prend part avec Gustave-Hippolyte Roger et Sophie Cruvelli à la reprise de La Vestale de Gaspare Spontini[4].

Parmi les rôles que Bonnehée a créée, il y a Guy de Montfort, dans Les Vêpres siciliennes de Verdi (1855) où il obtient un grand succès entre Louis-Henri Obin et Louis Gueymard ; le duc de Palma dans La Rose de Florence de Emanuele Biletta (1856)[note 1], Stello dans La Magicienne (en) (1858) et Julien dans Pierre de Médicis (1860)[5],[6].

Il a également chanté le rôle du comte de Luna dans Le Trouvère de Verdi ()[7]. D'autres rôles sont marquants dans son répertoire comme le rôle-titre de Guillaume Tell, Henri Asthon dans Lucie de Lammermoor[8],[9], Cinna dans La Vestale, et Lusignan dans La Reine de Chypre[10].

En 1865, Bonnehée apparaît avec succès à Madrid, et en , il est engagé par l'Opéra de Toulouse.

Après son départ à la retraite en 1873, il enseigne le chant à Passy[11]. Il devient professeur de chant au Conservatoire de Paris, le , où il succède à Gustave-Hippolyte Roger.

Il est nommé officier d'Académie en 1882[12].

Il est mort, 45 rue Decamps, le [4],[13], à l'âge de 57 ans et repose au cimetière de Montmartre.

Décorations françaisesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Gustave Vapereau, Bonnehée, Marc, Dictionnaire universel des contemporains (4e édition) Vol. 1, p. 236. Hachette et Cie (1870)
  2. « Concours de musique et de déclamation », Le Ménestrel,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  3. Le Conservatoire national de musique et de déclamation. Documents historiques et administratifs, Paris: Imprimerie National, 1900, p. 703.
  4. a et b « Courrier des Théatres », Le Figaro,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  5. « Pierre de Médecis », Petit guide dans les théâtres,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  6. Théodore Lajarte, Bibliothèque musicale du Théâtre de l'opéra, Catalogue historique, chronologique, anecdotique, volume 2 (1793-1876), Librairie des bibliophiles, 1876, p. 228
  7. Théodore Lajarte, Bibliothèque musicale du Théâtre de l'opéra, Catalogue historique, chronologique, anecdotique, volume 2 (1793-1876), Librairie des bibliophiles, 1876, p. 222.
  8. « Panorama de Paris - Théâtres », Le Mercure parisien,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  9. Lucie de Lammermoor : grand opéra en 4 actes sur le archive.org
  10. Kutsch & Riemens 2003, p. 499.
  11. Springer, Christian (2013).
  12. Le Conservatoire national de musique et de déclamation. Documents historiques et administratifs. Paris: Imprimerie National, p. 438.
  13. Acte état-civil no 204, Paris 16e.

SourcesModifier

  • Kutsch, K. J.; Riemens, Leo (2003). Grosses Sängerlexikon (quatrième édition, en allemand). Munich, K. G. Saur. (ISBN 978-3-598-11598-1).
  • Théodore Lajarte, Bibliothèque musicale du Théâtre de l'opéra, Catalogue historique, chronologique, anecdotique, volume 2 (1793-1876), Librairie des bibliophiles, (présentation en ligne)
  • Constant Pierre, Le Conservatoire national de musique et de déclamation, Imprimerie nationale, , 1031 p. (présentation en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :