Marange-Zondrange

commune française du département de la Moselle

Marange-Zondrange
Marange-Zondrange
Église Saint-Martin de Marange.
Blason de Marange-Zondrange
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Forbach-Boulay-Moselle
Intercommunalité Communauté de communes du District urbain de Faulquemont
Maire
Mandat
Gérard Schwarz
2020-2026
Code postal 57690
Code commune 57444
Démographie
Gentilé Marangeois-Zondrangeois
Population
municipale
346 hab. (2018 en augmentation de 9,15 % par rapport à 2013)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 44″ nord, 6° 32′ 18″ est
Altitude Min. 239 m
Max. 374 m
Superficie 8,28 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Metz
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Faulquemont
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Marange-Zondrange
Géolocalisation sur la carte : Moselle
Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Marange-Zondrange
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marange-Zondrange
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marange-Zondrange

Marange-Zondrange est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-Est, en région Grand Est.

GéographieModifier

La commune comprend le chef-lieu Marange, le village de Zondrange et la ferme de Henning. Le territoire de Marange-Zondrange présente un relief vallonné caractéristique des pays de la Nied, avec deux cours d'eau (Perdsbach à Marange, Hesselterbach à Zondrange), et deux forêts. Le village de Marange est implanté en fond de vallée. Le noyau originel du village est formé par une vaste place centrale au milieu de laquelle coule le ruisseau, et qui était autrefois presque totalement fermée par des maisons mitoyennes. L'église, le cimetière et l'ancienne métairie de l'abbaye de Longeville qui lui faisait face (très fortement transformée et partiellement démolie) occupent le flanc de coteau regardant le Sud. Le village de Zondrange est un village-rue de typologie lorraine s'étendant sur la rive droite d'un petit ruisseau. La partie supérieure du village est complétée par une seconde rue faisant le tour de la chapelle. La ferme de Henning est établie sur un plateau entre les villages de Zondrange, Brouck et Narbéfontaine.

Communes limitrophes de Marange-Zondrange
Brouck Narbéfontaine
Bionville-sur-Nied   Hallering
Fouligny Haute-Vigneulles

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Marange-Zondrange est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Metz, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 245 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (89,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (57,5 %), prairies (29,8 %), forêts (7,3 %), zones urbanisées (3,2 %), zones agricoles hétérogènes (2,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

ToponymieModifier

  • En francique Lorrain : Mëringen-Sonneringen. En allemand: Möhringen-Zondringen (1871-1918).
  • Marange : Meringa (1121), Mairinga (1121), Mairinge (1127), Maringes (1130), Meringa (1180), Memringa et Meinringa (1356), Meiringen (XVIe siècle), Meneringa et Moneringa (1544), Meringen (1594), Mering (1606), Merange (1681), Maringen (XVIIIe siècle), Madrange (1793). En allemand : Märing[8].
  • Zondrange : Suringa (1285), Soudereinga et Sunderdinga (1356), Sonderingen (1451), Zondringa (1530), Sonderingen (XVIIe siècle), Sonderange (XVIIIe siècle), Sondrange (1702), Soudrange (1801). En allemand : Sunneringen[8].
  • Henning : Hennin (XVIIIe siècle), Héning[8]. En allemand : Henningen[8].

HistoireModifier

Marange est un ancien domaine de l'abbaye Saint-Martin-de-Glandières, terre lorraine jusqu'en 1766 puis française lors du rattachement du duché à la France à cette date.
Zondrange, faisait partie dans un premier temps pour moitié des possessions lorraines de l'abbaye de Longeville, et pour moitié de la seigneurie de Raville, rattaché au duché de Luxembourg. Henning, fief lorrain, avait été concédé dès le XVIe siècle aux Navier, famille au service des ducs de Lorraine. Par cette concession, Etienne de Navier fut créé baron, et la famille prit le nom francisé de Hennin, avant d'être élevée à la dignité de comte au XVIIIe siècle. Les Hennin étaient en effet devenus de puissants seigneurs locaux, et avaient élu domicile dans le plus bel hôtel de la ville de Saint-Avold (actuel hôtel de ville). François de Hennin fut inhumé dans le chœur de l'église de Marange. La paroisse de Marange, très ancienne, étend sa juridiction sur la commune voisine, Hallering. Du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, elle comprenait également le village de Fouligny, qui retrouva son indépendance paroissiale après la Révolution. Au XIXe siècle, la paroisse de Marange-Zondrange-Hallering compta jusqu'à près de 800 habitants, entraînant la nécessité d'agrandir considérablement l'église Saint-Martin[9].

HéraldiqueModifier

  Blason
De gueules aux vaisseaux à trois mâts d'argent, les voiles chargées chacune d'une croix de Lorraine de gueules, voguant sur une mer d'azur.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 En cours Gérard Schwarz aucun  
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2018, la commune comptait 346 habitants[Note 3], en augmentation de 9,15 % par rapport à 2013 (Moselle : −0,32 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
296281271330430429413400418
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
389366361363346305307318266
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
262259273215218218221191230
1990 1999 2006 2011 2016 2018 - - -
279279297319338346---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Édifices civilsModifier

  • Ferme de Henning, ancien domaine du baron François de Hennin. La maison seigneuriale date de la fin du XVIIe siècle, tandis que le corps de ferme a été reconstruit au XIXe siècle.
  • Calvaire monumental de 1946, restauré en 2010.
  • Croix du Choléra, face à l'église, datant de 1832 et restaurée en 2008.

Édifices religieuxModifier

 
Chapelle Saint-Sébastien, de Zondrange.
  • Église paroissiale Saint-Martin : clocher roman du XIIe siècle, nef de 1730 agrandie en 1851, chœur de 1851.
    • L'église abrite un orgue de tribune construit par Joseph Géant en 1866-1867 et classé monument historique depuis 2003. Cet instrument exceptionnel est à ce jour l'instrument le plus authentique et le mieux conservé de ce facteur en ce qui concerne la partie instrumentale, toujours à traction mécanique. L'orgue, muet depuis 1966, a fait l'objet d'une restauration respectueuse de son état d'origine, de 2011 à 2013, date à laquelle ce travail a été inauguré. Le magnifique buffet néo-baroque à trois tourelles est inspiré de la production des facteurs mosellans Verschneider, et est l'œuvre des ateliers Rouff[14], d'où sont sortis de nombreux buffets Verschneider. Lors des travaux de restauration, l'instrument, resté inachevé lors de sa construction, a été terminé en complétant le second clavier, portant ainsi le nombre de jeux à 20.
    • Le maître-autel de style néo-Renaissance, dessiné par l'architecte messin Jacquemin, est réalisé en marbre et pierre de taille en 1876.
  • Chapelle Saint-Sébastien, à Zondrange, construite en 1965 par l'architecte Charles Sommermatter en remplacement d'un édifice du XIXe siècle qui conservait des éléments plus anciens.
  • Presbytère de 1731. Belle et grande façade lorraine traditionnelle, malheureusement fortement dénaturée depuis le début des années 2000.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Dominique Doyen, maire de Marange-Zondrange. Enterré dans l'allée de l'église de Marange le .
  • Simon Waris, curé de Marange-Zondrange-Hallering de 1815 à 1871, bienfaiteur de ces villages par la construction de plusieurs écoles, musicien, auteur et compositeur de chants religieux, auteur du roman Le Curé de Marange écrit en 1858 sous le pseudonyme d'Achille Simon[9].

DialecteModifier

  • Marange-Zondrange est située sur la frontière linguistique mosellane. La culture et la langue francique y sont encore présents, bien qu'un recul soit observable parmi les locuteurs du Platt.

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Metz », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a b c et d Bouteiller - Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle, rédigé en 1868.
  9. a et b Alexandre Burtard, Les Mémoires de nos trois clochers, Marange-Zondrange-Hallering et l'ancien château de Henning, chez l'auteur, 2004, 430 p.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Archives paroissiales de Marange-Zondrange-Hallering, registres des délibérations du conseil de fabrique et registres des comptes.