Ouvrir le menu principal

Marais de Rochefort
Image illustrative de l’article Marais de Rochefort

Pays France
Région française Nouvelle-Aquitaine
Département français Charente-Maritime
Villes principales YvesMuronGenouilléTonnay-CharenteBallonRochefort
Superficie approximative 13,6 km2

Le marais de Rochefort est un marais littoral d'origine entièrement maritime, situé dans le centre-ouest du département de la Charente-Maritime.

Avec une surface totale de 13 600 hectares, il jouxte le marais de la Petite Flandre ainsi que le marais de Fouras et le marais d'Yves.

Ce vaste marais fait entièrement partie du pays Rochefortais et a de tout temps appartenu à l'ancienne province de l'Aunis.

Sommaire

Caractéristiques géographiquesModifier

Le marais de Rochefort prolonge à l'ouest le marais de la Petite Flandre. Ces marais résultent du comblement du littoral méridional du Golfe des Santons, dont ne subsiste que la baie de l'Aiguillon.

Le marais de Rochefort se distingue de celui de la Petite Flandre en ce qu'il est d'origine maritime. Cependant, comme celui-ci, il est formé d'anciennes îles calcaires qui n'ont de noms que leurs toponymes (îles de Voutron, d'Yves et de Flay dans la commune d'Yves, les îles d'Agère dans la commune de Ballon), anciennes îles de Rochefort et de Fouras et actuelle île d'Aix. Des vestiges de falaises érodées apparaissent encore à Voutron et rappellent l'ancien rivage. De petits cordons littoraux ferment cet ancien golfe et ont permis l'édification de la route nationale reliant Rochefort à La Rochelle et, au XIXe siècle, celle de la voie ferrée Nantes-Bordeaux.

Bref historique de la mise en valeur du marais de RochefortModifier

Ce marais desséché a été aménagé après le dessèchement du marais de la Petite Flandre. L'assèchement de dernier, entrepris par les Hollandais au début du XVIIe siècle, eut pour principal maître d'œuvre Humphrey Bradley, nommé "Grand maître des digues du Royaume"[1].

 
Vanne de Suze ou vanne de la Pelle Rouge, canal de Charras à Ciré-d'Aunis

C'est à Pierre Siette, ingénieur du roi en poste à La Rochelle, que revient l'aménagement du marais de Rochefort. Il entreprit des travaux de dessèchement au nord de Rochefort avant que cette ville ne fut bâtie en 1666 sur ordre du roi Louis XIV qui voulait y édifier le plus grand arsenal du royaume. Pierre Siette reprit les travaux de son illustre prédécesseur hollandais et mit en place la technique de la poldérisation des marais, technique mise au point par les Hollandais et qui avait largement fait ses preuves dans le marais poitevin desséché et le marais de la Petite Flandre. Dès 1646, il commença à aménager le marais de Rochefort à Ardillières en s'associant avec de riches marchands de La Rochelle. En 1658 est entrepris l'assèchement du marais de Mouillepied, à cheval sur les anciennes paroisses de Ballon et d'Yves[2].

Mais il fallut attendre la fin du XVIIIe siècle pour achever le dessèchement du marais de Rochefort grâce à l'intervention énergique de l' Gueau de Gravelle, intendant de Reverseaux, qui termina les travaux à Ardillières de 1782 à 1785[3].

Le canal de Charras, d'une longueur totale de 20 kilomètres, qui correspond à la canalisation du cours inférieur de la Devise, le canal de Ciré et le canal de la Daurade sont les grands canaux de drainage du marais de Rochefort. Ils permettent l'évacuation des eaux continentales vers l'estuaire de la Charente et grâce à un système d'écluses régulent le niveau d'eau afin de maintenir l'humidité de ces marais dont l'essentiel de l'activité est adonnée aujourd'hui à l'élevage et à la céréaliculture, principalement le maïs.

Galerie d'imageModifier

BibliographieModifier

Livres consultés (par ordre alphabétique des auteurs)

  • Roger Béteille et Jean Soumagne (ouvrage collectif sous la coordination de), La Charente-Maritime aujourd’hui, milieu, économie, aménagement, publication de l’Université Francophone d’Été, 1987.
  • J.L Flohic (ouvrage collectif sous la direction de), Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic.
  • François Julien-Labruyère, A la recherche de la Saintonge maritime, éditions Rupella, La Rochelle, 1980. (ISBN 2-86474-009-5)
  • François Julien-Labruyère, Paysans charentais, Tome 1 : Économie rurale, Rupella, La Rochelle, 1982. (ISBN 2-86474-006-0)

Notes et référencesModifier

  1. J.L. Flohic (ouvrage collectif sous la direction de), Le patrimoine de la Charente-Maritime, collection Flohic, tome 2, p. 1125.
  2. François Julien-Labruyère, Paysans charentais, éditions Rupella, La Rochelle, 1982, tome 1 : Économie rurale, p. 176
  3. J.L Flohic (ouvrage collectif sous la direction de), Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime, éditions Flohic, tome 1, p. 46

AnnexesModifier